Famille de Sparre

(Redirigé depuis Charles Magnus Toffeta)

de Sparre
Pays ou province d’origine Suède
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour oui

La famille de Sparre, originaire de Suède, dont le nom originaire était Toffeta a produit plusieurs grands hommes.

OrigineModifier

La famille de Sparre, dont le nom d'origine était Toffeta, est l'une des plus illustres maisons de Suède[réf. nécessaire] ou il existait encore, au milieu du XIXe siècle, plusieurs branches, dont la branche ainée avait été élevé à la pairie et dont l'une était représenté par le comte de Sparre, chef du génie de la Couronne.
Fils de Sixten Toffeta, grand écuyer d'Éric X roi de Suède, Nicolas Toffeta épousa, selon Jakob Hübner, Martha de Suède (en), la seconde sœur putative d'Éric XI roi de Suède en 1223 avec laquelle il eut 2 fils : Sixten Toffeta (sv) et Nils Toffeta (sv).

Les descendants de Nicolas Toffeta et de Morette de Suède ont par la suite toujours rempli les premières charges de la couronne de Suède[réf. nécessaire].

PersonnalitésModifier

Lars SiggessonModifier

Lars Siggesson Sparre, né vers 1492, sénateur et maréchal du royaume de Suède en 1523. Il fut marié, en 1521, en premières noces à Anna Lindormsdotter et en secondes noces, en 1549, à Brigitte Trolle d'Engso (Britta Turesdotter). Il meurt au Château d'Örebro (sv) le .

Erik Sparre IModifier

Erik Larsson Sparre également connu sous le nom de Éric Tofetta, né le à Öja (Södermanland) (sv), baron de Sundby, sénateur et chancelier de Suède de 1580 à 1600 eut pour femme Ebba Pedersdotter Brahe, comtesse de Wisinibourg qui était la fille de Per Brahe l'aîné (sv) et la nièce de Catherine Stenbock de Torpe la 3e femme de Gustave Ier Vasa, roi de Suède. Il était le fils de Lars Siggesson Sparre seigneur de Sundby. Il meurt décapité, à Linköpings, le lors du Bain de sang de Linköpings (sv)

Lars SparreModifier

Lars Sparre (sv), fils de Erik Sparre et de Ebba Pedersdotter Brahe nait à Sundby en . Sénateur de Suède et gouverneur d'Uppland, il meurt le à Stockholm. Il est le père de Pierre Magnus Sparre

Carl SparreModifier

Carl Sparre (sv) autre fils de Erik Sparre et de Ebba Pedersdotter Brahe nait à Sundby le . Il meurt à Stockholm le . Il est le père d'Axel Sparre, d'Gustaf Adolph Sparre (sv) et d'Erik Karlsson Sparre (sv)

Pierre Magnus SparreModifier

Fils de Lars Sparre Pierre Magnus Sparre (sv), né le , baron de Cronnberg, bisaïeul de Ernest Louis Joseph comte de Sparre de Cronnberg fut grand-maitre de l'artillerie de Suède, ambassadeur du roi Charles XI en Angleterre en 1672, puis en Hollande, au congrès de Nimègue et en France en 1674 et 1675.
En raison des services rendus à la France, Louis XIV lui accorda le titre de comte, avec la faculté de l'asseoir sur telle terre que lui ou ses descendants pourraient acquérir en France.
Marié à Ebba Marguerite comtesse de la Gardie de Lecko il eut 1 fils, Laurent comte de Sparre.
Il meurt le à Stockholm. Il est l'auteur de la branche Française de la maison de Sparre.

Erik Sparre IIModifier

Erik Sparre (sv) également connu sous le nom de Eric Magnus Sparre, né le à Stockholm, fils d'Axel Sparre (sv) est colonel du régiment de Sparre, le , un régiment d'infanterie Allemand au service de la France. Il devient brigadier le , maréchal de camp le et lieutenant général des armées Françaises le .
Il obtient du roi de France, la permission de quitter son service et de retourner dans sa patrie. Il meurt le à Stockholm.

Charles Magnus SparreModifier

Charles Magnus Sparre également connu sous le nom de Charles Magnus Toffeta, baron de Sparre qui entre comme lieutenant au régiment de Sparre en 1696, en devient colonel le puis est nommé brigadier d'infanterie le . Il meurt en Suède le .

Laurent comte de SparreModifier

Lars ou Laurent comte de Sparre fils Pierre Magnus Sparre baron de Cronnberg fut lieutenant-colonel puis colonel du régiment de Sparre un régiment d'infanterie allemand au service de la France.
En 1703, il abjura le luthéranisme entre les mains de l'évêque de Tournay et se maria la même année avec Félicité le Vaillant de Watripont avec laquelle il eut 1 fils, Joseph Magnus comte de Sparre.
Il meurt à Paris le .

Joseph Magnus comte de Sparre (1704-1787)Modifier

Né à Tournai le 9 octobre 1704[1], Joseph Magnus comte de Sparre baron de Kronberg, fils de Laurent (Lars Magnus) comte de Sparre, fit toutes les campagnes depuis la conquête de la Lorraine en 1733, lors de la guerre de Succession de Pologne jusqu'à celle de l'électorat de Hanovre en 1757, durant la guerre de Sept Ans, tant en Bavière qu'en Bohème, en Alsace, sur le Rhin, la Sarre et la Meuse, aux Pays-Bas, en Allemagne, etc.
Le , il devient colonel du régiment Royal-Suédois (ci-devant « régiment de Sparre ») puis maréchal de camp le et est fait commandeur de l'ordre de Saint-Louis le .
Le [2], il épouse à Lille Marie Antoinette du Chambge de Liessart, dame des Allœux, fille d'un président de la Chambre des comptes de Flandre avec qui il a 4 enfants :

  1. Alexandre Séraphin Joseph Magnus comte de Sparre né en 1736
  2. Ernest Louis Joseph comte de Sparre, né le à Lille pair de France.
  3. Auguste de Sparre qui fut ecclésiastique.
  4. Gustave de Sparre, né en 1758.

En 1767 il s'installe à Auxerre où il achète le un terrain au lieu-dit Fleure-Boudin dans le faubourg Saint-Gervais, et y fait construire l'hôtel de Sparre[1],[3],[4].

Alexandre Séraphin Joseph Magnus comte de SparreModifier

Alexandre Séraphin Joseph Magnus comte de Sparre est le fils aîné de Joseph Magnus comte de Sparre. Né le 6 septembre 1736, il est nommé, avec l'agrément du roi, colonel-propriétaire du « régiment de Sparre » le 6 septembre 1754 qui deviendra le régiment Royal-Suédois.
Le 23 janvier 1763, il se marie, par contrat signé par le Roi et la famille royale, avec mademoiselle Camuset, fille d'un fermier général.
Il fait les campagnes de la guerre de Sept Ans durant laquelle il se distingue particulièrement à la bataille de Bergen, le 13 avril 1759, puis aux combats de Korbach le 10 juillet 1760.
Il devint brigadier d'infanterie le 25 novembre 1766, maréchal de camp le 3 janvier 1770 et lieutenant général le 1er janvier 1784.
Il est décédé le 17 septembre 1799.

Ernest Louis Joseph comte de SparreModifier

Ernest Louis Joseph comte de Sparre, baron-pair, né le 20 juillet 1738 à Lille, connu sous le nom de comte de Sparre et de Cronenberg, est l'arrière petit-fils de Pierre Magnus Sparre.
Il fait toutes les campagnes de la guerre de Sept Ans (1756-1763).
Le 11 décembre 1763[5], alors colonel commandant le régiment de Sparre[réf. nécessaire], il épouse Adélaïde Thérèse Hardouin de Beaumois fille de Charles Hardouin de Beaumois, trésorier du marc d'or des ordres du Roi, et de Jeanne Marguerite de Nesle[5]. Il est présenté à la cour le 27 décembre suivant par sa belle-sœur, la comtesse de Sparre.[réf. nécessaire] Il a pour enfants :

Le 1er mars 1780 il est nommé brigadier d'infanterie, et maréchal de camp le 5 décembre 1781. Il reste étranger aux événements de la Révolution. Lors de la première Restauration, Louis XVIII le nomme, le 9 juillet 1814, lieutenant-général puis il est fait commandeur de la Légion d'honneur le 23 août de la même année.
Le 5 mars 1819, il devient pair de France puis gentilhomme de la chambre du Roi le 21 avril 1821 et grand-croix de l'ordre de l'Épée de Suède.

AlliancesModifier

Originaire de Suède, la famille de Sparre a contracté des alliances dont les principales sont avec les familles Stenbock ....

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Pierre Le Clercq, « de Sparre », sur esgeaihygrecq.jimdo.com (consulté le ).
  2. « Marie Antoinette du Chambge de Liessart, dame des Allœux », sur geneall.net.
  3. « Hôtel de Sparre dans l'avenue Gambetta », vue en caméra de rue, sur google.fr/maps, (consulté le ).
  4. [Durr] René Durr, « Auxerre » [doc], sur auxerre.historique.free.fr (consulté le ), p. 8.
  5. a b c d e f g h et i [Révérend 1906] Albert Révérend, Titres, anoblissements et pairies de la restauration 1814-1830, vol. 6, Paris, impr. H. Champion, , 474 p., sur gallica (lire en ligne), p. 277-278.