Ouvrir le menu principal

Charles Joseph Auriol

peintre suisse
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Auriol.
Charles Joseph Auriol
Charles Joseph Auriol Paesaggio.jpg
Paysage, huile sur toile, 58 × 82 cm, coll. privée
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
SatignyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Coat of Arms of Geneva.svg genevoise, puis Drapeau : Suisse suisse dès 1815
Activité
Maîtres

Charles Joseph Auriol, né le 13 novembre 1778 à Genève et mort le 25 mai 1834 à Choully, est un peintre suisse.

Sommaire

BiographieModifier

Fils de Pierre Élisé d’Auriol, colonel au service du roi de Sardaigne (1771- 1790) et d’Anne Élisabeth Urrettini de Turtin, il fut, à Genève, l’élève de Pierre-Louis de La Rive, puis à Paris de François-André Vincent, David et Girodet. Il rentra à Genève en 1810 et y passa la fin de sa vie. Il avait épousé, en juillet 1811, Anne Jeanne Marguerite Dunant, dont il eut Philippe Élisé (8 avril 1814-1866) et Louis Philippe Gustave (31 aout 1816-1882)[1].

Danielle Buyssens note le romantisme de ses compositions aux effets de brouillards[2]. Son ami le peintre Wolfgang Adam Toepffer l'avait surnommé « le peintre des brouillards »[3].

NotesModifier

  1. Généalogie ascendante et descendante
  2. Danielle Buyssens, « Auriol, Charles-Joseph » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  3. Gérald Schurr, 1820-1920, les petits maitres de la peinture : valeur de demain, Paris, Éditions de l’Amateur, 1979, p. 43.

ŒuvreModifier

  • Genève, Musée d'Art et d'Histoire, Paysage avec Daphnis et Chloé, 1810.

Œuvres passées en ventes aux enchèresModifier

  • Paysage du Valais, huile sur panneau, signée, 58 par 82, Paris, Tajan, 13 décembre 2005, no 50, adjugée 9 866 .
  • Paysannes priant devant une chapelle, huile sur toile, 46 par 66, Berne, Dobiaschofsky, 3 novembre 200, adjugée 3 600 CHF.

Référence bibliographiqueModifier

  • Carl Brun, Schweizerisches Künstler-Lexikon : Dictionnaire des Artistes Suisses, t. I, Frauenfeld, Huber, 1981, p. 63.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :