Charles Decroix

réalisateur, scénariste, producteur
Charles Decroix
Charles Decroix et opérateurs Pathé ca. 1908.jpg
De g. à d., les opérateurs M. Tapis, Paul Guichard,
Émile Pierre et Raoul Aubourdier, avec le réalisateur
Charles Decroix, vers 1908 dans les studios Pathé
Biographie
Nationalité
Activités
Période d'activité
Autres informations
Films notables
L'éducatrice
Aimez-vous les uns les autres
Le Landrat

Charles Decroix (état-civil inconnu) est un réalisateur, un producteur et un scénariste français du début du XXe siècle, actif des années 1900 aux années 1920.

Propulsé par sa collaboration avec Max Linder, sa carrière connaît son apogée en Allemagne avant la Première Guerre mondiale, avant de tomber dans l'oubli.

BiographieModifier

 
Le comédien Max Linder, l'une des stars françaises mise en scène par Charles Decroix
 
Fern Andra, l'une des stars allemandes mise en scène par Charles Decroix

Charles Decroix est le fils d'un cordonnier alsacien[1], mort en 1899.

Sa carrière commence comme scénariste pour Louis Feuillade au Gaumont en 1908[1]. Il se met à la réalisation la même année, et tourne Pédicure par amour avec Max Linder[2].

Dès l'année suivante, il travaille pour Pathé Frères et ses filiales Film d'art et Film d'Arte Italiana[3] et pour la SCAGL (Société cinématographique des auteurs et gens de lettres)[1] et réalise plusieurs films: La victime, Une conquête, et l'adaptation remarquée d'une nouvelle de Balzac, Les Paysans. Il se donne du « directeur artistique » dans une publicité publiée plus tard dans Ciné-Journal[3].

Au printemps 1910, Charles Decroix part à Berlin. Sa carrière allemande commence, et il devient rapidement l'un des réalisateurs germanophones les plus réputés[4], même s'il refait en allemand nombre des films qu'il a déjà tourné en France. En 1911, il travaille pour l'entreprise américaine German Biograph[5] (connue aussi sous le nom de Pharos-Film, de Deutsche Mutoscop, ou de Biograph Gesellschaft).

En 1912, il part en Italie et travaille brièvement pour Milano Films[1].

En 1913, il revient à Berlin et fonde sa propre société de production, Films Charles Decroix. Il tourne avec Bernd Aldor et Fern Andra, deux stars du muet allemand, et produit pour la société Monopol-Film Co[1] et pour la Dekagé (Deutsche Kinematograph Gesellschaft)[6]. Il lui arrive de tourner en France pour faire oublier l'origine germanique des producteurs: ainsi en est-il de À chacun sa destinée, avec Suzanne Grandais[6].

En 1914, Charles Decroix est engagé par la Continental-Kunstfilm[1] mais le début de la Première guerre mondiale l'oblige à quitter l'Allemagne, alors qu'il tourne Mondfischerin avec Fern Andra (film qui reste inachevé). Il trouve refuge en Suisse, à Frutigen, où il est placé en résidence surveillée jusqu'à la fin du conflit. Malgré les difficultés matérielles et politiques, il continue à tourner, films et documentaires.

En 1918, l'armistice signée, Charles Decroix s'installe en Alsace et tente de reprendre le fil de sa carrière. En 1919, il fonde « Le film alsacien » avec Charles Hahn et d'autres[7]. Un fort sentiment anti-allemand met fin à ses espoirs de retour.

Charles Decroix repart alors à Berlin, où il co-réalise avec Heinrich Bolten-Baeckers les deux derniers films de sa carrière qui mettent à l'écran le couple de comédiens alors réputé Leo Peukert et Sabine Impekoven.

FilmographieModifier

ActeurModifier

Courts-métragesModifier

RéalisateurModifier

CinémaModifier

Courts-métragesModifier

ProducteurModifier

Courts-métragesModifier

ScénaristeModifier

CinémaModifier

Courts-métragesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f (en) Richard Abel (dir.), Encyclopedia of Early Cinema, New York, Routledge, , 1212 p. (ISBN 0-203-48204-2, lire en ligne), p. 241.
  2. a et b « Pédicure par amour (Titel Blatt) », sur www.maxlinder.de (consulté le ).
  3. a et b « Cine-Journal (Jan - Mar 1911) », sur archive.org (consulté le ).
  4. Der komische Kintopp: frühe deutsche Komödien = Drôle de ciné: premiers comiques allemands, Bildtonträger, Sprecher: Ulrich Tukur, ARTE, Strasbourg, 1997
  5. (en) Richard Abel, Encyclopedia of Early Cinema, Taylor & Francis, (ISBN 978-0-415-23440-5, lire en ligne).
  6. a et b Michaël Mandl, « Inédits du cinéma muet ».
  7. Comoedia : rédacteur en chef : Gaston de Pawlowski, s.n., (lire en ligne).
  8. « Fondation Jérôme Seydoux-Pathé - Dans l'Hellade », sur filmographie.fondation-jeromeseydoux-pathe.com (consulté le ).
  9. « Fondation Jérôme Seydoux-Pathé - La Victime », sur filmographie.fondation-jeromeseydoux-pathe.com (consulté le ).
  10. « Fondation Jérôme Seydoux-Pathé - Les Paysans », sur filmographie.fondation-jeromeseydoux-pathe.com (consulté le ).
  11. « Fondation Jérôme Seydoux-Pathé - Une conquête », sur filmographie.fondation-jeromeseydoux-pathe.com (consulté le ).
  12. « Fondation Jérôme Seydoux-Pathé - Affaire d'honneur », sur filmographie.fondation-jeromeseydoux-pathe.com (consulté le ).
  13. « Fondation Jérôme Seydoux-Pathé - Haine implacable », sur filmographie.fondation-jeromeseydoux-pathe.com (consulté le ).
  14. « Films perdus de l'histoire du cinéma », archive.is,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. a b c d et e (en) « Lost Films », sur www.lost-films.eu (consulté le ).
  16. (en) « Lost Films », sur www.lost-films.eu (consulté le ).
  17. Aviation et cinéma en Suisse, 1910-38, , 42 p. (lire en ligne), p. 19.