Charles-Antoine Hérault

peintre français

Charles-Antoine Hérault (souvent appelé Charles Hérault) est un peintre de paysages français, né à Paris le , et mort dans la même ville le .

Charles-Antoine Hérault
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Fratrie
Antoinette Hérault (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Noël Coypel (beau-frère)
Guillaume Chasteau (beau-frère)
Jean-Baptiste Bonnart (beau-frère)
Louis de Silvestre (gendre)
Jean Bérain (1674-1726) (en) (gendre)
Pierre Dulin (gendre)
Joseph Charles Roëttiers (gendre)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

BiographieModifier

Charles-Antoine Hérault est le fils d'Antoine Hérault (vers 1600-vers 1655), peintre, et de Madeleine Bruyant (vers 1610-1676), sœur de Françoise Bruyant mariée à Charles Poerson. Antoine Hérault est connu par une gravure faite à partir du portrait du cardinal de Bérulle qu'il avait peint et dite portrait du cardinal de Bérulle "à face de grenouille". Ce portrait du cardinal avait été fait d'après nature, mais la gravure est de Hiérosme Bachot, gendre de Charles Errard l'Ancien (1570-avant janvier 1630) et beau-frère de Charles Errard. Antoine Hérault est un juré de la communauté des peintres et sculpteurs de Paris. À ce titre, il a signé en 1651 le contrat qui joignait les maîtres peintres et sculpteurs à l'Académie royale de peinture et de sculpture.

Il a d'abord étudié la peinture avec son père, puis avec un paysagiste dont Auguste Jal n'a pas retrouvé le nom. Il est ensuite allé à Rome où il a étudié les tableaux du Guaspre Poussin et Salvator Rosa.

Charles-Antoine Hérault a été reçu à l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1670.

FamilleModifier

  • Antoine Hérault, marié vers 1630 à Madeleine Bruyant, sœur de Françoise Bruyant mariée à Charles Poerson,
    • Madeleine Hérault (1641-1682) mariée en 1659 avec Noël Coypel (1628-1707),
    • Antoinette Hérault (1642-1695) mariée en premières noces, en 1665, avec Guillaume Chasteau (1635-1683), graveur, et en secondes noces, en 1686, avec Jean-Baptiste Bonnart (1654-1726)
    • Charles Antoine Hérault (1644-1718) marié, le , avec Marie-Geneviève de Lens (vers 1655-après le 19 juillet 1718), fille de Jean de Lens (1616-1689), orfèvre, sœur de François de Lens (1653-1716), maître orfèvre, marié en 1682 à Catherine Lemoyne (1663-1739), fille de Jean Lemoyne (1638-1713), sœur de Jean-Louis Lemoyne et de Jean-Baptiste Lemoyne (1679-1731)[1],
      • Charles Hérault, né vers 1678, mort le ,
      • Jacques Charles Hérault (1679- ), peintre,
      • Marie Catherine Hérault (1680-1743) mariée à Louis de Silvestre (1675-1760), fils d'Israël Silvestre
        • Marie-Maximilienne de Silvestre (1708-1798), peintre
        • François Charles de Silvestre (1712-1780), peintre, marié en 1745 à Marie Catherine Marteau (vers 1715- )
        • Marie Thérèse de silvestre (1721-1757) mariée en 1741 à Pierre Joseph Pierrart (†1711)
      • Madeleine Hérault (1682- ) mariée en 1707 à Jean Bérain fils (1678-1726), dessinateur du cabinet de la chambre du roi en 1704, fils de Jean Bérain, frère de Claude Bérain et de Pierre Martin Bérain (†1758), historien et prévôt du chapitre de Hazelach en 1742[2],
      • Charles Hérault a épousé en 1728 Marianne Bailleul, fille de d'un maître peintre,
      • Geneviève Catherine Hérault mariée le à Pierre Dulin[3], peintre ordinaire du roi, frère de Nicolas Dulin, architecte et contrôleur des Bâtiments du roi,
      • Marie-Anne Hérault mariée à Louis Marteau, menuisier ordinaire des bâtiments du roi,
      • Catherine Hérault (1691-1753) mariée en 1715 avec Joseph Charles Roëttiers (1691-1779), graveur ordinaire des médailles du roi et graveur général des monnaies,
      • Anne-Auguste Hérault[4] (†1771), peintre, admise à la maîtrise en 1721, appelée à l'époque Académie de Saint-Luc, mariée à François Hutin, peintre de Stanislas, roi de Pologne[5], bourgeois de Paris,
        • Charles-François Hutin (1715-1776), directeur de l'Académie royale des beaux-arts de Dresde,
        • Silvestre-Nicolas Hutin, avocat au parlement de Paris,
        • Pierre Hutin (1723-1763), sculpteur et graveur, marié en 1748 à Marie Anne Ursule Castagnery, mort à Muskau en Lusace en 1763,
        • Jean-Baptiste Hutin (vers 1726-vers 1786), peintre,
      • Antoine-Nicolas Hérault (1693- ), encore mineur à la mort de son père.

Notes et référencesModifier

  1. Eugène Gresy, « Ch. Herault et J. B. Lemoine, peintres du roi », Archives de l'art français, t. 4,‎ 1855-1856, p. 312 (lire en ligne)
  2. Jean-Armand Weigert, « Contrat de mariage de Jean II Bérain et de Madeleine Hérault. 29 avril 1707 », dans Jean I Bérain : Dessinateur de la chambre et du cabinet du roi (1640-1711), vol. 2e partie L'œuvre gravée, Paris, Les éditions d'art et d'histoire, (lire en ligne), p. 432
  3. Jal 1872, p. 198
  4. Jules Guiffrey, « CCLIV- Anne-Auguste Hérault, veuve de François Hutin, peintre de Stanislas, roi de Pologne. 16 février 1771 », dans Scellés et inventaires d'artistes du XVIIe et du XVIIIe siècle, vol. 3e et dernière partie (1771-1790), Paris, Charavay Frères éditeurs, (lire en ligne), p. 2-3
  5. Jal 1872, p. 694

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Auguste Jal, « Hérault (Charles-Antoine) », dans Dictionnaire critique de biographie et d'histoire : errata et supplément pour tous les dictionnaires historiques d'après des documents authentiques inédits, Paris, Henri Plon imprimeur-éditeur, , 2e éd. (lire en ligne), p. 678-679
  • Jules Guiffrey, « LI-Charles Hérault, peintre ordinaire du roi et de son Académie. 19 juillet 1718 », dans Scellés et inventaires d'artistes français du XVIIe et du XVIIIe siècle, Paris, Charavay Frères libraires, (lire en ligne), p. 260-261
  • Émile Bellier de La Chavignerie et Louis Auvray, « Hérault (Charles-Antoine) », dans Dictionnaire général des artistes de l'École française depuis l'origine des arts du dessin jusqu'à nos jours : architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes, t. 1, Paris, Librairie Renouard, (lire en ligne), p. 759
  • Humphrey Wine, « Les peintres de l'Académie et leurs familles », Dix-Huitième Siècle, no 28,‎ , p. 485, 486-487, 489 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier