Chapelle royale de Milot

Chapelle royale de Milot
Image illustrative de l’article Chapelle royale de Milot
Présentation
Nombre de dômes 1
Géographie
Pays Haïti
Coordonnées 19° 36′ 19″ nord, 72° 13′ 04″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Haïti
(Voir situation sur carte : Haïti)
Chapelle royale de Milot

La chapelle royale de Milot (également connue sous le nom de cathédrale de Milot), est un établissement religieux situé dans le palais Sans Souci à Haïti.

Le , à 3 heures du matin, heure avancée de l'Est, un incendie détruit le dôme et l'intérieur de la chapelle, sans faire de victime[1],[2],[3].

Selon l'évêque Alain Prophète et le directeur Patrick Durandis[4], les objets d'art et les reliques religieuses qui se trouvaient à l'intérieur du bâtiment ont été détruits par le feu, mais il y a un faible pourcentage d'objets qui se trouvaient près de la porte qui ont survécu mais qui ont subi des dégâts de fumée. Même certains éléments extérieurs ont été endommagés parce que le feu était puissant[5].

Selon des responsables gouvernementaux en Haïti, il faudra un peu de temps pour construire la chapelle royale de Milot comme avant sous la direction du roi Henri Christophe, mais l'Unesco a offert son aide[6].

Contexte de l'égliseModifier

La chapelle royale de Milot fait partie du palais Sans Souci, elle est située à l'entrée du palais[7]. La chapelle royale de Milot est également connue sous le nom d'église ou de cathédrale où le roi Henri Christophe pratiquait le culte et d'autres rituels spirituels. Le palais Sans Souci est un palais en Haïti dans la ville de Milot, Nord, situé à environ 5 kilomètres au nord-est de la Citadelle Laferrière et à 13 kilomètres au sud-ouest de la zone protégée des trois baies.

La chapelle royale de Milot a été construite entre 1810 et 1813 par roi Henri Christophe, le premier roi d'Haïti. Entre autres, Christophe a été un héros de la guerre d'indépendance d'Haïti, puis s'est autoproclamé roi Henri Ier en 1811. Cet endroit a été construit pour le Royaume d'Haïti et c'est un monument très important dans l'Histoire d'Haïti[8].

Le palais de Sans-Souci était la résidence royale du roi Henri Ier, également connu sous le nom d'Henri Christophe. Il y vivait autrefois avec sa femme, la reine Marie-Louise, et leurs deux filles[9]. C'était le plus important des neuf autres palais construits par le roi, ainsi que quinze châteaux, de nombreux forts et de vastes résidences d'été sur ses vingt plantations. La construction du palais a commencé vers 1810 et s'est achevée vers 1813.

Avant la construction de Sans-Souci, Milot était une plantation française que Christophe a gérée pendant une période pendant la Révolution haïtienne. Sous son administration, le palais était le site de fêtes et de danses opulentes. Il y avait de beaux-arts, d'immenses jardins, des sources artificielles et un système d'aqueduc. Bien que Sans-Souci soit aujourd'hui un lieu vide, à l'époque sa splendeur était remarquée par de nombreux visiteurs étrangers. Un médecin américain a même fait remarquer qu'il avait «la réputation d'avoir été l'un des édifices les plus magnifiques des Antilles» .

La citadelle Laferrière est située dans le département nord d'Haïti et le palais est entouré de montagnes et ses environs sont très riches en arbres. Le palais le plus ancien est maintenant un lieu touristique que de nombreuses personnes dans le monde aiment visiter. La chapelle royale de Milot est un lieu qui a été construit il y a des années par Christophe et qui ont été utilisées comme monument par la société d'aujourd'hui. Il a été construit pour repousser une invasion française redoutée qui ne s'est jamais produite. Le constructeur, le roi Henri Christophe, était le monarque auto-imposé qui, en tant qu'ancien esclave, avait combattu dans la guerre d'indépendance américaine aux côtés de George Washington.

Un violent tremblement de terre en 1842 a détruit une partie considérable du palais et dévasté la ville voisine du Cap-Haïtien; le palais n'a jamais été reconstruit[10]. Le palais (avant sa destruction) était reconnu par beaucoup comme l'équivalent caribéen du château de Versailles en France.

L'UNESCO l'a désigné - et la Citadelle - comme site du patrimoine mondial en 1982.

Dans la société d'aujourd'hui au XXIe siècle, Haïti a utilisé le palais comme des monuments appréciés par le citoyen haïtien pour accueillir des visiteurs du monde entier[11].

XXIe siècleModifier

Au XXIe siècle, la chapelle royale de Milot est aujourd'hui un monument haïtien situé à Milot, au même endroit. Le monument est désormais une destination touristique[12].

Incendie du Modifier

Le , la chapelle royale de Milot[13], monument haïtien de Milot inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco a été détruite par un incendie inconnu[14] vers 3 heures du matin[15].

Le dôme de l'église, d'une trentaine de mètres de diamètre, s'est complètement effondré lors de l'incendie, et la cause de l'incendie reste inconnue[16].

Lutte contre l'incendieModifier

Après 3 heures du matin, tout le bâtiment était déjà détruit par l'incendie avant l'arrivée des pompiers sur les lieux[17]. Malheureusement, les objets d'art et les reliques religieuses qui se trouvaient à l'intérieur du bâtiment ont été détruits par l'incendie et il était trop tard pour sauver le bâtiment.

Selon Jacques Bernadin, le maire de Milot, les pompiers de la mairie du Cap-Haïtien sont arrivés sur les lieux deux heures après avoir été alertés, mais il était trop tard[18].

Dommage environnementalModifier

Vers 3 heures du matin, les résidents proches de l'endroit et Werley Nortreus ont remarqué une grande fumée dans l'air jusqu'à ce qu'ils voient que c'était l'église qui était sous le feu[19]. Le leader haïtien Werley Nortreus était l'un des dirigeants qui ont exigé des réponses après que l'incendie ait détruit l'Église[20].

RéactionsModifier

Après que l'incendie a détruit l'église du monument, l'évêque Alain Prophète, le directeur Patrick Durandis, le leader politique Werley Nortreus[21], les habitants de Milot et d'autres dirigeants à travers Haïti ont réagi et les jeunes ont également demandé une enquête[22].

  • « Cette église est la fierté de Milot. C’est la fierté du Nord. C’est la fierté d’Haïti. » -Alain Prophète, évêque.
  • « Samedi et dimanche, il n'y avait pas d'électricité à Milot donc j'ai du mal à comprendre que le dôme de l'église a pris feu. On ne peut pas dire que c'est un court-circuit: il faut tout de suite enquêter sur cela. Même le parc a été fermé en raison de l'épidémie de coronavirus, c'est difficile à comprendre. » -Patrick Durandis, directeur[23]
  • « La Chapelle-Royale de Milot est un monument historique en Haïti et elle est si importante pour moi et les Haïtiens. N'oublions pas que cet endroit était autrefois le lieu préféré du roi Henri Christophe. Malheureusement, il est si triste que cet endroit soit détruit par un incendie inconnu. Comment exactement le feu a-t-il commencé? » -Werley Nortreus, leader haïtien[24].

EnquêteModifier

Quelques jours plus tard, après que l'incendie a détruit le bâtiment, le ministère du tourisme, le président haïtien Jovenel Moïse et le Premier ministre Joseph Jouthe ont demandé aux leaders de Milot d'enquêter sur la cause de l'incendie[25].

L'enquête se poursuit alors qu'Haïti a ouvert une enquête sur l'affaire[26]. Mais, selon les autorités de Milot, la cause de l'incendie est inconnue et l'incendie peut avoir été provoqué par la foudre.

Notes et référencesModifier

  1. « Haïti : une église patrimoine de l'Unesco ravagée », sur France-Antilles, (consulté le 4 octobre 2020)
  2. (en) « Fire guts UNESCO-listed church in Haiti », sur France 24, (consulté le 4 octobre 2020).
  3. (en) « Haiti - FLASH : The royal chapel of Milot, world heritage destroyed by fire », sur Haiti Libre, (consulté le 4 octobre 2020).
  4. (en) « Dome of historic church in Haiti goes up in flames, devastating UNESCO World Heritage site », sur Christian Post, (consulté le 4 octobre 2020).
  5. « Classée à l'Unesco, la chapelle royale de Milot ravagée par un incendie en Haïti », sur Le Figaro, (consulté le 4 octobre 2020).
  6. « L’ Unesco offre un soutien logistique à la réhabilitation de la Chapelle royale de Milot », sur Rezonodwes, (consulté le 4 octobre 2020).
  7. (en) « Citadelle Laferrière History », sur www.citadellelaferriere.com, annee 80s (consulté le 4 octobre 2020).
  8. (en) « Citadelle Laferrière », sur www.citadellelaferriere.com, annee 80s (consulté le 4 octobre 2020).
  9. « Citadelle du Roi Henri Christophe », sur Historic Haiti, (consulté le 4 octobre 2020).
  10. « Le tremblement de Terre du Cap Haïtien de 1842 », sur Tout Haiti, (consulté le 4 octobre 2020).
  11. (en) « The Citadelle Laferriere, Now a Monument to Visit When In Haiti », sur Bon Déjeuner! Radio, (consulté le 4 octobre 2020).
  12. (en) « Citadelle Laferrière- Haiti Tourism Board », sur http://www.citadellelaferriere.com/, (consulté le 13 octobre 2020)
  13. (en) « The Historical Royal Chapel of Milot Destroyed By Unknown Fire In Haiti », sur South Florida Caribbean News, (consulté le 4 octobre 2020).
  14. (en) « A UNESCO Church in Haiti Burns », sur Bbys Magazine, (consulté le 4 octobre 2020).
  15. (es) « Iglesia con más de 200 años de antigüedad es destruida por incendio », sur aciprensa, (consulté le 4 octobre 2020).
  16. (en) « Dome of Historic Church in Haiti Engulfed in Flames, Devastating UNESCO World Heritage Site », sur Black Christian News, (consulté le 4 octobre 2020).
  17. (en) « The royal chapel of Milot, world heritage destroyed by fire », sur Haiti Libre, (consulté le 4 octobre 2020).
  18. (en) « La chapelle royale de Milot dévorée par un incendie », sur Le Nouvelliste, (consulté le 4 octobre 2020).
  19. « Haiti: un incendie suspect a détruit la Chapelle Royale de Milot, patrimoine de l’Unesco », sur Financial Afrik, (consulté le 4 octobre 2020).
  20. (de) « Ein Zeugnis der Geschichte », sur Tages Post, (consulté le 4 octobre 2020).
  21. (en) « Haitian Leaders Reactions After the Royal Chapel of Milot Fire », sur SLU News, (consulté le 4 octobre 2020).
  22. « Incendie de la Chapelle royale de Milot : réactions de jeunes professionnels », sur Le National, (consulté le 4 octobre 2020).
  23. (en) « UNESCO-listed church in Haiti gutted by fire », sur The Daily Herald, (consulté le 4 octobre 2020).
  24. « Haiti: un incendie suspect a détruit la Chapelle Royale de Milot, patrimoine de l’Unesco », sur Financial Afrik, (consulté le 4 octobre 2020).
  25. « Le Comité interministériel de Gestion du Parc National Historique fait le point sur l’incendie de la chapelle royale de Milot », sur Rezonodwes, (consulté le 4 octobre 2020).
  26. (en) « Haiti opens investigation into fire that gutted UNESCO-listed church », sur Repeating Islands, (consulté le 4 octobre 2020).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :