Ouvrir le menu principal

Chapelle de Montcalm

chapelle située dans le Gard, en France

Chapelle de Montcalm
de Vauvert
Présentation
Culte catholique
Rattachement archevêché de Nîmes
Début de la construction XIXe siècle
Protection  Inscrit MH (2000)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Ville Vauvert
Coordonnées 43° 34′ 20″ nord, 4° 18′ 42″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Chapelle de Montcalm de Vauvert

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Chapelle de Montcalm de Vauvert

Géolocalisation sur la carte : Gard

(Voir situation sur carte : Gard)
Chapelle de Montcalm de Vauvert

La chapelle de Montcalm est une chapelle situé sur la vaste commune de Vauvert, dans la partie gardoise de la Camargue. Elle dépendait du riche domaine viticole tout proche, érigé par la famille Noillyt Prat à partir de 1882. La même famille qui réaménagea le « château d'Avignon », côté Bouche-du-Rhône, à la même époque.

Sommaire

Situation et accèsModifier

La chapelle de Montcalm est située sur la commune de Vauvert, au sud-est de Gallician et de l'étang du Charnier. Elle est accessible par la route départementale 779 depuis Gallician, ou la route départementale 78, à l'est Aigues-Mortes.

HistoireModifier

La construction de cette chapelle date de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle faisait partie des dépendances du domaine viticole voisin de Montcalm à ne pas confondre avec le château de Montcalm sur la commune de Vestric et Candiac .... Elle est actuellement propriété d'une association diocésaine, et inscrite aux titres de monuments historiques, sur la base Mérimée[1], depuis le .

ArchitectureModifier

Le bâtimentModifier

De style néo-romano-byzantine avec une nette influence provençale, de plan centré, elle compte une coupole en son centre avec un élégant clocher qui la surmonte à la croisée du transept [2]. Ses vitraux, d'Édouard Didron, datent de 1886. Ils retracent la vie de saint Lazare[3]. Les plans seraient dus à Auguste Véran, Henri Revoil ou même un troisième architecte très en vogue auprès de la grande bourgeoisie à la fin du XIXe siècle.

Le mobilierModifier

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

Voir aussiModifier