Changement climatique au Kenya

Impact du Changement climatique au Kenya

Le changement climatique au Kenya a de plus en plus d'impact sur la vie des citoyens et sur l'environnement[1].

Changement climatique au Kenya
Présentation
Type
Changement climatique par pays ou territoire (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Localisation
Des cueilleurs de thé dans la région du mont Kenya au Kenya, pour le projet Two Degrees Up, pour étudier l'impact du changement climatique sur l'agriculture.
Les émissions annuelles de dioxyde de carbone des combustibles fossiles, en millions de tonnes métriques de carbone, pour une variété de régions non superposées couvrant la Terre.

Contexte

modifier

Le changement climatique constitue un problème complexe. Bien qu'étant de nature environnementale, il a des répercussions sur le développement économique, la croissance de la population, le développement durable et la gestion des ressources. Les pays en développement ayant une faible capacité d'adaptation et une grande vulnérabilité au phénomène sont touchés de manière disproportionnée.

Émissions de gaz à effet de serre

modifier

Les émissions annuelles de gaz à effet de serre du Kenya sont faibles à moins de 1 tonne par personne[2], totalisant moins de 100 millions de tonnes de CO2 par an[3],[4],[5], dont près d'un tiers provient de la déforestation[6],[7].

La moitié de l'électricité du Kenya est produite par l'hydroélectricité. Cependant, comme la production et la distribution d'électricité ne sont pas fiables, certaines entreprises manufacturières produisent de l'électricité supplémentaire à partir de sources de combustibles fossiles. Les sécheresses et l'évaporation croissante ont également réduit la capacité hydraulique, ce qui à son tour augmente l'utilisation de sources d'énergie plus polluantes[8][Pas dans la source].

Effets néfastes

modifier

Les effets de ces changements climatiques ont rendu encore plus difficiles les défis déjà existants en matière de sécurité hydraulique, de sécurité alimentaire et de croissance économique. Les récoltes et la production agricole, qui représentent environ 33 % [9] du produit intérieur brut (PIB) total, sont également menacées. L'augmentation des températures, la variabilité des précipitations dans les zones arides et semi-arides et les vents violents associés aux cyclones tropicaux se sont combinés pour créer des conditions favorables à la reproduction et à la migration des ravageurs[10]. Une augmentation de la température jusqu'à 2,5 °C d'ici 2050 devrait augmenter la fréquence des événements extrêmes tels que les inondations et les sécheresses[1].

Impacts

modifier

Sur l'environnement

modifier

Les conditions chaudes et sèches rendent les sécheresses ou les inondations provoquées par des changements climatiques extrêmes encore plus dangereuses. Les communautés côtières connaissent déjà l'élévation du niveau de la mer et les défis associés tels que l'intrusion d'eau salée[1]. Le lac Victoria, le lac Turkana et d'autres lacs ont considérablement augmenté en taille entre 2010 et 2020 [11] inondant les communautés riveraines[12]. Tous ces facteurs ont un impact sur les populations à risque comme les communautés marginalisées, les femmes et les jeunes.

Sur le milieu naturel

modifier

Changements de température

modifier
Carte de la classification de Köppen actuelle et passée pour le Kenya pour la période 1980-2016.
Carte de la classification de Köppen prévue pour le Kenya pour 2071-2100.

Les anomalies de température étaient positives chaque année depuis 2000 par rapport à la moyenne climatologique des années 1981 à 2010 selon les données satellitaires[13]. L'analyse des tendances climatiques dans les zones arides et semi-arides du Kenya montre une augmentation de la température et une diminution des précipitations entre 1977 et 2014[14]. Les impacts du changement climatique devraient être particulièrement prononcés dans les TASA où l'économie et les moyens de subsistance ruraux dépendent fortement des activités sensibles au climat, telles que le pastoralisme et la culture pluviale.

Montée du niveau de la mer

modifier
 
Observations de l'élévation du niveau de la mer par satellite de la NASA.

Actuellement, l'élevation annuelle du niveau de la mer est d'environ 3 mm par an. L'augmentation de l'ESL est un défi important pour près de 2,6 milliards de personnes dans la région de l'océan Indien pour s'adapter au changement climatique[15].

L'élévation du niveau de la mer entraînerait ainsi la destruction des infrastructures, y compris les ports d'amarrage des navires et les industries situées dans la région côtière si aucune stratégie d'adaptation n'est mise en œuvre et pourrait également conduire à des problèmes de salinisation, car les aquifères d'eau douce pourraient être contaminés.

Écosystèmes

modifier
 
Plantation de maïs au Kenya.

La forêt couvre 7,4 % des terres du Kenya et fournit des services, notamment l'amélioration de la qualité de l'eau, la prévention de l'érosion et l'absorption des gaz à effet de serre, en plus d'être des habitats pour d'autres espèces sauvages. Environ 5 000 hectares de forêt sont perdus chaque année[16]. De 1990 à 2015, le couvert forestier a diminué de 25 % (824 115 hectares), ce qui représente 33 000 hectares par an[17].

Le changement climatique est un phénomène qui perturbe de manière significative les services écosystémiques impliqués dans l'agriculture, en affectant la distribution des espèces, les relations inter-espèces et en modifiant l'efficacité des régimes de gestion[18]. L'augmentation des températures, la variabilité des précipitations et les vents forts associés aux cyclones tropicaux se sont combinés pour créer des conditions favorables à la reproduction des insectes et des ravageurs. Par exemple, au début de 2020, certaines régions du Kenya et des pays voisins d'Afrique de l'Est ont été confrontées à des essaims massifs de criquets[10]. Même s'il est difficile d'attribuer directement des infestations spécifiques au changement climatique, le changement climatique est connu pour être capable de modifier la dynamique d'alimentation et d'épidémie de certaines espèces d'insectes.

Sur les ressources en eau

modifier
 
Rivière Shaba dans la réserve nationale de Shaba - l'une des ressources en eau qui sera affectée par le changement climatique au Kenya.

La reconstitution des nappes phréatiques, source majeure d'eau potable en Afrique, est menacée par la baisse des précipitations[19]. Les niveaux de précipitations entre mars et mai/juin ont diminué en Afrique de l'Est depuis au moins les années 1980, et les pluies de mousson ont diminué entre 1948 et 2009 dans la Corne de l'Afrique[20]. Le débit annuel de l'eau des rivières traversant l'Afrique de l'Est, comme le Nil, a diminué en raison du changement climatique. L'augmentation de la sécheresse et de la désertification devrait entraîner une pénurie accrue d'eau douce[21],[22]. Alors que les normes internationales suggèrent que 1 000 m 3 d'eau devraient être disponibles par personne, seulement 586 m 3 étaient disponibles en 2010, et cela pourrait régresser à 293 m 3 d'ici 2050[8].

Sur les personnes

modifier

Économie

modifier

Les secteurs les plus importants de l'économie kenyan[9] sont l'agriculture et le tourisme[1], qui sont tous très vulnérables face au changement climatique[8]. L'insécurité alimentaire causée par les sécheresses de 2014 à 2022 a touché environ 3,4 millions de personnes tandis qu'en 2018, environ 500 000 personnes ont perdu l'accès à l'eau[23]. Le Kenya est la plus grande économie d'Afrique orientale et centrale[24], qui sert de plaque tournante diplomatique, de communication, financière et commerciale dans la région[25],[26]. Les dommages économiques causés par la variabilité climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes pourraient représenter 2,6 % du PIB d'ici 2030 si rien n'est fait[8].

Agriculture et élevage

modifier

Au Kenya, l'activité agricole est la composante importante du bien-être économique et social des ménages kenyans[27]. Le changement climatique affecte déjà le secteur agricole du pays[28],[29], qui est responsable de plus de 33 % du PIB du Kenya et la principale source de subsistance pour 60 % de la population kenyane[8]. Les trois quarts des produits agricoles du Kenya proviennent de petits agriculteurs[30]. Dans certaines régions du Kenya, les températures peuvent dépasser 35°c. Le Kenya est parmi les plus grands pays producteurs de thé au monde, le secteur du thé représentant environ un quart des recettes d'exportation totales et 4 % du PIB[31]. L'industrie fournit des emplois ruraux qui sont essentiels à la réduction de la migration rurale-urbaine, mais les zones actuellement utilisées pour cultiver le thé devraient subir des contraintes climatiques accrues. Selon un rapport publié en mai 2021 par l'organisation caritative Christian Aid, le changement climatique réduira de plus d'un quart soit 26,2 %, les conditions optimales de production de thé au Kenya[18].

Le risque de maladies vectorielles et hydriques augmentera[32],[33]:1. 83 millions de personnes devraient être exposées au seul risque de paludisme d'ici 2070[33], :3une maladie qui est déjà responsable de 5% des décès chez les enfants de moins de cinq ans et qui occasionne des dépenses importantes[8]:4. La dengue devrait également augmenter d'ici 2070[33]:3.

Chez les personnes âgées de 65 ans et plus, la mortalité liée au stress thermique devrait passer de 2 décès pour 100 000 par an en 1990 à 45 pour 100 000 d'ici 2080[8]. :4[33]. Dans un scénario à faibles émissions, cela pourrait être limité à seulement 7 décès pour 100 000 en 2080. Dans un scénario d'émissions élevées, le changement climatique devrait exacerber les décès par diarrhée, causant environ 9 % de ces décès chez les enfants de moins de 15 ans d'ici 2030 et 13 % de ces décès d'ici 2050. La malnutrition pourrait augmenter jusqu'à 20 % d'ici 2050[33]:4.

Politique et législation du gouvernement

modifier

L'Autorité nationale de gestion de l'environnement au sein du ministère de l'Environnement et des Ressources minérales (MEMR), le Comité national de coordination des activités liées au changement climatique et le Département météorologique du Kenya au sein du ministère des Transports sont les principales composantes du cadre institutionnel du gouvernement chargé de la construction quotidienne de la résilience climatique[34].

Le gouvernement kenyan a publié en 2010 la Stratégie nationale de réponse au changement climatique[35]. La loi de 2016 sur le changement climatique établit un Conseil national sur le changement changement climatique, qui est présidé par le président du Kenya[8], :4 à renforcer la résilience au changement climatique et le développement à faible émission de carbone pour le développement durable du Kenya, par les gouvernements nationaux et de comté, le secteur privé, la société civile et autres[36].

Le Plan national d'Adaptation (PAN) a été mis en œuvre en 2015 pour améliorer la résilience climatique[37],[38]. Le Plan national d'Adaptation contient le rapport d'analyse technique de l'adaptation (ATAR), qui examine les vulnérabilités économiques sectorielles, identifie les besoins d'adaptation et suggère des actions d'adaptation potentielles dans différents pays[37],[38].

L'actuel Plan d'action national sur le changement climatique du Kenya (NCCAP 2018-2022) se concentre sur les mesures d'adaptation et d'atténuation que le pays peut prendre, dans le but d'un "développement à faible émission de carbone et résilient au changement climatique"[39]. L'Autorité nationale de gestion de l'environnement est considéré comme étant d'organisme accrédité du pays[8],[40].

Société et culture

modifier

Dans les zones urbaines, l'augmentation de la population et la taille des établissements informels exposent davantage de personnes à la chaleur, aux inondations et à la pénurie d'eau.

Les zones semi arides et arides totalisent 38% de la population et produisent 12 % du PIB[41],[32]. Les taux de pauvreté dans les TASA du nord restent supérieurs à 80 %[8].

Notes et références

modifier
  1. a b c et d (en) « Climate Change Profile: Kenya – Kenya », ReliefWeb (consulté le ).
  2. Hannah Ritchie, Max Roser et Pablo Rosado, « CO₂ and Greenhouse Gas Emissions », Our World in Data,‎ (lire en ligne)
  3. « Total greenhouse gas emissions (kt of CO2 equivalent) - Kenya | Data », data.worldbank.org (consulté le )
  4. (en) « Kenya: annual CO2 emissions », Statista (consulté le )
  5. (en) David Njugi, « Clean cooking can hugely cut Kenya's carbon emissions », The Standard (consulté le )
  6. (en) « Kenya », climateactiontracker.org (consulté le )
  7. « NATIONAL REDD+ STRATEGY »
  8. a et b « Agricultural Sector Transformation and Growth Strategy » [archive du ], Ministry of Agriculture Livestock and Fisheries, (consulté le ), p. 20
  9. a et b (en) Abubakr A. M. Salih, Marta Baraibar, Kenneth Kemucie Mwangi et Guleid Artan, « Climate change and locust outbreak in East Africa », Nature Climate Change, vol. 10, no 7,‎ , p. 584–585 (ISSN 1758-678X, DOI 10.1038/s41558-020-0835-8, Bibcode 2020NatCC..10..584S, S2CID 220290864)
  10. Keriako Tobiko, « Rising Water Levels in Kenya's Rift Valley Lakes, Turkwel Gorge Dam and Lake Victoria », Kenya Government and UNDP, (consulté le )
  11. (en) Carey Baraka, « A drowning world: Kenya's quiet slide underwater », the Guardian, (consulté le )
  12. (en) Martina Messmer, Santos J. González-Rojí, Christoph C. Raible et Thomas F. Stocker, « Sensitivity of precipitation and temperature over the Mount Kenya area to physics parameterization options in a high-resolution model simulation performed with WRFV3.8.1 », Geoscientific Model Development, vol. 14, no 5,‎ , p. 2691–2711 (ISSN 1991-959X, DOI 10.5194/gmd-14-2691-2021, lire en ligne)
  13. Kenya Markets Trust, « Contextualising Pathways to Resilience in Kenya's ASALs under the Big Four Agenda »,
  14. (en) P. Sreeraj, P. Swapna, R. Krishnan et A. G. Nidheesh, « Extreme sea level rise along the Indian Ocean coastline: Observations and 21st century projections », Environmental Research Letters, vol. 17, no 11,‎ , p. 114016 (DOI 10.1088/1748-9326/ac97f5, S2CID 252806205)
  15. « Absa Kenya Joins The Race To Save Mangrove Trees From Extinction », Soko Directory, (consulté le )
  16. « Keep Breathing Kenya, State of Forest in Kenya », WWF Kenya (consulté le )
  17. a et b (en) Chalo Richard Muoki, Tony Kipkoech Maritim, Wyclife Agumba Oluoch et Samson Machohi Kamunya, « Combating Climate Change in the Kenyan Tea Industry », Frontiers in Plant Science, vol. 11,‎ , p. 339 (ISSN 1664-462X, PMID 32269583, PMCID 7109314, DOI 10.3389/fpls.2020.00339)
  18. « Climate Change and water », IPCC — Intergovernmental Panel on Climate Change, (consulté le ), p. 82
  19. « Africa », IPCC — Intergovernmental Panel on Climate Change, (consulté le ), p. 1209
  20. (en) Birhan Getachew et Busnur Rachotappa Manjunatha, « Potential climate change impact assessment on the hydrology of the Lake Tana Basin, Upper Blue Nile River Basin, Ethiopia », Physics and Chemistry of the Earth, Parts A/B/C, vol. 127,‎ , p. 103162 (ISSN 1474-7065, DOI 10.1016/j.pce.2022.103162, S2CID 248906177, lire en ligne)
  21. Alfred Opere, Research Anthology on Environmental and Societal Impacts of Climate Change,
  22. (en) « INSIDER: Mainstreaming Climate Adaptation into Development: Three Lessons from Kenya », World Resources Institute, (consulté le )
  23. (en-GB) « Kenya country profile », BBC News, (consulté le )
  24. (en) « Kenya – Market Overview », www.privacyshield.gov (consulté le )
  25. (en-US) « Africa's Powerhouse », Brookings (consulté le )
  26. (en) Marta Eichsteller, Tim Njagi et Elvin Nyukuri, « The role of agriculture in poverty escapes in Kenya – Developing a capabilities approach in the context of climate change », World Development, vol. 149,‎ , p. 105705 (ISSN 0305-750X, DOI 10.1016/j.worlddev.2021.105705, S2CID 243177816)
  27. (en) Jane Kabubo-Mariara et Fredrick K Karanja, « The Economic Impact of Climate Change on Kenyan Crop Agriculture : A Ricardian Approach », Open Knowledge Repository, The World Bank Group, .
  28. « Equipping farmers in Kenya to overcome climate change », climate.copernicus.eu (consulté le ).
  29. (en-US) Claire Nasike, « CLAIRE NASIKE – Cutting the Hand That Feeds: The Plight of Smallholder Farmers in Kenya », (consulté le )
  30. (en) « Assessment of Kenya's Tea Industry 2017 – Research and Markets », www.businesswire.com, (consulté le )
  31. a et b Government of Kenya, « National Climate Change Action Plan 2018–2022 Volume II: Adaptation Technical Analysis Report »,
  32. a b c d et e (en) « Climate And Health Country Profile 2015 Kenya », World Health Organization, (consulté le )
  33. (en) « Climate Change Adaptation in KENYA » [PDF], Climatelinks (consulté le ), p. 4.
  34. (en) « Kenya National Climate Change Response Strategy », Green Growth Knowledge Platform, (consulté le )
  35. (en) Republic of Kenya (2016), « The Climate Change Act » [PDF].
  36. a et b (en) « Kenya National Adaptation Plan 2015–2030 », www.fao.org (consulté le ).
  37. a et b (en) Moushumi Chaudhury et Tonya Summerlin, « Mainstreaming Climate Change Adaptation in Kenya: Lessons from Makueni and Wajir Counties », .
  38. Grantham Research Institute at the LSE and the Sabin Center for Climate Change Law at Columbia Law School, « National Climate Change Act... – Kenya », climate-laws.org (consulté le )
  39. (en) « Kenyan President Says 'Wind and Solar Energy Can Power the Development of Africa' », Common Dreams (consulté le ).
  40. « Ministry of Devolution and ASALs »

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier