Ouvrir le menu principal

Championnat de France de football 1914 (USFSA)

Championnat de France USFSA 1914
Logo de l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques
Généralités
Sport football
Organisateur(s) USFSA
Édition 21e
Lieu(x) Drapeau de la France France
Hiérarchie
Hiérarchie 1er échelon

Navigation

Le Championnat de France de football USFSA 1914 met aux prises les champions régionaux de l'USFSA.

Sommaire

Championnats régionauxModifier

Championnat de ParisModifier

Le championnat est composé de trois séries[1].

La première série de Paris est remportée par l'AS française. Poule unique de douze clubs (pas de matchs retour). L'ASF gagne le titre le 22 février grâce à une victoire 7-1 contre le Racing à l'occasion de la dernière journée du championnat.

Classement du championnat de Paris[2]
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Moy
1 AS française 28 11 8 1 2
2 CA Société générale 27 11 8 0 3
3 Club français 25 11 6 2 3
4 Gallia Club 25 11 7 0 4
5 CA XIVe 24 11 6 1 4
6 Stade français 23 11 6 0 5
7 RC France 23 11 6 0 5
8 USA Clichy 21 11 5 0 6
9 Standard AC 18 11 3 1 7
10 UA internationale 17 11 2 2 7
11 Paris UC 17 11 3 0 8
12 CA Enghien 16 11 2 1 8

Championnat du NordModifier

Calendrier[3].

Classement du championnat du Nord[2]
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Moy
1 Olympique lillois 39 14 12 1 1
2 US tourquennoise 38 14 11 2 1
3 Club lillois 29 14 6 3 5
4 US boulonnaise 27 14 6 1 7
5 RC Roubaix 24 14 5 0 9
6 Stade roubaisien 24 14 4 2 8
7 RC Calais 24 14 4 2 8
8 OSC boulonnais 19 14 1 3 10

Championnat de Haute-NormandieModifier

Classement du championnat de Haute-Normandie[4],[5]
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Moy
1 FC rouennais 27 10 8 1 1
2 US quevillaise 24 10 6 2 2
3 Le Havre AC 22 10 6 0 4
4 Le Havre Sports 18 10 2 4 4
5 Beauvoisine FC 16 10 2 2 6
6 FC dieppois 13 10 1 1 8

Championnat de PicardieModifier

L'Amiens Athlétic Club et la Fraternelle d'Ailly-sur-Noye sont opposés le 18 janvier 1914 lors de la dernière journée du championnat de Picardie alors que les deux clubs sont en tête du classement[6]. L'Amiens AC a joué la saison en changeant régulièrement ses joueurs de positions, ce qui provoque des doutes au journaliste du Progrès de la Somme sur la qualité de jeu de l'équipe[6]. Néanmoins, l'Amiens AC possède avec Sellier et Bourdrel des « arrières puissants et sûrs » et des « demis scientifiques » comme Depoilly, Talbot et Cordier. Quant à la Fraternelle, elle détient d'« excellentes unités » dans sa ligne d'avant comme Sévin et Mareschal[6].

La rencontre a lieu sur le terrain de l'Amiens AC rue Henry Daussy à 14 h 30 devant un « public nombreux »[7]. L'arbitre est le Tourquennois M. Bouillet, assisté de deux arbitres de touches et de deux arbitres de but. Les Amiénois ouvrent le score après dix minutes de jeu avant que les Aillysiens ne parviennent à tromper Leclerc, le gardien de l'Amiens AC. Après la mi-temps, la Fraternelle prend le jeu en main et marque à l'heure de jeu. Le score en reste à deux à un, ce qui permet à la Fraternelle d'Ailly-sur-Noye de remporter son premier titre de champion de Picardie[7],[8].

Championnat du LittoralModifier

Six clubs sont engagés, à savoir les quatre clubs qualifiés pour la phase retour de la saison précédente, plus l'ASPTT Marseille, qui s'est maintenu en poule de promotion-relégation, et un promu, le Vélo Sport hyérois. Les deux derniers à l'issue de la phase aller ne participent pas à la phase retour et disputent une poule de promotion-relégation avec les deux premiers clubs de 2e série. Le Stade helvétique remporte le titre pour la sixième fois consécutive[9].

Classement de la 1re série du championnat du Littoral[9]
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Moy Résultats (▼ dom., ► ext.) SH OM VSH PC SEB ASP
1 Stade helvétique T 23 8 7 1 0 Stade helvétique 3-2 - - - -
2 Olympique de Marseille 20 8 6 0 2 45 8 5,625 Olympique de Marseille 1-2 7-0 15-1 5-2
3 Vélo Sport hyérois P 17 8 4 1 2 Vélo Sport hyérois - 0-1 - - -
4 Phocée Club 12 8 2 0 6 Phocée Club - 0-8 - - -
? Stade Étoile bleue 5 Stade Étoile bleue - 0-6 - - -
? ASPTT Marseille 5 ASPTT Marseille - - - -
  • Champion et qualifié pour le championnat de France
  • Poule de promotion-relégation

Championnat de FranceModifier

ParticipantsModifier

Les participants sont les vainqueurs des championnats régionaux[10],[11],[12],[13],[14]

  • Champion de Paris : Association Sportive Française
  • Champion du Nord : Olympique Lillois
  • Champion de Haute-Normandie : Football Club de Rouen
  • Champion de Basse-Normandie : Stade Malherbe Caennais
  • Champion de Bretagne : Union Sportive Servannaise
  • Champion de Basse-Bretagne : Stade quimpérois
  • Champion de Picardie : La Fraternelle d'Ailly
  • Champion de Champagne : RC Reims
  • Champion de la Côte d'argent : Stade bordelais Université Club
  • Champion du Littoral : Stade helvétique de Marseille
  • Champion de Lorraine : Cercle sportif du Stade Lorrain
  • Champion des Pyrénées : Stade toulousain
  • Champion du Lyonnais : Football club de Lyon
  • Champion du Languedoc : Olympique de Cette
  • Champion de la Côte d’Azur : Stade raphaëlois
  • Champion du Maine : Union sportive du Mans
  • Champion de Bourgogne-France-Comté : Red Star association de Besançon
  • Champion des Alpes : Union sportive d’Annemasse
  • Champion des Ardennes : Football club de Braux
  • Champion d'Alsace-Franche-Comté Nord : Association sportive de Montbéliard
  • Champion de l'Atlantique : CO choletais
  • Champion des Charentes : Sporting club angérien
  • Champion du Bourbonnais : AS Michelin
  • Champion de la Côte basque :
  • Champion d'Armagnac : ASNG Tarbes
  • Champion du Limousin : Stade limousin
  • Champion de Touraine : CASG Orléans
  • Champion d'Auvergne :
  • Champion du Périgord :

Premier tour préliminaireModifier

Le champion de Picardie, la Fraternelle d'Ailly-sur-Noye, est opposé le 1er février 1914 sur son terrain au champion de Champagne, le Racing Club de Reims [15]. Les Rémois se présentent au complet, tandis que les Aillysiens jouent avec trois remplaçants. Après « dix minutes d'observations », le RC Reims prend le jeu à son compte, pour ne presque plus quitter le camp picard par la suite. De plus, l'arrière de la Fraternelle Moutardier doit quitter le terrain à la suite d'un coup de pied au genou reçu de l'inter droit rémois. À onze contre dix, le RC Reims remporte la partie par sept buts à zéro[15]. Le journaliste du Progrès de la Somme concède que les Rémois ont envoyé une « équipe supérieure à n'importe quelle équipe picarde »[15].

  • 18 janvier 1914
    • Stade Quimpérois 4-0 CO choletais
    • US Le Mans 4-0 CASG Orléans
    • ASNG Tarbes b. le champion de la Côte basque (forfait)
    • Champion d'Auvergne contre champion du Périgord : les deux clubs déclarent forfait
    • Sporting Club angérien - Stade Limousin (match reporté pour intempéries)

Deuxième tour préliminaireModifier

Troisième tour préliminaireModifier

Huitièmes de finaleModifier

Le Stade helvétique, tenant du titre, est éliminé dès les huitièmes de finale par le Football Club de Lyon. Menés deux buts à un sous une pluie torrentielle, quatre joueurs marseillais décident de quitter le terrain. Les Suisses parviennent à égaliser à sept contre onze, mais abandonnent définitivement la partie après avoir encaissé un troisième but en prolongation, conduite jugée « indigne de joueurs au passé si lourdement chargé de victoires sensationnelles »[2].

Quarts de finaleModifier

Demi-finalesModifier

 
L'Olympique lillois le 22 mars 1914 avant sa demi-finale.

FinaleModifier

À noter que le gardien de but titulaire cettois (Razias) est absent pour ce match ; Il fut remplacé par un joueur de champ (Abbal).

Notes et référencesModifier

  1. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k46259451/f5.item.zoom
  2. a b et c « Football association », L'Auto, no 4879,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  3. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57779924/f3.item.zoom
  4. « Football association », L'Auto, no 4858,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  5. « Football association », L'Auto, no 4865,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  6. a b et c « Les sports - Le championnat de Picardie de foot-ball », Le Progrès de la Somme, no 13084,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  7. a et b « Les sports - Foot-ball, championnat de Picardie », Le Progrès de la Somme, no 13085,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  8. François Dubois, Naissance et essor du football à Amiens, Encrage, coll. « Hier », , 192 p. (ISBN 2-906389-36-6), p. 182
  9. a et b Gilles Castagno, Olympique de Marseille : Histoire encyclopédique, t. 1 (1900-1939), , 704 p. (ISBN 978-2-9540023-0-9), « Saison 1913-1914 », p. 91-95
  10. « Le Championnat National de l’U.S.F.S.A. », L'Auto, no 4842,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  11. « Le Championnat National de l’U.S.F.S.A. », L'Auto, no 4856,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  12. « Le championnat de France de l’U.S.F.S.A. », L'Auto, no 4863,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  13. « Le Championnat National de l’U.S.F.S.A. », L'Auto, no 4877,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  14. « Le Championnat National de l’U.S.F.S.A. », L'Auto, no 4854,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  15. a b et c « Les sports - Championnat de France de football association », Le Progrès de la Somme, no 13099,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  16. « L'Olympique Lillois devient champion de France », Le Matin, no 10996,‎ , p. 5 (lire en ligne)

SourcesModifier