Ouvrir le menu principal

Chambre des représentants de Prusse

La Chambre des représentants de Prusse (en allemand : Preußisches Abgeordnetenhaus, nom adopté en 1855), était la chambre basse du parlement prussien qui est bicaméral. Elle est mise en place le sous le nom de seconde chambre (Zweite Kammer) par la nouvelle constitution prussienne de Frédéric-Guillaume IV. Cette assemblée était élue en utilisant le système des trois classes. La chambre disparaît en 1918 après la Première Guerre mondiale.

Palais Hardenberg de Berlin, siège de la chambre des représentants de Prusse jusqu'en 1899
Chambre des députés de Berlin, qui se trouve dans le bâtiment ayant servi à la chambre des représentants de Prusse à partir de 1899

Système d'électionModifier

Article détaillé : Système des trois classes.

Les élections des représentants du Royaume de Prusse suit dès sa seconde législature le système des trois classes. Ce système est indirect et, comme son nom l'indique, les électeurs sont divisés en 3 classes selon leur importance. On commence par l'Urwahl, le vote de la population, qui pour chaque circonscription élit des « grands électeurs » eux-mêmes élisent un représentant. Des tentatives sont faites pour réformer ce système fortement favorable aux conservateurs, mais elles sont à chaque fois rejetées par l'Herrenhaus, la Chambre haute Prussienne. En 1918, la chambre vote une nouvelle fois pour une réforme, mais ce vote est rendu caduc par la fondation de la République[1].

L'électorat est constitué de tout homme Prussien, âgé d'au moins 24 ans, habitant dans un domaine Prussien depuis au moins 6 mois, n'ayant pas perdu l'usage de ses droits civiques et ne recevant pas d'aide publique à la pauvreté. Pour devenir représentant, il faut avoir au moins 30 ans révolus, se trouver depuis au moins 3 ans en Prusse et ne pas avoir perdu l'usage de ses droits civiques.

MandaturesModifier

Les mandatures durent au départ 3 ans puis, sur le modèle du Reichstag, elles sont rallongées à 5 ans. La chambre est toutefois plusieurs fois dissoute par le roi. Au total entre 1849 et 1918 on dénombre 22 mandatures différentes :

Numéro de la Mandature Date de l'élection par la population Élection des représentants Début de la Mandature Fin de la Mandature
I 5 février 1849 26 février 1849 27 avril 1849
II 27 juillet 1849 7 août 1849 19 mai 1852
III 3 novembre 1852 29 novembre 1852 3 mai 1855
IV 8 octobre 1855 29 novembre 1855 26 octobre 1858
V 23 novembre 1858 12 janvier 1859 5 juin 1861
VI 6 décembre 1861 14 janvier 1862 11 mars 1862
VII 6 mai 1862 19 mai 1862 27 mai 1863
VIII 28 octobre 1863 9 novembre 1863 23 février 1866
IX 3 juillet 1866 5 août 1866 24 juillet 1867
X 30 octobre 1867 7 novembre 1867 15 novembre 1867 12 février 1870
XI 9 novembre 1870 16 novembre 1870 14 décembre 1870 20 mai 1873
XII 28 octobre 1873 4 novembre 1873 12 novembre 1873 30 juin 1876
XIII 20 octobre 1876 27 octobre 1876 12 janvier 1877 21 février 1879
XIV 30 septembre 1879 7 octobre 1879 28 octobre 1879 11 mai 1882
XV 19 octobre 1882 26 octobre 1882 14 novembre 1882 9 mai 1885
XVI 29 octobre 1885 5 novembre 1885 14 janvier 1886 28 juin 1888
XVII 30 octobre 1888 9 novembre 1888 14 janvier 1889 5 juillet 1893
XVIII 31 octobre 1893 7 novembre 1893 16 janvier 1894 18 mai 1898
XIX 27 octobre 1898 3 novembre 1898 16 janvier 1899 1er juillet 1903
XX 12 novembre 1903 20 novembre 1903 16 janvier 1904 9 avril 1908
XXI 3 juin 1908 16 juin 1908 26 juin 1908 7 mai 1913
XXII 16 mai 1913 3 juin 1913 12 juin 1913 15 novembre 1918

CompositionModifier

Au départ, l'assemblée est constituée de 350 représentants, après l'annexion de l'Hohenzollern-Hechingen et de l'Hohenzollern-Sigmaringen de 352. La guerre austro-prussienne de 1866 et les gains territoriaux qui l'accompagnent font monter le nombre de députés à 432 aux élections de 1867. L'année 1876 voit l'acquisition du Duché de Saxe-Lauenbourg et la création d'un siège associé. En 1906, 10 nouveaux représentants sont créés ce qui porte leur nombre à 443 aux élections de 1908.

Les membres de l'assemblée sont rémunérés à l'inverse des membres du Reichstag jusqu'en 1906. Cela incite de nombreux membres du Reichstag au cumul des mandats, en 1903 cela concerne 110 hommes politiques, soit presque un membre sur deux de la chambre, où siègent au total 236 membres. La réforme de 1906 fait chuter ce chiffre et en 1913 seul 45 hommes politiques font le cumul[2].

En 1862, la majorité est clairement libérale. Lors du conflit constitutionnel prussien, elle lutte sans succès contre la Lückentheorie défendu par Otto von Bismarck. Après la guerre austro-prussienne de 1866, les libéraux se scindent et perdent petit-à-petit de leur influence.

La composition de l'assemblée est la suivante depuis 1867:

1867 1870 1873 1876 1879 1882 1885 1888 1893 1898 1903 1908 1913
Conservateur 123 114 9 12 106 116 134 129 142 145 143 151 149
Nouveau conservateur (34)1 25 25
Conservateur libre 54 50 35 34 57 58 62 64 63 58 61 59 53
Zentrum 52 88 88 97 98 100 99 95 100 96 104 103
National-libéral 97 111 174 175 103 69 70 88 90 73 78 66 73
Union libérale (17)2 20 433 293
Progressiste 45 48 69 67 36 37
Freisinnige 14 24 24 28 414
Union radicale 6 12 9 8
SPD 7 10
Polonais 16 19 17 15 19 18 15 15 17 13 13 15 12
Danois d’Allemagne 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2
Centre droit 24
Centre gauche 32
Centre libéral 3 2
Sans étiquette 39 33 11 15 13 15 7 7 4 6 7 3
Total 432 432 432 433 433 433 433 433 433 433 433 443 443

Source: „Biographisches Handbuch für das Preußische Abgeordnetenhaus: 1867–1918“

Notes: 1 Scission des conservateurs 2 Scission des national-libéraux 3 Création du parti affranchi 4 création du Parti populaire progressiste

PrésidenceModifier

Président

Période Nom
1849, 1862-1866 Wilhelm Grabow
1866-1873 Max von Forckenbeck
1873-1879 Rudolf von Bennigsen
1879-1897 Georg von Köller
1898-1911 Jordan von Kröcher
1912 Hermann von Erffa
1913-1918 Hans Graf von Schwerin-Löwitz

DissolutionModifier

Le cabinet ministeriel de la révolution de novembre 1918, constitué de membre du SPD et de l'USPD, décide le de dissoudre la Chambre des représentants de Prusse. Seul l'ancien vice-président Felix Porsch réagit le .

BâtimentModifier

La chambre siège dans un bâtiment construit de 1892 à 1897 dans le style Renaissance par l'architecte Friedrich Schulze-Kolbitz et communique avec les locaux de la Chambre des seigneurs de Prusse, œuvre du même architecte.

Après la révolution de novembre 1918, le bâtiment devient le siège du conseil régional de Prusse. De nos jours, il abrite la Chambre des députés de Berlin.

BibliographieModifier

  • (de) Bernhard Mann et Martin Doerry, Biographisches Handbuch für das Preußische Abgeordnetenhaus: 1867–1918, Düsseldorf, Droste, (ISBN 3-7700-5146-7)
  • (de) Thomas Kühne, Handbuch der Wahlen zum Preussischen Abgeordnetenhaus 1867 - 1918, Düsseldorf,
  • (de) Thomas Kühne, Dreiklassenwahlrecht und Wahlkultur in Preussen 1867–1914, Landtagswahlen zwischen korporativer Tradition und politischem Massenmarkt, Düsseldorf,
  • (de) Franz Lauter, Preußens Volksvertretung in der Zweiten Kammer und im Hause der Abgeordneten vom Februar 1849 bis Mai 1877. Alphabetisches Namensregister der Mitglieder, sowie Verzeichniß der Wahlkreise nach Provinzen und Regierungsbezirken., Berlin, Moeser,

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. (de) « Das Abgeordnetenhaus von Berlin » (consulté le 24 novembre 2011)
  2. Kühne 1994, p. 353-355