Chère hélice

Chère hélice
Image illustrative de l’article Chère hélice
L'hélicoptère (ou la chère hélice) à rotor contrarotatif, photographiée par Nadar en 1863.

Rôle Prototype d’hélicoptère-drone expérimental
Constructeur Gustave de Ponton d'Amécourt et Guillaume Joseph Gabriel de La Landelle
Premier vol 1862
Motorisation
Type Moteur à vapeur bicylindre
Nombre de pales Rotor contrarotatif à double hélices aériennes coaxiales
Dimensions
Hauteur 0,62 m
Masses
À vide 2,7 kg

La chère hélice ou l'hélicoptère est un des premiers prototypes d’hélicoptère-drone de l'histoire de l'aviation et de l'histoire de l'hélicoptère et autres voilures tournantes, des inventeurs français Gustave de Ponton d'Amécourt et Guillaume Joseph Gabriel de La Landelle, de 1861[1].

HistoriqueModifier

Les inventeurs français Gustave de Ponton d'Amécourt (maire de Trilport près de Paris) et Guillaume Joseph Gabriel de La Landelle construisent en 1861 un petit prototype expérimental d'aérostat « plus lourd que l'air » à rotor contrarotatif à double hélices aériennes coaxiales, et moteur à vapeur bicylindre[2],[3], inspirés entre autres des vis aérienne et ornithoptère des manuscrits de l'Institut de Léonard de Vinci, des années 1480[4], du bambou-coptère chinois du IVe siècle; et de leurs premiers prototypes d'études d'hélice aérienne « spiralifères[5] »...

Gustave de Ponton d'Amécourt invente alors le mot « hélicoptère »[6], à partir du grec ancien « έλιξ, έλικος » ou « helix » (spirale, hélice) et πτερὸν ou pteron (aile). Ce terme apparaît pour la première fois le dans son dépôt de brevet au Royaume-Uni, puis le dans un certificat d'addition au brevet 49.077 déposé le en France[7]. Ils créent également le mot aviation, par analogie avec le mot navigation, dérivé du verbe avier (voler dans les airs), dérivé du latin avis (oiseau), et du suffixe « -ation »[8].

L'appareil est photographié par leur ami Nadar en 1863 (pionnier de la photographie aérienne en 1858). Ils fondent alors ensemble la société d'encouragement de la locomotion aérienne au moyen du plus lourd que l'air, à Paris, en 1863, avec leur célèbre ami romancier-visionnaire Jules Verne, qui s'inspire de cette invention pour créer son navire volant imaginaire « albatros » de 30 m de long, pour 37 mats, propulsé par 74 doubles hélices à moteurs électriques + 2 moteurs électriques à hélice avant et arrière, pour son roman de science-fiction Robur-le-Conquérant de 1886[9] (suivi de Maître du monde de 1904).

Leurs travaux et écrits précurseurs de « l'histoire de l'aviation plus lourd que l'air », ont contribué au succès de l'invention des premiers aéronefs motorisés, avec en particulier le ballon dirigeable Daimler, de Gottlieb Daimler (1888), l'Ader Avion III, de Clément Ader (1897), le Wright Flyer, des frères Wright (1903) (puis Wright Flyer III de 1905), le Gyroplane Breguet-Richet, de Louis Charles Breguet (1907), le Blériot XI, de Louis Blériot (1909), et le Breguet Gyroplane Laboratoire, de Louis Charles Breguet (1933)...

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Famille d'Amécourt », sur www.famille-damecourt.com.
  2. « Machines à vapeur insolites », sur www.vapeuretmodelesavapeur.com.
  3. « L'hélicoptère : une invention prometteuse au XIXe siècle », sur www.pourlascience.fr.
  4. « Maquettes d'hélicoptère de Ponton d'Amécourt », sur expositions.bnf.fr.
  5. « Maquette d'hélicoptère de Ponton d'Amécourt, avec parachute Félix Nadar, d'après un négatif de 1863 », sur expositions.bnf.fr.
  6. Thierry Le Roy, « L'hélicoptère : une invention prometteuse au XIXe siècle. », dans Pour la Science (ISSN 0153-4092), Les génies de la science, no 31, mai-juillet 2007.
  7. « Gustave de Ponton d’Amécourt, ingénieur, archéologue et numismate. », sur philatelie-pour-tous.fr.
  8. Gabriel de La Landelle, Aviation ou navigation aérienne, p. 7 ([1]
  9. « Albatros - Robur-le-Conquérant (1886) », sur www.bn-r.fr.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier