Ouvrir le menu principal

Château de Moulins-Engilbert

château fort français

Château de Moulins-Engilbert
Image illustrative de l’article Château de Moulins-Engilbert
Ruines du château
Nom local Le Vieux Château
Période ou style Médiéval
Type Château-fort
Début construction Xe siècle
Fin construction 1500
Propriétaire actuel Mairie de Moulins-Engilbert
Destination actuelle Tourisme
Protection Monument historique (1993)
Site web http://www.le-vieux-chateau.fr/
Coordonnées 46° 59′ 18″ nord, 3° 48′ 37″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Nivernais
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Commune Moulins-Engilbert

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château de Moulins-Engilbert

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Moulins-Engilbert

Le château de Moulins-Engilbert, dit aussi le Vieux Château, est un château médiéval situé à Moulins-Engilbert dans le département français de la Nièvre. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Sommaire

DescriptionModifier

Le château est une structure allongée orientée nord-sud d'environ 150 m de long. Dans la basse cour, le mur est n'est pas tout à fait rectiligne tandis que le mur ouest a approximativement la forme d'un arc de cercle avec une cinquantaine de mètres dans sa plus grande largeur. Une haute cour occupe le tiers nord et domine une basse cour. Ce qui reste du donjon occupe l'angle sud-ouest de la haute cour. L'entrée depuis laquelle on voit le donjon se fait au sud par un châtelet de 15 m sur 15 m environ. L'aspect actuel est celui désiré par Victor Moreau, vers la fin des années 1870 que l'« association des amis du Vieux Château » et la municipalité font perdurer.

HistoriqueModifier

Fin Xe siècle, début XIe siècle, des datations au carbone 14 attestent des constructions pour cette période en opus spicatum (en forme d'arêtes de poissons) dans la base du donjon et dans la haute cour.

Début XIe siècle, un bâtiment est additionné à l'est du donjon sur lequel il s'appuie.

Au cours du XIIIe siècle le château et ses terres tombent dans l'escarcelle du comte de Nevers. Le château est réaménagé, le donjon est rebâti. En décembre 1290, mariage au château de Louis Ier de Nevers avec Jeanne de Rethel.

Entre 1383 et 1390, la chambre des comptes du Duché de Bourgogne indique d'importants travaux de remise en états des défenses et des bâtiments. De 1424 à 1440, à la suite du mariage de Philippe le Bon et Bonne d'Artois, les enfants ducaux y grandissent. De 1463 à 1464, le comte de Nevers y rédige le premier droit coutumier nivernais qui sera définitivement adopté en 1534 à Nevers. En 1475, les troupes royales et bourguignonnes se disputent la ville et le château.

Pendant les siècles suivants l'édifice se délite peu à peu. Au XVIIIe siècle, les tours d'entrée font office de prison. Durant la Révolution française, il est vendu comme bien national. En 1853, un notaire local, Victor Moreau, en fait l'acquisition et y établit des espaces de circulation, une perspective depuis l'entrée, plante un pin laricio (toujours visible) et d'autres arbres dans la haute-cour. Il restaure la baie est en 1877 et implante un bassin en 1879 au centre de la basse-cour. Mais il s'active surtout à la préservation et à la consolidation des ruines sur un mode digne du romantisme.

Depuis le XVIIIe siècle le château est un potager et un verger. Pendant les années 1950, un petit jardin public est créé, s'articulant autour de l'ancien bassin. L'endroit est désormais ouvert au public.

Le château est inscrit aux monuments historiques le et est ensuite acheté par la municipalité en 2006 à la commune de Saint-Honoré qui le possédait depuis 1910. L'« association des amis du Vieux Château » est alors constitué. De 2008 à 2010, le mur sud du logis est rénové.

Notes, sources et référencesModifier

RéférencesModifier

SourcesModifier

  • Ouvrage collectif, livret Archéologie en Bourgogne, numéro 17, études croisées du Vieux Château de Moulins-Engilbert (Nièvre) une publication DRAC de Bourgogne, 2009, (ISSN 1771-6640).