Ouvrir le menu principal

Centro Nacional de Inteligencia

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CNI.

Centro Nacional de Inteligencia
Centro Nacional de Inteligencia

Création
Coordonnées 40° 27′ 48″ N, 3° 45′ 48″ O
Employés 3 500 agents
Budget annuel 282 m€ (2018)
Activité(s) Renseignement
Direction Paz Esteban López (Directrice a.i.)
Paz Esteban López (Secrétaire générale)
Agence mère Ministère de la Défense
Site web cni.es
Géolocalisation du siège

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Centro Nacional de Inteligencia

Géolocalisation sur la carte : Madrid

(Voir situation sur carte : Madrid)
Centro Nacional de Inteligencia

Le Centre national de renseignement (Centro Nacional de Inteligencia, CNI) est le service de renseignement et de contre-espionnage espagnol depuis le .

À la différence de la plupart des autres pays occidentaux, l’Espagne dispose d’un seul service pour le renseignement et le contre-espionnage.

HistoireModifier

Le premier service de renseignement espagnol voit le jour en 1935 mais disparaît peu après sans jamais avoir pu agir, du fait de la Guerre civile espagnole. Il faut attendre les années 1960 et les révoltes étudiantes pour que soit créée l'Organisation contre-subversive nationale (Organización Contrasubversiva Nacional).

Quelques années plus tard, en 1972, le régime franquiste crée le Service central de documentation (Servicio Central de Documentación, SECED), qui fusionne avec le Service de renseignement du haut-État-major (Servicio de Inteligiencia del Alto Estado-Mayor, SIAEM) en 1975-1976 afin de fonder le Centre supérieur d'information de la Défense (Centro Superior de Información de la Defensa, CESID), qui constituera le service de renseignement et de contre-espionnage du régime démocratique pendant près de vingt-cinq ans.

La dernière réforme date d'une loi du 6 mai 2002, qui transforme le CESID en Centre national de renseignement (CNI)[1].

ObjectifsModifier

Le principal objectif du CNI est de fournir au gouvernement des informations pour prévenir et, le cas échéant, éviter tout risque ou menace qui affecterait l'indépendance et l'intégrité de l'Espagne, les intérêts nationaux ainsi que la stabilité de l'État de droit et de ses institutions. De plus, la loi dispose que les objectifs concrets du Centre seront définis annuellement en Conseil des ministres par un document secret, la directive de renseignement (Directiva de Inteligencia).

FonctionnementModifier

Le CNI est organiquement dépendant du ministère de la Défense, mais jouit en réalité d'un régime d'autonomie fonctionnelle, que ce soit dans son organisation interne, la gestion de son budget ou de son personnel.

Administrativement, le Centre national de renseignement est une direction dont le titulaire a rang de secrétaire d'État. Le directeur du CNI est nommé par décret royal pris en Conseil des ministres sur proposition du ministre de la Défense pour un mandat de cinq ans[1].

Ses effectifs en 2008 étaient d'environ 2 250 agents. En 2009, son budget s’élevait à 255 millions d’euros. Il opère dans plus de 80 pays, particulièrement en Afrique du Nord (surveillance des enclaves de Ceuta et Melilla), au Moyen-Orient et en Amérique du Sud.

En 2016, le CNI compte environ 3 500 agents. En 2020, ses effectifs devraient atteindre 4 000 agents, conformément aux annonces de recrutements effectuées en juin 2016 par son directeur d'alors, Felix Sanz Roldan.

ContrôleModifier

Le CNI est l'objet d'un contrôle à la fois parlementaire et judiciaire.

Contrôle parlementaireModifier

Le Centre communique au Congrès des députés, conformément aux dispositions de son règlement et par l'intermédiaire de la commission parlementaire responsable du contrôle des crédits affectés aux budgets réservés et présidée par le Président du Congrès, les informations appropriées sur son fonctionnement et ses activités. Les réunions de la commission et les informations qu'elle recevra ont un caractère secret[1].

Contrôle judiciaireModifier

Le contrôle judiciaire du CNI est assuré par un magistrat du Tribunal suprême, désigné à la majorité qualifiée du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ).

Il doit donner son accord à l'adoption de tout type de mesure ayant pour effet ou objet la violation du domicile ou du secret de la correspondance, à condition que ces mesures se justifient par l'accomplissement des missions et fonctions du CNI[2].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (es) Antonio M. Diaz Fernandez Los servicios de inteligencia españoles. Desde la guerra civil hasta el 11-M. Historia de una transición, Madrid, Alianza Editorial, 2006.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier