Centrale nucléaire de Rostov

Centrale nucléaire de Rostov
Image illustrative de l’article Centrale nucléaire de Rostov
La centrale et ses quatre réacteurs VVER
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Coordonnées 47° 35′ 50″ nord, 42° 22′ 00″ est
Opérateur Rosenergoatom
Année de construction 1977
Date de mise en service 2001
Statut En fonctionnement
Réacteurs
Type VVER 1000
Puissance nominale 4x 1 000 MW (puissance brute)
Production d’électricité
Divers
Géolocalisation sur la carte : Europe
(Voir situation sur carte : Europe)
Centrale nucléaire de Rostov
Géolocalisation sur la carte : Russie
(Voir situation sur carte : Russie)
Centrale nucléaire de Rostov
Géolocalisation sur la carte : Russie européenne
(Voir situation sur carte : Russie européenne)
Centrale nucléaire de Rostov

La centrale nucléaire de Rostov (en russe : Ростовская АЭС, Rostovskaïa AES), aussi dénommée centrale de Volgodonsk, est une centrale nucléaire de l'oblast de Rostov, en Russie. Elle est située au bord du réservoir de Tsimliansk, à environ 12 km de la ville de Volgodonsk, à 120 km à l'est de Rostov-sur-le-Don et à environ 1100 km au sud-est de Moscou.

DescriptionModifier

 
Laboratoire de chimie de la centrale

À ce jour, la centrale est équipée de 4 réacteurs qui délivrent de l'électricité sur le réseau. Le propriétaire-exploitant est l'entreprise d'état Rosenergoatom. Les réacteurs sont des réacteurs à eau pressurisée du type VVER 1000 dont les caractéristiques sont détaillés dans le tableau suivant:

Nom du réacteur Modèle Puissance brute (Mwe) Puissance nette (Mwe) Début de construction Raccordement au réseau Mise en service commerciale
Rostov-1[1] VVER-1000/320 1000 950 01.09.1981 30.03.2001 25.12.2001
Rostov-2[2] VVER-1000/320 1000 950 01.05.1983 18.03.2010 10.12.2010
Rostov-3[3] VVER-1000/320 1000 950 15.09.2009 27.12.2014 17.09.2015
Rostov-4[4] VVER-1000/320 1000 950 16.06.2010 02.02.2018 28.09.2018

Le , à l'occasion de l'inauguration de Rostov 2, le Premier ministre Vladimir Poutine a annoncé la construction en Russie, d'ici à 2020, de vingt-six nouveaux réacteurs nucléaires[5].

En , un groupe de journalistes étrangers a pu visiter la centrale de Rostov[6].

Le a eu lieu la pose du dôme du réacteur Rostov 3[7].

IncidentsModifier

Le , des satellites américains ont mesuré une radioactivité anormale aux alentours de la centrale de Rostov. La radioactivité a atteint plus de 60 microröntgen par heure. Rosenergoatom a alors affirmé que la centrale était en fonctionnement normal, et qu'aucune dose radioactive anormale n'était émise dans l'environnement[8]

En 2011, à la suite de la catastrophe de Fukushima, l'académicien Vladimir Kouznetsov a déclaré que la centrale nucléaire de Rostov se trouve dans une zone sismique active et est potentiellement dangereuse. Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a déclaré le même jour que la Russie n'avait pas de centrales nucléaires dans des zones sismiques[9].

Le , le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Rostov a été arrêté à cause d’une alerte du système de sécurité[10].

RéférencesModifier

  1. « PRIS - Reactor Details », sur pris.iaea.org (consulté le 9 avril 2020)
  2. « PRIS - Reactor Details », sur pris.iaea.org (consulté le 9 avril 2020)
  3. « PRIS - Reactor Details », sur pris.iaea.org (consulté le 9 avril 2020)
  4. « PRIS - Reactor Details », sur pris.iaea.org (consulté le 9 avril 2020)
  5. RUSSIE • Un programme nucléaire civil chargé - Courrier international, 22 mars 2010
  6. Le nucléaire russe en campagne de pub - Le Temps, 4 mai 2011
  7. Le dôme de Rostov 3 est posé - Nuklearforum, le 6 novembre 2012
  8. (de)One more provocation undertaken against residents of Leningrad and Rostov regions
  9. Quatre centrales nucléaires potentiellement dangereuses, selon un expert - Le Point, 15 mars 2011
  10. Un incident technique à la centrale nucléaire de Rostov - La voix de la Russie, 18 janvier 2013

Liens externesModifier

Voir aussiModifier