Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

Carole Thibaut est née d'un père originaire de Longwy ; né en 1942, il travaille dans la vallée de la Chiers aux Acieries[1]. De 1987 à 1991, tout en jouant, elle suit des cours d'art dramatique au CDN et au conservatoire de Dijon et suit des études de lettres et de philosophie[2]. Elle poursuit sa formation, en 1992, à l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT) à Paris et, en 1995 à la FEMIS (cours de scénario). Elle débute la mise en scène en 1994 avec Caligula d'Albert Camus et elle crée la Compagnie Sambre[3]. En 1997, elle dirige le théâtre Jean-Marais de Saint-Gratien, où la Compagnie Sambre est en résidence jusqu'en 2002.

Thibaut met en scène des œuvres classiques et contemporaines, dont celles de Daniel Keene, Gilles Granouillet, Christophe Martin, Anne Brigitte Kern, Fabienne Rouby[4]... À partir de 2006, elle met en scène ses propres pièces. En 2007-2008, elle passe une saison au Théâtre de l'Est Parisien comme écrivaine où elle crée faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars[4]. Elle a joué au théâtre dans près d'une vingtaine de spectacles, notamment avec la Compagnie Sambre. Au cinéma elle a joué dans 18 ans après de Colline Serreau, dans Ma caméra et moi de Christophe Loisillon.

Le , Carole Thibaut est nommée directrice du CDN de Montluçon-Auvergne, dans l'Allier, fonction qu'elle assure à partir de janvier 2016[5]. Le 17 juillet 2015, la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin la nomme chevalière de l'ordre des Arts et des Lettres [6]. Depuis 2017, Carole Thibaut est vice-présidente et trésorière de l'Association des Centres dramatiques nationaux et régionaux[7].

Artiste engagée, Carole Thibaut milite pour l’égalité des femmes et des hommes au sein du mouvement HF – égalité hommes/femmes dans les arts et la culture[8]. Se revendiquant de la pensée de Françoise Héritier, elle a pris la parole dans divers médias pour sensibiliser le public français au sujet des représentations sexistes dans le spectacle vivant ainsi que de l'effacement spécifique des autrices de la mémoire collective[9],[10]. Fin janvier 2013, elle cosigne auprès de Marion Aubert, Marie-Pia Bureau, Denis Chalem, Danielle Dumas, Blandine Pélissier, et plus de 150 autres signataires professionnels des métiers des arts et de la culture, la tribune « Culture : les femmes veulent mieux que des strapontins » de Catherine Anne et Myriam Marzouki publiée dans Libération[11] qui interroge le grand public :

N’est-il pas inadmissible que les mécanismes de domination masculine se retrouvent dans un secteur de l’activité humaine qui se targue de missions d’émancipation, d’ouverture, de critique, voire de subversion[12] ?

Puis elle intervient deux fois au Festival Off d'Avignon pour dénoncer la faible place occupée par les femmes dans le théâtre[13] : la première fois en 2016, invitée à s'exprimer sur l'exclusion des autrices par Thomas Jolly au jardin Ceccano ; puis en 2018, invitée au même endroit par David Bobée dans son feuilleton théâtral parodique Mesdames, Messieurs et le reste du monde, où elle a pris la parole suite à l'intervention de Gerty Dambury du collectif Décoloniser les arts. Lors de cette seconde intervention, elle refuse un faux Molière car elle constate, calculs personnels et rapport 2018 du HCE sur les arts et la culture en France à l'appui[14], qu'aucune amélioration de la représentation des femmes au Festival d'Avignon ni dans le milieu français du spectacle vivant n'a été rendue effective depuis son premier discours, alors que le thème de l'année 2018 était le genre et que l'organisateur et metteur en scène Olivier Py avait annoncé une quasi-parité[15]. En août 2018, elle est alors invitée aux côtés de Reine Prat, autrice des rapports de 2006 et 2009 pour l’égalité des femmes et des hommes dans les arts du spectacle commandités par le ministère de la Culture, au micro de Romain de Becdelievre pour une émission radiophonique intitulée Inégalités femme/homme dans le spectacle vivant : rien ne change ? sur France Culture[16].

Écrits, mise en scène, rôlesModifier

  • 2011 : Les petites empêchées, texte, mise en scène, Théâtre de l'Est parisien
  • 2012 ː L'enfant, texte et mise en scène théâtre Roger Barat
  • 2016 ː Monkey Money, texte et mise ne scène, chorégraphie Philippe Ménard, Les Célestins, Lyon
  • 2016 ː À plates coutures, texte, mise en scène  Claudine Van Beneden, chorégraphie Yan Raballand
  • 2017 ː Les Variations amoureuses, texte et msie en scène, théâtre des îlets Montluçon
  • 2018 ː Longwy Texas, Maison des métallos, Paris[17]

PublicationsModifier

  • Variations amoureuses autour de la pièce de Musset, On ne badine pas avec l'amour. Éd. Carnières-Morlanwelz (Belgique) ː Lansman, 2017, 49 p.
  • À plates coutures Éd. Carnières-Morlanwelz (Belgique)ː Lansman , 2015, 60 p.
  • Avec le couteau le pain, Éd. Carnières-Morlanwelz (Belgique) ː Lansman, 2010, 58 p.
  • Eté, Éd. Carnières-Morlanwelz (Belgique) ː Lansman éditeur , 2008, 63 p.
  • Fantaisies, l'idéal féminin n'est plus ce qu'il était Édition : Carnières : Lansman , 2010, 46 p.
  • Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars Éd.: Carnières-Morlanwelz : Lansman, 2008 68 p.
  • Monkey money Édition : Carnières-Morlanwelz (Belgique) : Lansman éditeur , 2015, 95 p.
  • Moscou la rouge, krasnaya Moskva Éd.  [Paris], TriArtis, 2011, 61 p.
  • La petite fille qui disait non Éd. Paris l'École des loisirs, 2018, 78 p.
  • Pour Chantal Goya, article dans la revue Nectart [18] où Carole Thibaut dit ce qu'est l'art pour elle ː "L’art n’agit pas sur le monde. Il fait mieux. Il met en acte l’humain. Il l’agit au plus profond.C’est une question de rencontre, de moment, d’heure propice et hasardeuse où quelque chose peut advenir en vous de la rencontre."

RécompensesModifier

2009 ː Prix SACD Prix Nouveau Talent Théâtre

2008 ː 8e Prix d'écriture théâtrale de Guérande pour Été[19]

2011 : Prix Durance Beaumarchais SACD-Grignan pour Moscou la Rouge[20]

2015 ː Chevalière de l'Ordre des Arts et des Lettres

RéférencesModifier

  1. Carole Thibaut raconte son enfance, sa famille, dans Longwy-Texas. cf. critique de Guillaume Lasserre Qui a tué Longwy ? 1er juin 2018 https://blogs.mediapart.fr/guillaume-lasserre/blog/120518/qui-tue-longwy
  2. « Carole Thibaut », sur lebilletdesauteursdetheatre.com
  3. Association C.R.I.S, « Actualités de Compagnie Sambre - tous ses textes, mises en scène, activités », sur www.theatre-contemporain.net (consulté le 16 août 2018)
  4. a et b « Carole Thibaut Biographie », sur theatredurondpoint.fr
  5. « Carole Thibaut nommée à la direction du CDN de Montluçon à partir de janvier 2016 », sur ousontlesfemmes.org,
  6. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres juillet 2015 - Ministère de la Culture », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 16 août 2018)
  7. « Nouveau CA de L'ACDN », sur asso-acdn.fr,
  8. « HF Île-de-France : Egalité Hommes-Femmes dans l’art et la culture - Première Saison Egalité 2013/2014 », sur http://www.hf-idf.org, (consulté le 16 août 2018)
  9. Juliette Jay, « L’invitée de la rédaction - Carole Thibaut : « Nos sociétés sont construites sur un modèle dominant masculin » », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2018)
  10. « Interview de Carole Thibaut auteure et metteuse en scène - Site de l'Association Adéquations », sur www.adequations.org (consulté le 16 août 2018)
  11. « Culture : les femmes veulent mieux que des strapontins - HF île-de-france », HF île-de-france,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2018)
  12. Catherine Anne et Myriam Marzouki, « Culture : les femmes veulent mieux que des strapontins », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2018)
  13. « Avignon : le genre questionné mais rien ne change », sur lesnouvellesnews.fr,
  14. « Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture - Acte II : après 10 ans de constats, le temps de l’action, du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes de la République française », sur http://haut-conseil-egalite.gouv.fr/, (consulté le 16 août 2018)
  15. (en) Laura Cappelle, « At Avignon Festival, Lots of Imagination on Show, but Few Women », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2018)
  16. Romain de Becdelievre, « Inégalités femme/homme dans le spectacle vivant : rien ne change ? », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2018)
  17. « Longwy Texas, au pays des pères », sur maisondesmétallos.paris,
  18. Thibaut Carole, Pour Chantal Goya, Nectart, 2018/1 (No 6), p. 20-25. URL : https://www.cairn.info/revue-nectart-2018-1-page-20.htm
  19. « Carole Thibaut décroche le 8e Prix d'écriture », maville par Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  20. « PRIX DURANCE BEAUMARCHAIS SACD - GRIGNAN », sur grignan-festivalcorrespondance.com

Liens externesModifier