Carloman (fils de Charles le Chauve)

fils de Charles le Chauve

Carloman (v. 847-† 877), fils du roi Charles II le Chauve et de sa première épouse Ermentrude d'Orléans.

Carloman
Fonctions
Abbé d'Echternach
-
Abbé
Abbaye de Saint-Amand
-
Abbé de Saint-Médard de Soissons
-
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Louis II le Bègue
Rothilde
Judith de France
Ermentrude (d)
Hildegarde (d)
Gisela (d)
Charles (d)
Drogon (d)
Pépin (d)
Lothaire le Boiteux
Charles l'Enfant
Rotrude (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Ordre religieux

BiographieModifier

Destiné dès l'enfance à la vie religieuse, Carloman[1] se révolte en 869 contre son père qui le fait enfermer à Senlis.
Sur ordre du pape Adrien II, Charles II libère son fils et l'oblige à le suivre lors de son expédition contre Girart de Roussillon en 870.
Carloman abandonne alors son père et, avec une armée de soldats déserteurs, met à sac les régions autour de Reims jusqu'en Belgique.

Son père réussit à le faire prisonnier et, par l'intermédiaire d'Hincmar, l'archevêque de Reims, demande l'excommunication de son fils. La sentence d'excommunication est approuvée par une grande majorité d'évêques.

En 873, Carloman, prisonnier à Senlis, est déposé de son diaconat et de tout degré ecclésiastique, et réduit à la communion laïque, mais comme ses partisans disent que n'étant plus ecclésiastique, rien ne l'empêche de régner, ils le mettent en liberté. Charles II le Chauve, son père, porte l'affaire la même année au concile de Senlis, le fait juger de nouveau pour les crimes dont les évêques n'avaient pas eu auparavant connaissance et il est condamné à mort. Mais pour lui donner le temps de faire pénitence, et lui ôter les moyens d'exécuter ses mauvais desseins, son père ordonne qu'on lui crève les yeux[2] et qu'on l'incarcère à Corbie.

Devenu aveugle, Carloman réussit toutefois à se réfugier chez son oncle Louis le Germanique. ce dernier le fait abbé d'Echternach[3] où il meurt en 877.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Sandrine Vassileff, La place du nom Carloman dans le système anthroponymique de la famille carolingienne - Carloman, fils légitime de Charles II le Chauve, pp.  6, 7 et 8
  2. Jean-Joseph Expilly, Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Paris-Amsterdam, 1770, t.6., p.772. Texte en ligne
  3. Pierre-Sébastien Laurentie, Histoire de France 1867, pp.  467 et 468