Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maiolini.
Carlo Maiolini
Carlo Maiolini.jpg
Autoportrait à l'âge de 17 ans.
Naissance
(79 ans)
Nom de naissance
Maiolini Carlo Mario
Nationalité
Française
Activité
Artiste-Peintre - Décorateur - Désign - Architecte d'intérieur
Formation
Beaux-arts Tunis et Paris
Mouvement
Influencé par
Michel-Ange
signature de Carlo Maiolini
signature

Carlo Maiolini, né en en Tripolitaine[1], est un artiste-peintre, designer et décorateur français, d'origine italienne vivant et travaillant à Laroque-des-Albères (Pyrénées-Orientales).

Sommaire

BiographieModifier

  Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Les listes peuvent demeurer si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Par défaut de sourçage d'ensemble, ce sont chacun des items qui devront être sourcés.  (mars 2016).

1940 - Naissance à Tripoli (Tripolitaine)

1942 - Ses parents d'origine sicilienne réintègrent la Sicile après l'occupation de la Tripolitaine par les troupes de Rommel, où Maiolini fait ses premières études.

1950 - Pour des raisons économiques, la famille émigre en Tunisie, lieu de naissance de son père et où une grande partie de ses aïeux s'étaient installés au début du XXe siècle. Ici même où l'on retrouve l'essence artistique de son grand père Charles Maiolini, ayant peint un grand Christ dans l'église de Djerba, et son père Henri Maiolini les affiches de films pour le cinéma familial à Sfax.

1955 - Les difficultés d'apprentissage du français à l'âge de dix ans, pousse Maiolini à dévoiler une aptitude réelle au dessin. Il pria alors ses parents de l'inscrire aux Beaux-Arts (Institut supérieur des beaux arts de Tunis) mais ceux-ci n'ayant pas les moyens, il s'inventa des talents de décorateur de vitrine de magasin afin de financer ses études.

1958 - À la fin de la 2e année, il remporte le 1er Prix du concours " Bourse de voyage artistique " (normalement réservé aux élèves de 3e année), présidé par M. Pierre Berjole (plus tard conservateur du Musée de l'Annonciade à Saint Tropez). Ce prix conséquent pour l'époque était destiné à faire un voyage d'études dans le pays de son choix. L'Italie s'est imposée de toute évidence, et le voilà, à 18 ans, sillonnant les rues de Rome, Florence, Venise, à la découverte de cette Renaissance tant admirée dans les livres. Au retour de ce voyage, un panneau entier lui est consacré au Salon des Beaux-Arts de Tunis pour montrer son travail. Acquisition de tableaux par le gouvernement Tunisien et l'Ambassade de France.

1959 - Départ pour Paris, Beaux-Arts, Arts-Déco et Académie de la Grande Chaumière furent ses lieux de refuge, où il eut comme professeurs Roger Chapelain-Midy et Marcel Gromaire.

1960 - Pas de dispense pour des études artistiques, appelé à faire son service militaire à Bizerte, en Tunisie, il fut repéré par le Lieutenant Ivaldi (1er prix d'architecture de la Villa Médicis à Rome), qui lui demanda de s'occuper des décors du " Théâtre aux Armées " dont il en était le responsable.

1962 - Paris, retour à la vie active. Après plusieurs tentatives dans diverses orientations artistiques, dessins de cartons pour canevas, illustrations pour des magazines, etc. il fit la connaissance de Pierre Cardin et cette rencontre fut déterminante. Il créa pendant vingt ans des modèles pour diverses maisons de couture. Le dessin était toujours présent, la création également, la couleur dans les tissus, les dessins d'imprimés, des broderies, tout lui plaisait ; pourtant, il lui manquait l'odeur de l'huile de lin et de la térébenthine, les aplats, les lavis et tout simplement le tableau fini, accroché à une expo !

Pourtant, il n'avait pas délaissé ses pinceaux pour autant. Une courte période abstraite, et voilà Maiolini se lançant le défi d'aller vers la figuration narrative la plus difficile techniquement, proche de l'hyperréalisme, tout en l'évitant, il l'associe à un traitement pictural propre qui lui donne sa personnalité.

1965 - Il s'installe à Nice, et continue son activité de styliste entre Nice, Paris, Milan, New York

1981 - Son cousin italien, Enzo Leopardi, grand amateur d'art, biographe de grands artistes, lui en présente certains de renom, Salvatore Fume, Biagio Brancato, Piero Guccione, qui sont tous d'accord. il doit reprendre les pinceaux.

1988 - Réalisation du Bal à Versailles pour les 70 ans du Prince de Lignac sur une plage privée de Saint Tropez. Ce fut la reproduction du Grand Trianon sur 1 700 m2 : Bassin d'Apollon avec ses jets d'eaux, un temple d'amour, une statue équestre de Louis XIV grandeur nature, deux obélisques de 13 mètres de hauteur. Le défi mené à bien, la fête eut un retentissement mondial.

1999 - Rétrospective au Musée d'art moderne et d'art contemporain de Liège en Belgique[2], organisée par Hector Magotte, échevin de la culture et des musées de la ville de Liège (dans la même salle où ont exposés Marc Chagall et Pablo Picasso).

2000 - Lors de l'exposition personnelle à la Chapelle Ste Elisabeth, organisée par la ville de Villefranche-sur-Mer, Mr Dimitri Salmon, commissaire de l'exposition « D'après l'Antique » qui doit avoir lieu en octobre au Musée du Louvre visitant son exposition, remarqua une toile qui correspondait exactement au style de la future exposition. Sur acceptation de Mr Pierre Rosenberg, président directeur du musée du Louvre, ce tableau fut reproduit dans le catalogue de l'exposition.

2007 - André Callego, président du groupe de presse Le Journal Toulousain écrira un livre sur sa vie et son œuvre et sera publié aux éditions de l'lxcéa.

- Au mois de mai, le Ministère de la Culture Tunisienne lui organisera une rétrospective au Dar Sébastien, Centre Culturel International de Hammamet, pour ses cinquante années de vie artistique, initiée aux Beaux-Arts de Tunis.

- Réalisation d'un ciel de 160 m2 sur la grande coupole du Théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris.

TendancesModifier

Après les différentes écoles, l'évolution de Maiolini alla du figuratif à l'abstraction, mais ses racines familiales, son amour pour la grécité et la Renaissance italienne, l'ont dirigé vers la " Nouvelle figuration " une facture plus précise dans un double traitement pictural qui confère à ses tableaux toute leur modernité. La mesure de l'espace, la composition, le dessin et les analyses des images sont pour lui primordiales, comme il se plait à dire " Une peinture pour nourrir l'esprit. "

De la "réalité subjective" à la "figuration narrative" Maiolini trouva son bonheur en confrontant Le réel à l'imaginaire.

Amoureux de la sculpture sans jamais l'avoir pratiqué, Maiolini met en confrontation, dans sa galerie des Antiques les deux arts car pour lui " Le tableau et la statuaire sont les deux seules représentations de l'excellence dans les arts plastiques "

Passionné comme tant d'autres artistes depuis des siècles par la mythologie grecque, Maiolini puise "dans ce grand chaudron" une partie de sa nourriture picturale disant que tout n'a jamais été peint et exprimé de la même manière !

Parcours pictural (sélection)Modifier

Décors - Désign etc.Modifier

  • 1960 - Bizerte - Théâtre aux armées (ses premières expériences de décorateur)
  • 1988 - Décors du Bal à Versailles pour le Prince de Lignac à Saint Tropez en France
  • 1994 - Directeur artistique de la Société Artichaut pour les Arts de la Table en France
  • 2000 - Première collaboration pour les Émaux de Longwy en France
  • 2007 - Fresque sur la coupole du Théâtre de la Porte Saint Martin à Paris

Presse (sélection)Modifier

  • 2000 - Parution d'une de ses toiles dans le catalogue D'après l'Antique du musée du Louvre
  • 2007 - André Gallego " Du rêve à l'acte " livre sur la vie et l'œuvre de Carlo Maiolini aux éditions de l'Ixcéa
  • 2008 - Les éditions Emile Hazan éditeront cinq de ses tableaux en poster.
  • 2014 - Éditions Akoun - " Maiolini ne signerait pas ses œuvres qu'on saurait que c'est lui. Une écriture éprouvée tant par sa technique que dans ses compositions. Surréalisme et figuration narrative mériteraient que chacun des tableaux raconte une histoire entre présent passé et avenir. Jacques-Armand AKOUN expert

Collections publiquesModifier

  • Echevinat de la culture et du tourisme Liège Belgique
  • Ministère de la culture Tunis Tunisie
  • UNICEF Florence Italie
  • PROLOCO (développement pour la culture) Ragusa Italie
  • Association France-Alzheimer.
  • Musée en Florentinois de Saint-Florentin (Yonne) Bourgogne France
  • Services Culturels ville d'Argelès-sur-Mer

Notes et référencesModifier

  1. « Artiste reconnu, Carlo Maiolini a ouvert son atelier », sur lyonne.fr, (consulté le 22 septembre 2015).
  2. Stéphanie Koch, « Les papillons font la foire... », sur lalibre.be, (consulté le 22 septembre 2015).
  3. H. HANACHI, « Ô temps, ne suspends pas ton vol », sur lequotidien.tn, (consulté le 22 septembre 2015).

Liens externesModifier