Ouvrir le menu principal

Carl Bosch

ingénieur, chimiste et PDG allemand
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bosch.
Carl Bosch
Carl Bosch.jpg
Photographie de Carl Bosch publiée en 1931 par la Fondation Nobel.
Fonction
Geheimer Rat
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Bergfriedhof (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Chimiste, inventeur, universitaire, ingénieurVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Carl Friedrich Alexander Bosch (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Distinctions
Prix Nobel de chimie ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
National Inventors Hall of Fame
Médaille Bunsen (d) ()
Médaille Liebig ()
Anneau Werner von Siemens (en) ()
Prix Nobel de chimie ()
Médaille Wilhelm Exner ()
Prix Goethe de la Ville de Francfort ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Carl Bosch, né le à Cologne, Empire allemand et mort le à Heidelberg, Allemagne, est un ingénieur et chimiste allemand. Il est surtout connu pour avoir supervisé la première industrialisation du procédé Haber et dirigé IG Farben.

BiographieModifier

Carl Bosch fait ses études à l'université technique de Charlottenburg (aujourd'hui université technique de Berlin), puis à l'université de Leipzig de 1892 à 1898.

En 1899, il commence à travailler au sein de BASF. De 1908 à 1913, il industrialise le procédé Haber en collaboration avec Fritz Haber. À cause de son apport déterminant, le procédé industriel est aussi appelé « procédé Haber-Bosch ».

Après la Première Guerre mondiale, il travaille sur le pétrole et la synthèse de méthanol par chimie à haute pression.

En 1919, il obtient la médaille Liebig.

En 1921, il donne un montant substantiel pour l'érection d'un institut de recherche à Potsdam pour étudier les raies spectrales de la lumière. Le bâtiment, de facture moderne pour l'époque, sera appelé « Tour Einstien »[1].

En 1925, Bosch est l'un des fondateurs d'IG Farben[2],[3], dont il deviendra président du conseil de direction à partir de 1935.

 
Pierre tombale à Heidelberg.

En 1931, il est co-lauréat avec Friedrich Bergius du prix Nobel de chimie « en reconnaissance de leurs contributions à l'invention et au développement de méthodes chimiques à haute pression[4] ».

Il dirige le Kaiser Whilhelm Institut de 1936 à 1940[5].

Il est le neveu de Robert Bosch, fondateur de Robert Bosch GmbH.

Notes et référencesModifier

  1. Philipp Frank (trad. de l'anglais par André George), Einstein: sa vie et son temps [« Einstein : his life and times »], Paris, Flammarion, coll. « Champs », , 473 p. (ISBN 978-2-080-81242-1), p. 284
  2. Hager 2008, p. 211-212
  3. Jeffreys 2008, p. 118-122
  4. (en) « in recognition of their contributions to the invention and development of chemical high pressure methods » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1931 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 12 août 2010
  5. Walker, Mark, 1959-, German national socialism and the quest for nuclear power, 1939-1949, Cambridge University Press, (ISBN 0521364132 et 9780521364133, OCLC 18987379, lire en ligne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Thomas Hager, The Alchemy of Air: A Jewish Genius, a Doomed Tycoon, and the Scientific Discovery That Fed the World but Fueled the Rise of Hitler, New York, Harmony Books, , 336 p. (ISBN 978-0-307-35178-4).  
  • (en) Diarmuid Jeffreys, Hell's Cartel: IG Farben and the Making of Hitler's War Machine, Metropolitan Books, , 496 p. (ISBN 978-0805078138).  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier