Ouvrir le menu principal
Cajsa Warg
Cajsa Wargs kokbok.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Anna Kristina WargVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Cajsa WargVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Œuvres principales
Illustration du frontispice de Hjelpreda I hushållningen för unga Fruentimber publié pour la première fois par Cajsa Warg en 1755, auteur: Pehr Geringius.

Anna Christina Warg (née le 23 mars 1703 - décédée le 5 février 1769, à Stockholm ), mieux connue sous le nom de Cajsa (ou Kajsa ) Warg, est une auteure de livres de cuisine suédoise et l’un des cuisiniers les plus connus de l’histoire de la Suède.

FamilleModifier

Warg est née à Örebro; elle est la plus jeune des deux filles du comptable Anders Warg (décédé en 1708) et de Karin Livijn (décédée en 1755). En 1710, sa mère épouse en secondes noces le noble Eric Rosenstråle, avec lequel elle a sept enfants, et avec qui elle s'installe au Château de Borggård près de Finspång.

CarrièreModifier

Warg quitte rapidement la maison familiale pour devenir la cuisinière et l'intendante de plusieurs personnalités influentes de Stockholm, comme le général Wolter Reinhold von Stackelberg. On ne sait pas quand exactement elle a commencé sa carrière, mais von Stackelberg avait servi avec son père en tant qu'officier dans l'armée, et il est vraisemblable qu'elle soit devenue son employée comme cuisinière au moment où il s'est marié et s'est établi à Stockholm, en 1735. Elle fut plus tard employée par le frère aîné de von Stackelberg, le maréchal Baron Berndt Otto von Stackelberg, et à partir de la fin des années 1740, par le secrétaire d'État et maître général des Postes, le baron Leonard Klinckowström, dont l'épouse Catharina Ehrenpreus était la cousine de sa mère. Von Stackelberg était le beau-frère de Hedwige Taube et Warg put se faire connaître comme cuisinière dans les cercles influents de la ville. Il a été décrit comme un grand gourmet et organisait souvent des réceptions pour l'élite culturelle de Stockholm. Par exemple, un de ses hôtes était Carl Michael Bellman, qui a écrit un poème sur la nourriture lors de ses réceptions. Après la mort de son dernier employeur, Klinckowström, en 1759, Warg acquit son appartement, et elle y vécut des ventes de son livre et en louant des chambres.

Livre de recettesModifier

En 1755, Cajsa Warg hérite de sa mère 5 000 daler. La même année, elle publie Hjelpreda I Hushållningen För Unga Fruentimber ("Guide de ménage pour les jeunes femmes"), qui connaitra quatorze éditions, la dernière paraissant en 1822. Le livre a également été traduit en allemand, et connut quatre éditions dans cette langue; il a également et traduit en estonien. Il contient principalement des recettes de cuisine, mais il comprend également des instructions sur la teinture des textiles et d'autres éléments liés à l'organisation d'un ménage. À partir de la troisième édition (1762), il comprit une annexe intitulée Underrättelse om Färgning ("Instruction sur la teinture"). L'annexe sur la teinture a été traduite et connut deux éditions en danois (1773 et 1794).

Le livre de Warg a été le livre de recettes le plus utilisé en Suède pendant plusieurs générations, et il est resté d'actualité jusqu'à la fin du 19e siècle. Les nouveaux articles ménagers , les cuisinières de fabrication industrielle et les changements de style de cuisine ont alors rendu la plupart de ses recettes obsolètes.

RéputationModifier

La tradition a attribué le dicton Tager vad man haver ("vous utilisez tout ce que vous avez") à Warg, bien qu'il n'y ait pas de preuve qu'elle ait utilisé cette expression. Bien que ces mots précis soient devenus fortement associés à son œuvre, ce dicton n’est pas mentionné dans son livre.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  • (sv) Ärlemalm, Ingrid Cajsa Warg, Hiram och de andra: om svenska kokboksförfattarinnor Ordalaget, Bromma. 2000. (ISBN 91-89086-15-5)
  • (sv) Palmær, Margit, Cajsa Warg och hennes kokbok. Cajsa Wargs kokbok utgiven i urval med kulturhistorisk inledning. Stockholm. 1985.
  • (sv) Du Rietz, Richard, Gastronomisk spegel: historisk översikt jämte förteckning över svenska kok- och hushållsböcker fram till 1850. Stockholm. 1953.
  • (sv) Öjvind Swahn, Jan, Tager vad man haver (1970)

Liens externesModifier