Brian Hatton

artiste britannique
Autoportrait (1908), musée de Hereford.

Brian Hatton (né le et mort le ) est un peintre anglais du courant réaliste[1],[2]. Il est né à Broomy Hill, dans le Herefordshire, et a été tué au combat pendant la Première Guerre mondiale[3]. Ses travaux étaient hautement prometteurs. Il a peint des paysages locaux, des portraits de famille, des études de personnages et fait des illustrations de livres. Une grande exposition de son œuvre s'est tenue à Hereford au Hereford Museum and Art Gallery de à [4],[5],[6].

BiographieModifier

Il naît dans la famille d'un négociant aisé dans le commerce du cuir et montre des dispositions très jeune pour le dessin. Il obtient en 1895 la médaille de bronze de la Royal Drawing Society (RDS) grâce à George Frederic Watts qui devient son professeur ; il est récompensé par la médaille d'or en 1898. Hatton s'intéresse aux portraits et dessine souvent ses sœurs cadettes. Il peint aussi les princesses, filles de la duchesse d'Argyll, qui l'invitent ainsi que sa mère au palais de Kensington.

De 1899 à 1902, il étudie à la Grammar School de Swansea et passe son temps libre à peindre. De 1905 à 1906, il est étudiant au Trinity College d'Oxford. C'est à cette époque que la princesse Alice l'invite à faire le portrait de ses enfants au château de Windsor. Grâce au soutien financier de son oncle Charles Marr il suit pendant un an les cours d'art de la Hospitalfield House d'Arbroath. Ensuite, il s'installe à St Ives et à l'école de Newlyn, puis part avec son oncle étudier les peintres à Amsterdam et à La Haye.

Il retourne dans son Herefordshire natal en 1908 et ouvre un atelier où il se spécialise en portraits. Il prend part la même année en tant que dessinateur à l'expédition de Flinders Petrie en Égypte. En 1910, il est élève à l'Académie Julian de Paris, et expose au Salon.

Ensuite, il s'installe à Londres auprès de son cousin Geoffrey Vevers et ouvre un atelier avec son camarade d'Oxford, Gerald Siordet. Il présente une œuvre à l'exposition d'été de 1914 de la Royal Academy of Arts. Elle est remarquée par le Royal Institute of Oil Painters qui prend Hatton comme membre de l'institut. John Masefield lui commande d'illustrer son livre The Everlasting Mercy, puis il se rend à Paris de nouveau et passe des vacances avec son oncle en Belgique. C'est alors qu'éclate la Première Guerre mondiale.

Il est enrôlé le comme soldat du Worcester yeomanry. Un mois plus tard, le , il épouse Lydia May Bidmead (née en 1888). Il devient « signaller », c'est-à-dire aiguilleur et il est nommé second lieutenant. Peu après la naissance de sa fille en , il est transféré en Égypte, qu'il connaissait grâce à un précédent séjour et dont il apprend à maîtriser les rudiments de la langue. Le , il se trouve au sein d'une troupe de pionniers, qui devaient creuser un puits près d'Oghratina[7]. mais ils sont assiégés par les Turcs, alliés de l'Allemagne. Hatton est le meilleur cavalier et doit partir appeler du renfort, mais il est abattu. Son corps est inhumé au cimetière militaire d'El Qantara.

HéritageModifier

Malgré une courte carrière, Hatton laisse plus d'un millier de travaux. Deux expositions d'importance se tiennent en son hommage: l'une en 1926 à la Walker's Gallerie et une autre en 1955 à la Leighton House. Une grande partie de son œuvre est léguée par sa veuve au Hereford Museum. De plus sa sœur Marjorie se consacre à sa mémoire et fonde le « Brian Hatton Trust », ce qui permet de financer l'exposition permanente de son œuvre.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Celia Davies. Brian Hatton: A Biography of the Artist (1887–1916), Terence Dalton, 1978. (ISBN 0-900963-84-0), (ISBN 978-0-900963-84-1).
  2. (en) Brian Hatton - The life and death of a young artist .
  3. (en) Walter Shaw Sparrow. « Brian Hatton: young painter of genius killed in the war », n° 17 du Walker's Quarterly, Walker's Galleries, 1926.
  4. (en) Bill Tanner. « Herefordshire celebrates Brian Hatton », in Hereford Times, article du 12 novembre 2007.
  5. (en) Exhibition dedicated to the work of Brian Hatton (1887–1916) [1].
  6. (en)Cornwallartists, Brian Hatton
  7. Ophratina se trouve près du lieu-dit Katia, dans la péninsule du Sinaï, sur la côte méditerranéenne

BibliographieModifier

  • (en) Celia Davies, Brian Hatton: a Biography of the Artist (1887–1916), (ISBN 978-0-900963-84-1)
  • (en) A. Jarman e.a., Royal Academy exhibitors, 1905–1970: a dictionary of artists and their work in the summer exhibitions of the Royal Academy of Arts, 6 vols. (1973–1982)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :