Brenda Howard

militante bisexuelle et féministe
Brenda Howard
LarryWendyCTomWendyM.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
QueensVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Militante pour les droits des femmes, militante pour les droits LGBTVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web

Brenda Howard, née le et morte le , est une militante bisexuelle[1] féministe, figure importante de la libération des allosexuels[1], ayant notamment organisé la première manifestation de ce qui allait devenir la « Marche des fiertés », dont le principe a essaimé dans le monde entier[2].

BiographieModifier

Howard est née dans le Bronx et grandit à Syosset sur Long Island. Elle fut diplômée de la Syosset High School puis fit des études d'infirmière avant de se lancer dans le militantisme.

Howard fut une des membres les plus importantes du Gay Liberation Front et de la Gay Activists Alliance (en) peu après les émeutes de Stonewall, et la fondatrice du réseau New York Area Bisexual Network (en)[3] (association qui informe et sert de réseau de communication pour les organisations bi ou bi-friendly de la région).

Elle fait partie en 1986 de la coalition qui fera adopter par la ville de New York une loi anti-discrimination à l'égard des homosexuels visant à « interdire la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle dans le logement, l'emploi et les lieux publics »[4].

Elle est également connue comme étant « the Mother of Pride » (la mère de la fierté) pour son travail pour la commémoration du premier mois-anniversaire des émeutes de Stonewall[5], puis de l'organisation du « Christopher Street Liberation Day March » un an plus tard. C'est également Howard qui eut l'idée d'organiser des événements pendant la semaine précédant la marche, ce qui fut la genèse des Marche des fiertés qui ont maintenant lieu chaque année en juin ou juillet.

Shiri Eisner évoque l'invisibilisation ou la sous-représentation des personnes bisexuelles dans la reconnaissance des efforts que celles-ci ont pu mettre en œuvre pour permettre l'avancée des droits des non hétérosexuels ; cela serait du, en particulier, au fait que les personnes bisexuelles sont généralement « reclassées» dans une catégorie binarisée, « gay » ou « lesbienne » « niant » leur réelle identité sexuelle, mais surtout par une sous-représentation -numérique- dans le nombre de personnes affichées, engagées ou militantes au sein des communautés LGBTQI+ [1].

Le prix Brenda HowardModifier

En 2005 le Brenda Howard award est créé par le Queens Chapter of PFLAG en mémoire de Howard pour récompenser les accomplissements d'une personne ou une organisation jouant un rôle de représentation positive pour la communauté bisexuelle[6].

Les personnes suivantes remportent le prix :

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) Shiri Eisner, Bi: Notes for a Bisexual Revolution, Seal Press, 2 juil. 2013, howard bisexual&f=false lire en ligne
  2. (en) San Francisco Human Rights Commission, « Bisexual Invisibility: Impacts and Recommendations », p. 5
  3. (en) Charlotte Dingle, « Meet Brenda Howard, The Bisexual “Mother Of Pride” », sur www.curvemag.com (consulté le )
  4. Florent Manelli, 40 LGBT+ qui ont changé le monde, Éditions Lapin, dl 2019 (ISBN 978-2-37754-036-5 et 2-37754-036-8, OCLC 1117747488, lire en ligne)
  5. Equality Forum, « LGBT History Month profile: Activist, ‘Mother of Pride’ Brenda Howard », sur LGBTQ Nation, (consulté le )
  6. « Brenda Howard Memorial Award Information », sur www.pflag-queens.org (consulté le )
  7. (en) « Award-winning advocate for people of all orientations to present at campus », sur Penn State Schuylkill (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier