Ouvrir le menu principal

Vue aérienne de la prison

La prison de la Boutyrka ou des Boutyrki (en russe, Бутырская тюрьма ou Бутырский следственный изолятор, centre de détention provisoire de Boutyrski) est une prison sur trois hectares proche du centre-ville de Moscou au 45 Novoslobodskaïa Oulitsa qui fut construite en 1771 comme caserne pour une unité de cosaques.

Sommaire

HistoriqueModifier

Article détaillé : Vichéra (antiroman).

Cette caserne accueillit en 1774 son premier prisonnier, Iemelian Pougatchev. Elle fut réaménagée au début des années 1800 par l'architecte Matvei Kazakov. Ses cellules ont des murs voûtés ressemblant à ceux des châteaux médiévaux.

En 1908, Harry Houdini parvint en vingt-huit minutes à se libérer de ses chaînes, sortir d'une caisse fermée par un cadenas et franchir les barreaux d'une cellule[réf. souhaitée].

Cette prison est célèbre de sinistre mémoire pour avoir accueilli de nombreux prisonniers politiques sous le régime de Staline, puis des dissidents sous le régime de Léonid Brejnev.

Dans les années 1990, cette prison était l'une des plus surpeuplées du pays avec soixante-dix prisonniers dans des cellules prévues pour vingt.

Un des derniers prisonniers célèbres est Vladimir Goussinski qui y passa trois jours en juin 2000, avant de transférer la propriété de Gazprom. L'avocat Sergueï Magnitski fut également un de ses prisonniers dénonçant les conditions de sa détention[1].

Un système élaboré de ficelles permet d'ouvrir les fenêtres pour échanger de petits objets entre les cellules.

Les autorités ont mis l'immeuble en vente, mais il est grevé par une inscription sur la liste du patrimoine fédéral, en échange pour une prison équivalente dans la région de Moscou.

Prisonniers célèbresModifier

Notes et référencesModifier

  1. Hélène Despic-Popovic, « L’agonie de Magnitski », sur Libération.fr,

BibliographieModifier

Varlam Chalamov (trad. Sophie Benech), Vichéra, Verdier (ISBN 9 782864 323235), p. 209-248

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :