Léonide Féodoroff

Léonide Féodoroff
Romza Russicum.jpg
Icône de Léonide Féodoroff au Collège Russicum, Rome.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
KirovVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Étape de canonisation
Fête

Le Bienheureux Léonide Féodoroff (en russe : Леонидъ Ивановичъ Фёдоровъ, Leonid Ivanovitch Fiodorov), né le à Saint-Petersbourg et décédé le , était le premier exarque de l'Église grecque-catholique russe. Condamné à la déportation dans la région nordique de la Russie, il y meurt de mauvais traitements. Il fut béatifié par Jean-Paul II le .

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Vladimir naît le à Saint-Pétersbourg dans une famille orthodoxe russe de condition modeste. Étudiant à l'Académie ecclésiastique de l'Église russe, il y rencontre Vladimir Soloviev qui l'engage à étudier les différentes traditions chrétiennes. Au terme d'un examen solitaire des Pères de l'Église et des conciles œcuméniques, Féodoroff décide de devenir catholique.

Catholique et russeModifier

Cette conversion le contraint à s'expatrier. Il part pour Rome en 1902 où il fait sa profession de foi catholique en l'église du Gesù. Il poursuit ses études en vue du sacerdoce au séminaire d'Anagni, à Rome et à Fribourg. Il refuse cependant d'adopter le rite romain: il veut être pleinement catholique et pleinement russe. Le , il reçoit l'ordination sacerdotale dans le rite byzantin en Bosnie. En 1913 il devient moine dans une skite studite grec-catholique, la Skite de Saint-Joseph à Kamenets, avec le nom monastique de Leonty[1],[2].

Exarque de l'Église grecque-catholique russeModifier

Il revient à Saint-Pétersbourg. Au bout d'un certain temps, il est arrêté et exilé en Sibérie. À sa libération, en 1917, il est nommé exarque de l'Église grecque-catholique russe par le métropolite André Cheptitsky[1],[2].

En 1923, il est arrêté une seconde fois. Condamné à dix ans de déportation, lors d'un procès retentissant qui condamna également Mgr Jan Cieplak et Mgr Constantin Budkiewicz, il est envoyé aux Îles Solovki sur la mer Blanche et à Viatka (actuellement Kirov), qui sont considérés comme des camps de la mort. Sa santé ne résiste pas aux dures conditions de la vie en déportation dans le Grand Nord. Il meurt en martyr de la Foi le [1],[2].

BéatificationModifier

En 1937, son procès de béatification est ouvert avec l'appui du métropolite de l'Église grecque-catholique d'Ukraine André Cheptitsky. Il est béatifié le , à Lvov, lors de la visite pastorale que le pape Jean-Paul II fait en Ukraine[2].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Bienheureux Leonid Feodorov », Magnificat, no 352,‎ , p. 92.
  2. a b c et d « Bienheureux Léonide Féodorov », sur Nominis (consulté le ).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Paul Mailleux: Entre Rome et Moscou : l'exarque Leonide Feodoroff, Bruges, Desclée de Brouwer, 1966.
  • Constantin Simon: Russicum ; pionneers and witnesses of the struggle for Christian Unity in Eastern Europe : Leonid Feodorov, Vendelin Javorka, Theodore Romza, Rome, Opere religiose russe, 2011.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier