Ouvrir le menu principal

Écomusée de la bourrine du Bois-Juquaud

écomusée à Saint-Hilaire-de-Riez (Vendée)
(Redirigé depuis Bourrine du Bois-Juquaud)
Écomusée de la
bourrine du Bois-Juquaud
Écomusée de la bourrine du Bois-Juquaud (vue 3, Éduarel, 22 août 2016).jpg
L’entrée de l’écomusée, chemin du Bois-Jucaud, en .
Informations générales
Type
Musée municipal
Ouverture
Surface
31 932 m2
Visiteurs par an
18 000 (2012)
16 500 (2013)
20 200 (2014)
Bâtiment
Protection
Espace naturel sensible (depuis le )
Localisation
Adresse
4, chemin du Bois-Jucaud
85270 Saint-Hilaire-de-Riez
Saint-Hilaire-de-Riez
France
Coordonnées
Localisation sur la carte des Pays de la Loire
voir sur la carte des Pays de la Loire
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L’écomusée de la bourrine du Bois-Juquaud est une structure muséale française située dans la commune de Saint-Hilaire-de-Riez, dans le département de la Vendée et la région des Pays-de-la-Loire.

Constitué autour d’une bourrine de rive, habitation traditionnelle du Marais breton, l’écomusée est consacré à la présentation et à la description de savoir-faire et de pratiques coutumières des pays maraîchins du nord-ouest vendéen aux XIXe et XXe siècles.

DescriptionModifier

LocalisationModifier

L’écomusée se situe au nord-ouest de la Vendée. Son adresse se trouve au 4, chemin du Bois-Juquaud (officiellement « chemin du Bois-Jucaud »[1]), au nord de la commune Saint-Hilaire-de-Riez, entre la route du Perrier et celle de Soullans[2]. Du point de vue paysager, il est localisé dans un espace de dunes boisées — l’ancien cordon dunaire des Mattes[3] — encerclé par le Marais breton[4].

Localisation de l’écomusée dans la Vendée.

SiteModifier

La bourrine du Bois-Juquaud occupe une place centrale au sein de cette exploitation agricole traditionnelle ; elle se décompose en trois parties : la cuisine, la belle chambre et le four[5].

De plus, le site est constitué de plusieurs autres bâtiments[6],[2] :

  • la « grande galerie » (abritant la charrette à âne et les outils) ;
  • la « petite galerie » (espace de stockage de combustibles) ;
  • la « galerie » ;
  • la « grange » (abritant quelques animaux) ;
  • la « remise » ;
  • la « laiterie » (espace de stockage de denrées alimentaires) ;
  • le « jouqritt » (poulailler).
 
Une vue du chemin menant du site à l’écomusée.

Aussi, des espaces comme l’enclos ou le potager sont situés aux extrémités de l’exploitation[5].

ÉcomuséeModifier

L’écomusée se divise en trois parties.

La première abrite l’accueil et la boutique. La deuxième est une salle qui héberge des expositions temporaires, comme celle consacrée à l’ancienne propriétaire, Armandine Grandemer, en 2016[7]. Enfin, la troisième est un espace multimédia ludique consacré à la tradition maraîchine et aux pratiques locales[2].

HistoriqueModifier

La bourrine principale est construite en 1818[3]. Jusqu’à la mort de sa dernière habitante, Armandine Gandemer (1887-1967), elle était occupée par les membres d’une même famille du Marais breton[8]. Elle est l’objet d’un legs à la commune de Saint-Hilaire-de-Riez en 1970[9].

Alors que la bourrine menace de s’effondrer en 1984[10], les premières rénovations sont effectuées par la commune, à la demande de l’association Arts et traditions populaires, en 1985.

 
Le site de la bourrine du Bois-Juquaud en avant la restauration.

Par une délibération du , le conseil municipal de cette commune sollicite l’aide du conseil général dans le cadre d’un projet de rénovation de la bourrine qui conduirait à inscrire la structure comme antenne de l’écomusée départemental. Cette proposition est acceptée par les élus du département lors de la séance du [11]. Toutefois, le site ne devient une antenne de l’écomusée départemental qu’à la signature d’une convention entre le département et la commune, le [12].

Le projet s’articule autour de trois axes principaux : « le sauvetage et la restauration » de la bourrine principale ; la reconstitution des bâtiments annexes ; et l’arrangement des abords du site[13]. En outre, en 1989, la commune souhaite agrémenter celui-ci d’un espace d’accueil et d’exposition[14]. Cet espace ouvre ses portes la même année[3]. En 2013, la municipalité hilairoise entreprend et finance une nouvelle restauration, mettant notamment en œuvre le renforcement des bâtiments du site[10].

De plus, à l’occasion d’une délibération, le , le conseil général apporte son approbation pour l’acquisition de 2 hectares, 47 ares et 35 centiares de terrains autour de la bourrine[15]. Ces derniers, achetés par le département avant le , font l’objet d’une protection au titre des espaces naturels sensibles (ENS) en tant qu’espaces boisés avec 19 ares et 17 centiares de dunes et de landes — soit une superficie totale de 2 hectares, 66 ares et 52 centiares — par décision du [16].

De son côté, la commune est propriétaire de la bourrine et de quelques ares aux alentours de celle-ci[13],[17]. Avec la Faye et la Corniche vendéenne, le site du « bois Juquaud » est l’un des trois espaces naturels sensibles de la commune de Saint-Hilaire-de-Riez[18],[19].

AdministrationModifier

Propriété de la commune de Saint-Hilaire-de-Riez[20], l’écomusée est géré par le Comité des usagers de la bourrine du Bois-Juquaud, une association créée en 1987[21], devenue, en , Les Amis de la bourrine du Bois-Juquaud[22],[23].

Présidence de l’association :

  • Jean Bouillon (avant 2013[20]) ;
  • Annette Moreau (à partir de 2014[24]).

Classement et fréquentationModifier

L’écomusée dispose du label « musée de France » depuis le [25],[26].

Situé à proximité de stations balnéaires de la Côte de Lumière, il connaît une fréquentation touristique importante, notamment l’été[27]. La fréquentation annuelle était estimée à 18 000 visiteurs en 2012[20], à 16 500 en 2013, et à 20 200 en 2014[21].

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. « Juquaud ou Jucaud ? Le bois aux deux échos », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  2. a b et c Saint-Hilaire-de-Riez 2016, p. 3.
  3. a b et c Saint-Hilaire-de-Riez 2016, p. 2.
  4. Citadia 2011, p. 124.
  5. a et b Saint-Hilaire-de-Riez date de publication inconnue, p. 3 (plans du site et de la bourrine).
  6. Saint-Hilaire-de-Riez date de publication inconnue, p. 4.
  7. « À Saint-Hilaire, Armandine retrouve sa bourrine », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  8. « La bourrine du Bois-Juquaud, figée dans le temps », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  9. Saint-Hilaire-de-Riez date de publication inconnue, p. 2.
  10. a et b « La bourrine du Bois-Juquaud remise à neuf », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  11. « Aménagements de deux antennes de l’écomusée : l’Aubonnière à Chaillé-sous-les-Ormeaux, la bourrine du Bois-Juquaud à Saint-Hilaire-de-Riez », Rapports et délibérations du conseil général (réunion du quatrième trimestre 1985),‎ , p. 162-164 (lire en ligne [PDF]).
  12. « Aides du département aux antennes de l’écomusée et aux musées classés et contrôlés pour les travaux d’investissement », Rapports et délibérations du conseil général (réunion du premier trimestre 1987),‎ , p. 379-383 (lire en ligne [PDF]).
  13. a et b « Aide du département aux communes pour la création d’antennes de l’écomusée départemental », Rapports et délibérations du conseil général (réunion du deuxième trimestre 1988),‎ , p. 103-105 (lire en ligne [PDF]).
  14. « Aide du département aux communes pour la création d’antennes de l’écomusée de Vendée », Rapports et délibérations du conseil général (réunion du premier trimestre 1989),‎ , p. 317-319 (lire en ligne [PDF]).
  15. « Compte-rendu d’activité de la commission permanente : procès-verbal de la réunion du conseil général du 2e trimestre », Rapports et délibérations du conseil général (réunion du quatrième trimestre 1996),‎ , p. 212-250 (lire en ligne [PDF]).
  16. « Protection des espaces naturels sensibles : bilan programme 2001 », Rapports et délibérations du conseil général (réunion du premier trimestre 2001),‎ , p. 730-746 (lire en ligne [PDF]).
  17. Écodeva Conseil 2010, p. 9.
  18. Conseil général de la Vendée 2014, p. 1.
  19. Écodeva Conseil 2010, p. 12.
  20. a b et c « Plus de 18 000 visiteurs à la bourrine du Bois-Juquaud », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  21. a et b « La bourrine du Bois-Juquaud : des projets ambitieux », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  22. « Du nouveau à la bourrine du Bois-Juquaud », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  23. « Les Amis de la bourrine du Bois-Juquaud », Déclaration à la préfecture de la Vendée, no 20160015,‎ , p. 90 (lire en ligne [PDF]).
  24. « La bourrine du Bois-Juquaud s’ouvre au public », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  25. « La bourrine du Bois-Juquaud devient musée de France », Le Journal de la Vendée : Le Bimensuel du conseil général, no 24,‎ , p. 3.
  26. « Arrêté du 28 juillet 2004 attribuant l’appellation “musée de France” en application de l’article L. 442-1 du Code du patrimoine », Journal officiel de la République française, no 188,‎ (lire en ligne [PDF]).
  27. « Les vacanciers ont aimé le patrimoine cet été », Ouest-France,‎ (lire en ligne).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

OuvragesModifier

  • Carole Chollet, Jean-Paul Labourdette, Dominique Auzias et al., Vendée : 2013, Paris, Nouvelles Éditions de l’Université, coll. « Petit Futé », , 408 p. (ISBN 978-2-7469-6672-7), p. 159
  • Olivier Gautier, « La régulation idéologique d’une politique territoriale : l’exemple de la Vendée villiériste », dans Lionel Arnaud, Romain Pasquier et Christian Le Bart (dir.), Idéologies et action publique territoriale : La politique change-t-elle encore les politiques ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res publica », , 256 p. (ISBN 2-7535-0340-0), p. 197-210
  • Des curés aux entrepreneurs : La Vendée au XXe siècle (actes du colloque tenu à La Roche-sur-Yon les 24, 25 et 26 avril 2003), La Roche-sur-Yon, Centre vendéen de recherches historiques, , 740 p. (ISBN 2-911253-19-1)

AutresModifier

  • Saint-Hilaire-de-Riez, Guide de la bourrine du Bois-Juquaud : Musée de France, date de publication inconnue, 6 p.
  • Saint-Hilaire-de-Riez, La Bourrine du Bois-Juquaud, , 8 p. (lire en ligne [PDF])
  • Écodeva Conseil, Agenda 21 de Saint-Hilaire-de-Riez : État des lieux du territoire, t. 2, , 91 p. (lire en ligne [PDF])
  • Citadia, Plan local d’urbanisme de Saint-Hilaire-de-Riez : Rapport de présentation, t. 1, , 183 p. (lire en ligne [PDF])
  • Conseil général de la Vendée, Les Espaces naturels sensibles en Vendée, , 1 p.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

  • Présentation de l’écomusée de la bourrine du Bois-Juquaud sur sainthilairederiez.fr, site de la commune de Saint-Hilaire-de-Riez [lire en ligne]