Blandain

section de Tournai, Belgique

Blandain
Blandain
La place de Blandain.
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Tournai-Mouscron
Commune Tournai
Code postal 7522
Zone téléphonique 069
Démographie
Gentilé Blandinois(e)
Population 2 221 hab. (01/06/2004)
Densité 197 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 37′ nord, 3° 18′ est
Superficie 1 130 ha = 11,30 km2
Localisation
Localisation de Blandain
Localisation de Blandain au sein de Tournai
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Blandain
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Blandain
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Blandain

Blandain (en picard Blandan[1]) est une section de la ville belge de Tournai, située en Région wallonne dans la province de Hainaut. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

GéographieModifier

Blandain est un village rural divisé en hameaux dont voici quelques noms ; Quenoque, Les Grands Empires, Les Petits Empires, Cocriamont, Honnevain etc.

Il est entouré par :


Voici une vue panoramique du village de Blandain.

 
Blandain

.

HistoireModifier

AntiquitéModifier

Les premières traces d'occupation remontent au Néolithique avec la découverte d'une industrie lithique éparse mais certaine (racloirs, pointes de flèches, haches polies...).

De la période romaine subsistent les vestiges de plusieurs villas romaines et d'un probable fanum.

Moyen ÂgeModifier

Historiquement, le village de Blandain est lié à saint Eleuthère, premier évêque de Tournai. Celui-ci y aurait trouvé refuge lors de violences contre les chrétiens de la région. À son décès, son corps fut inhumé dans l'église qui porte aujourd'hui son nom et y demeura jusqu'au IXe siècle. On raconte qu'à cette époque sainte Thècle de Roubaix vit en rêve saint Eleuthère qui lui ordonna de dire de sa part à Heidilon, évêque de Tournai et Noyon, d'aller à Blandain lever de terre ses reliques qu'il trouverait près de l'autel de l'église.

 
L'église Saint-Éleuthère.

Une châsse, œuvre anonyme de la première moitié du XIIIe siècle, fut commandée par le légat du pape Odon de Tusculum et l’évêque de Marvis le afin d'abriter les reliques du Saint. Elle est considérée comme l'une des sept merveilles de Belgique[1]. En 1931, l'Evêque de Tournai attribua aux habitants de Blandain le privilège de la porter lors de la Grande procession de Tournai.

Le chapitre Notre-Dame de Tournai était seigneur principal; il avait reçu l'autel de Blandain, du lointain successeur d'Éleuthère, Simon de Vermandois (1128), fils d'Hugues Ier de Vermandois. Cette donation fut confirmée en 1190 par le pape Clément III.

Collateur de la cure, le chapitre levait également la dîme, mais il en retourna une part au curé dès le début du XIIIe s. À la fin du XVIIe s., ce dernier ne bénéficiait que du sixième de celle-ci.

Des institutions tournaisiennes possédaient des biens à Blandain : l'hôpital Notre-Dame, les Anciens Prêtres, l'hôpital Saint-Eleuthère, qui les avait reçus en 1360 de Simon du Portail, doyen du chapitre, et les chapellenies de Saint-Eloi et de Saint-Pierre, dotées par Jean Abraham, archidiacre de Tournai, au début du XIIIe s.

Il faut y ajouter la ferme de l'Evêque, propriété de l'évêché de Tournai, qui fut vendue comme bien national et qui exploitait encore une surface de 40 ha pendant l'entre deux-guerres, celle du Marais (50 ha à la même époque), celle des Chartreux, rattachée à Blandain en 1820, celle du Marly et celle de Lucq.

Ancien RégimeModifier

Sous l'Ancien Régime, le bailli du seigneur d'Honnevain intervenait lors de la reddition des comptes de la commune.

Composé également des seigneuries de Baudimont, d'Hardiplancq, propriété des Jésuites à la fin du XVIIe s., du Porcq ou du Parcq, de Lassus, des Pauvres de Tournai, du Marest, de Corbry, du Molinel, du Chastelet et du fief de Coquereaumont (ou Cocriaumont), le territoire de Blandain se partageait entre le Tournaisis (398 bonniers 1300 verges), la châtellenie de Lille et des terres franches dites les 'Francs Empires' au XVIIIe s. Vers 1760, Blandain produisait du grain, de la laine, du lin et du bois pour la consommation locale.

Après que Louis XIV eut étendu la juridiction du bailliage de Tournaisis aux enclaves de Blandain par l'édit de Fontainebleau et qu'il eut perdu ses conquêtes dans la région, ces terres demeurèrent contentieuses entre la France et l'Autriche. Elles furent finalement cédées par Louis XV à l'impératrice Marie-Thérèse (Convention des Limites du ) et réunies au Tournaisis en 1779.

Époque contemporaineModifier

 
Blandain vu de la voie de chemin de fer.

Le chemin de fer fit son apparition en 1865, année d'inauguration de la ligne de Fives à Froyennes (actuelles lignes 94 et 269 000) par la Compagnie du chemin de fer de Bruxelles à Calais : une compagnie privée qui confia son exploitation aux Chemins de fer de l'État belge pour sa partie située en Belgique. Cet itinéraire devait permettre de relier Lille à Tournai et Bruxelles sans passer par Mouscron (via la ligne moins directe construite en 1842).

Une gare-frontière avec salles d'attentes de plusieurs classes et bureau de douane[2] fut érigée à Blandain sur le modèle des gares de la Compagnie du Nord[3]. Cette gare, abandonnée après sa fermeture en 1984 fut démolie quelques années après[4]. Aujourd'hui, les gares ouvertes les plus proches se trouvent à Froyennes ou Baisieux.


ÉconomieModifier

CommercesModifier

On recense quelques commerces à Blandain ; boucherie, boulangerie, librairie, supérette, pharmacie et deux cafés.

TransportsModifier

Blandain est traversé par la ligne de chemin de fer reliant Lille à Tournai. Il n'y a plus d'arrêt depuis 1984.

Trois lignes de bus exploitées par le réseau Tec Hainaut passent par Blandain :

  • La Ligne B reliant Tournai et Blandain
  • La Ligne K, retour de la ligne B vers Tournai
  • La Ligne 4 reliant Baisieux, Lamain, Marquain et Tournai

IndustriesModifier

Blandain voit apparaître un zoning industriel, Tournai Ouest 3, en 2020, entre le village et Marquain. Huit éoliennes y ont été érigées en 2017. Ce zoning vient compléter 2 zoning existants, Tournai Ouest I et II. Un projet de gare de marchandises est évoquée en 2014, ainsi que la réouverture de la gare de Blandain aux voyageurs puisque ce n'est pas moins de 4500 nouveaux emplois qui seront crées au sein de Tournai Ouest 3[5].

PatrimoineModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. en latin Blandinium.
  2. Eric, « L'histoire "saga" des gares... passion partagée: Blandain, gare frontière », sur L'histoire "saga" des gares... passion partagée, (consulté le 20 octobre 2018)
  3. « Les gares belges d'autrefois. La gare de Blandain. Guy Demeulder. », sur www.garesbelges.be (consulté le 20 octobre 2018)
  4. cfet train tournai gare chemin de fer en tournaisis blandain, « CFET sncv gare blandain », sur www.sunudiv.com (consulté le 20 octobre 2018)
  5. « Les trains s'arrêteront-ils à Blandain ? », sur dhnet.be, (consulté le 19 décembre 2019)