Blanche de Navarre (1226-1283)

duchesse de Bretagne

Blanche de Navarre
Illustration.
Tombeau de la duchesse.
Titre
Duchesse de Bretagne
Prédécesseur Marguerite de Huntingdon
Successeur Yolande de Dreux
Biographie
Dynastie Maison de Blois-Champagne
Date de naissance vers 1226
Date de décès
Lieu de décès Château de Hédé
Sépulture Abbaye d'Hennebont
Père Thibaut Ier de Navarre
Mère Agnès de Beaujeu
Conjoint Jean Ier de Bretagne
Enfants Jean II
Alix

Blanche de Champagne, née en 1226, morte en 1283, est la fille aînée de Thibaut Ier, comte de Champagne et roi de Navarre, et d'Agnès de Beaujeu.

En 1236, elle épouse Jean Ier le Roux (1217-1286), duc de Bretagne. Ils auront huit enfants :

  1. Jean II (1239-1305), duc de Bretagne. Son père lui transmit le titre de comte de Richmond en 1268 ;
  2. Pierre (), seigneur de Dinan, Hédé, Léon, Hennebont et la Roche-Derrien ;
  3. Alix de Bretagne (), mariée à Jean Ier de Blois-Châtillon, comte de Blois et de Chartres ;
  4. Thibaut (), inhumé dans l'église abbatiale Saint-Gildas de Rhuys ;
  5. Thibaut (), mort jeune, inhumé dans l'église abbatiale Saint-Gildas de Rhuys ;
  6. Aliénor (1248), morte jeune, inhumée dans l'église abbatiale Saint-Gildas de Rhuys ;
  7. Nicolas (), inhumé dans l'église abbatiale Saint-Gildas de Rhuys ;
  8. Robert (), inhumé à l'église du couvent des Cordeliers de Nantes.

L'abbaye cistercienne de Prières[1], fondée par le duc Jean Ier, à Billiers en 1248, à sa requête est dotée de nombreuses possessions dans la paroisse dont les principales sont la seigneurie de l'Isle et de Guédas. Ainsi Jean Ier de Bretagne et son épouse Blanche de Navarre poursuivent la politique de leurs prédécesseurs vis-à-vis des implantations religieuses particulièrement cisterciennes :

  • Jean Ier († 1286) est inhumé après sa mort en l'abbaye de Prières[2], fondée à sa demande et inaugurée pour des moines de l'abbaye de Buzay le , malgré l'anathème qui frappait le duc à cette époque, en effet le duc de Bretagne, avait fait disparaître le prieuré de Coëtlan devenu prieuré Saint-Pabu, pour englober les terres de ce prieuré dans celles de son château de Suscinio, aussi pour se racheter, il décide de fonder une nouvelle maison[3] ; et
  • Blanche est décédée au château de Hédé, et inhumée dans l'abbaye de la Joie d'Hennebont, fondée par elle le  pour des sœurs de l'abbaye Saint-Antoine-des-Champs de Paris et leur abbesse Sibille de Beaugé († 1320), cousine germaine de la duchesse[4]. Son fils le duc Jean II lui éleva un splendide tombeau de cuivre commandé à Limoges. Seul son gisant en a été conservé. Il a été déplacé à Paris dans les collections du musée du Louvre, qui l'expose désormais à Lens.

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. Jh.-M. Le Mené, Abbaye de Prières, Bulletin et Mémoires de la société polymathique du Morbihan, 1903.
  2. « Le mausolée d'Isabelle de Castille, duchesse de Bretagne, à l'abbaye de Prières », Études et documents sur l'histoire de Bretagne (XIIIe et XVIe siècles), par l'abbé G. Mollat, Paris, 1907.
  3. Les abbayes bretonnes, ouvrage collectif, publié par la Biennale des Abbayes Bretonnes, B.A.B. & Fayard  (ISBN 9782213013138), p. 485, 496 et 504.
  4. Jean-Pierre Leguay et Hervé Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532, Rennes, Ouest-France, coll. « Ouest-France université », 1982, 435 p.  (ISBN 2-85882-309-X)(ISSN 0223-9175), (notice BnF no FRBNF34737664).

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :