Ouvrir le menu principal
Biélorussie orientale et occidentale en 1939

La Biélorussie occidentale est la partie de la Biélorussie qui était intégrée à la deuxième république de Pologne entre 1919 et 1939, avant d'être intégrée à la république socialiste soviétique de Biélorussie. Elle apparaît à la suite de l'application des dispositions de la Paix de Riga en 1921 et ceci jusqu'en 1939, quand elle est envahie par l'URSS.

Rattachement à la PologneModifier

Cette période de l'histoire de la Biélorussie est précédée par la courte existence de la République socialiste soviétique lituano-biélorusse du au de la même année soit six mois.

Les dispositions de la Paix de Riga signée entre la Pologne et la Russie soviétique le étendent considérablement les frontières de la Pologne vers l'est et vers le nord, en réparation des annexions réalisées lors des partages de la Pologne qui avaient précédé.

 
Frontières de la Pologne en 1922 après la Paix de Riga
 
Caricature de la Paix de Riga 1921

Les territoires de la Biélorussie occidentale sont divisés par le pouvoir de la Deuxième République (1918—1939) en 4 voïvodies : La Voïvodie de Bialystok, la Voïvodie de Wilno, la Voïvodie de Nowogródek et la Voïvodie de Polesie.

L'égalité entre tous les groupes ethniques, qui était prévue parmi les clauses du Pacte de Riga, n'a pas été respectée par les autorités polonaises. En , sur les 400 écoles biélorusses qui existaient, il en restait seulement 37. Par contre, à la même époque 3 380 écoles polonaises sont créées. En 1938—1939, il ne restait plus que 5 écoles d'enseignement général biélorusses sur le territoire passé à la Pologne. Quant aux églises, 1 300 orthodoxes d'entre elles ont été transformées en églises catholiques et le plus souvent par la force[1]. Selon les données de l'Encyclopédie de l'histoire de la Biélorussie, durant la période de 1921 à 1939, 300 000 colons appelés osadniki ainsi que des fonctionnaires polonais de différentes catégories se sont installés en Biélorussie occidentale et sont devenus propriétaires des terres appartenant à l'État ou à des Biélorusses traités par les Polonais d'ennemis de la Pologne[2].

Après les élections de 1922, onze députés et trois sénateurs constituent un Club des députés de Biélorussie chargé de défendre les intérêts des Biélorusses face à la population de la Pologne. En octobre 1923, au sein du Parti communiste de Pologne, est créé le Parti communiste de Biélorussie occidentale. En 1925, c'est la Communauté ouvrière et paysanne de Biélorussie qui voit le jour. Mais après l'installation au pouvoir de l'autocrate Józef Piłsudski en Pologne et de son mouvement d'assainissement (Sanacja), les droits des minorités culturelles furent encore réduits davantage. En janvier 1927, les dirigeants de la Communauté ouvrière et paysanne de Biélorussie sont arrêtés et ce mouvement est carrément interdit en . L'année suivante, en 1928, il n'y avait plus que 10 députés biélorusses et deux sénateurs pour représenter la Biélorussie occidentale et à partir de 1930 il n'y avait plus qu'un seul député biélorusse. Entre 1935 et 1938, il n'y en eut plus aucun[3].

En 1934, dans la ville de Biaroza du Voblast de Brest, il existait un camp de concentration polonais destiné à l'internement, en dehors de tout contexte judiciaire, pour un délai de trois mois des opposants au régime polonais. Un coup fatal a été porté au mouvement de libération nationale par la décision de l'Internationale communiste (Komintern) en 1938 de dissoudre le Parti communiste polonais et de sa branche du Parti communiste de Biélorussie occidentale (sous prétexte de la présence d'agents ennemis parmi les dirigeants). Par la suite, beaucoup de membres subirent la répression.

Au milieu des années 1930, 43 % des Biélorusses occidentaux n'avaient pas été scolarisés et le nombre d'étudiants biélorusses dans toute la Pologne ne dépassait pas le chiffre de 200. La grande dépression économique aggrava les souffrances de la population agricole au point de vue économique. Plusieurs dizaines de milliers de Biélorusses émigrèrent en Europe occidentale ou en Amérique. Les 400 écoles biélorusses, les 5 gymnases et les deux grands séminaires qui existaient au début de l'occupation polonaise avaient été liquidés entre 1921 et 1939. Durant ces années aucun théâtre, aucune académie de musique, aucune émission de radio, aucun cinéma en langue biélorusse n'existait en Biélorussie occidentale[4].

Rattachement de la Biélorussie occidentale à l'URSSModifier

Le Pacte germano-soviétique de non agression et de partage des sphères d'influence entre l'Allemagne et l'URSS autorise entre les signataires l'invasion soviétique d'une partie de la Pologne qui a lieu le , et qui permet à l'URSS d'occuper le territoire de la Biélorussie occidentale.

Le , s'est constituée l'assemblée populaire de Biélorussie occidentale. Du 28 au réunie à Bialystok[5], elle a pris des décisions importantes parmi lesquelles celle de faire rentrer la Biélorussie occidentale dans la République socialiste soviétique de Biélorussie et celles de nationaliser l'industrie et de confisquer les terres des osadniki. Le , lors de la troisième session du soviet suprême de la République soviétique socialiste de Biélorussie, la décision est prise de faire entrer la Biélorussie occidentale en son sein.

RéférencesModifier

  1. (de) Hg. Johannes Vollmer/Tilman Zülch. Aufstand der Opfer, Göttingen, 1989
  2. (be) Яковлева Е. Польша против СССР, (ISBN 978-5-9533-1838-9)
  3. (be)Гісторыя Беларусі ў 6 т. Т.5. — Мн, 2007. — С.368
  4. (be)Гісторія Беларусі у двух частках. Частка 2. Люты 1917-1997 гг. Пад рэдакцыяй прафесараў Я.К. Новіка і Г.С. Марцуля. Мінск. Універсітэцкае. 1998
  5. À l'époque encore dans le territoire de la Biélorussie, elle deviendra polonaise en 1945, après la seconde guerre mondiale

Articles connexesModifier