Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malamud.
Bernard Malamud
Description de cette image, également commentée ci-après
Bernard Malamud en 1979.
Naissance
Brooklyn, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 71 ans)
Manhattan, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture anglais américain

Œuvres principales

Bernard Malamud (né le à Brooklyn et mort le à Manhattan) est un écrivain américain de parents juifs immigrés russes.

Sommaire

BiographieModifier

Bernard Malamud est renommé pour ses nouvelles, notamment celles de Le Tonneau magique (1958), chroniquant sous une forme proche de la parabole la vie des immigrés et descendants d'immigrés juifs d'Europe de l'Est aux États-Unis, dans les quartiers pauvres de Manhattan et Brooklyn. Paru en 1969, Portraits de Fidelman est un recueil de nouvelles satiriques dans lesquelles le personnage récurrent, le peintre Fidelman, incarne la relation ambivalente de Malamud à la figure de l'artiste. Avec Saul Bellow, Malamud est considéré comme l'un des deux maîtres du roman juif-américain, qui ont considérablement influencé les écrivains de la génération suivante tels que Cynthia Ozick et surtout Philip Roth, qui lui consacre un émouvant portrait dans Parlons travail.

Parmi les romans de Malamud, il faut retenir le premier, Le Meilleur (1952), fable parodique sur le baseball imprégnée par la mythologie du Graal, qui a été adaptée au cinéma dans Le Meilleur avec Robert Redford, Les Locataires (The Tenants, 1971), qui aborde les tensions entre la communauté noire et la communauté juive en Amérique, et surtout Le Commis (The Assistant, 1957), fable crépusculaire dans laquelle Malamud développe une éthique de la résignation qui lui est caractéristique.

En 1966, son roman L'Homme de Kiev (The Fixer), inspiré de l'affaire Beilis, est récompensé par le National Book Award et le prix Pulitzer de fiction. Il est adapté deux ans plus tard au cinéma sous le même titre.

Il est enterré au cimetière de Mount Auburn à Cambridge au Massachusetts[1](p177).

ŒuvreModifier

RomansModifier

  • The Natural (Le Meilleur), 1952
  • The Assistant (Le Commis), 1957
  • A New Life (Une nouvelle vie), 1961
  • The Fixer (L'Homme de Kiev), 1966
  • The Tenants (Les Locataires), 1971
  • Dubin's Lives (La Vie multiple de William D.), 1979
  • God's Grace (La Grâce de Dieu), 1982

Recueils de nouvellesModifier

  • The Magic Barrel (Le Tonneau magique), 1958
  • Idiots First (Les Idiots d'abord), 1963
  • Pictures of Fidelman (Portraits de Fidelman), 1969
  • Rembrandt's Hat (L'Homme dans le tiroir), 1973
  • The Stories of Bernard Malamud, 1983
  • The People and Uncollected Stories (Le Peuple élu et Pluie de printemps), 1989
  • The Complete Stories, 1997

RéférencesModifier

  1. (en) Lynn Schweikart, Peaceful places, Boston : 120 tranquil sites in the city and beyond, Menasha Ridge Press, (ISBN 9780897325424, OCLC 793737805, lire en ligne)

AnnexesModifier