Ouvrir le menu principal

Bernard Cazes

chef de la division des études à long terme du Commissariat du plan
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cazes.
Bernard Cazes
Cazes Bernard.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Georgette Beros-Cazes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Jérôme Cazes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Bernard Cazes, né le à Hanoï et mort le à Paris[1], est un fonctionnaire, chroniqueur, essayiste et économiste français. Il est notamment l’auteur d'Histoire des futurs : les figures de l'avenir, de saint Augustin au XXIe siècle.

Sommaire

BiographieModifier

Bernard Cazes, ancien élève de l’ENA (promotion Albert-Thomas, 1953-1955)[2], collabora au Commissariat général du Plan de 1960 (avec Jean Massé, son 3e commissaire) à 1992, année de sa retraite puis bénévolement après sa retraite jusqu’en 2003 avec Jean-Michel Charpin, 14e commissaire au Plan. Il y fut notamment le spécialiste des études à long terme et de la prospective, et cela dès 1962 en participant au « groupe 1985 » qui devait éclairer à long terme le 5e plan[3].

Profondément marqué par un long voyage aux États-Unis en 1963 où il visita la RAND Corporation et participa avec son épouse le 28 août à la marche sur Washington pour l'emploi et la liberté. Au fil des voyages qu’il y fit ensuite régulièrement, il fut pendant toute sa vie un passeur en France des penseurs anglo-saxons des sciences sociales, à travers d’innombrables recensions d’ouvrages qu’il écrivait ou faisait écrire, ses traductions (Herbert Marcuse, Andrew Shonfield), ses préfaces (Paul Riesman, Peter Drucker), ou des émissions de télévision[4].

Économiste et essayiste, il fut difficilement classable : à la fois proche du PSU, libertaire et anti-stalinien admirateur d’Orwell, libéral au sens anglo-saxon et admirateur de Raymond Aron[5]. Il fit partie de l’équipe qui animait les réunions économiques et sociales du club Jean-Moulin[6]. Il coopéra à la revue Arguments avec Edgar Morin, revue inspirée par un marxisme anti-stalinien ; aux Cahiers Reconstruction de Paul Vignaux et de la CFTC ; aux Cahiers de la République de Pierre Mendès France (il est au comité de rédaction en 1958[7]) ; à la revue Critique.

Il participe à la création du cercle de réflexion Futuribles avec Bertrand de Jouvenel en 1960[8], puis collabora aux revues Analyse et Prévision et Futuribles, dirigée par Hugues de Jouvenel, principale revue prospective française[9].

Il participe à la création de La Quinzaine littéraire en mars 1966 aux côtés de Maurice Nadeau et François Erval[10] (après avoir collaboré aux Lettres nouvelles de Maurice Nadeau[11]) ; il est membre jusqu’en 2013 du comité de rédaction[12].

Il participe de 1971 à la fin de la revue en 1976 au comité de rédaction de Contrepoint, revue inspirée par Raymond Aron et créée par Georges Liebert ; il y est responsable de la critique des livres[13] ; puis il participe à la revue Commentaire, qui prend la suite de Contrepoint en 1978, dirigée par Jean-Claude Casanova.

Il participe de 1977 à 1996 au bimestriel Analyses de la Sedeis, puis à la création de Sociétal (qui en prenait le relais) avec Albert Merlin puis Jean Daniel, y tenant jusqu’à 2013 la rubrique « Livres et idées dans le monde », comprenant son éditorial et des recensions de livres étrangers de sciences humaines, surtout anglo-saxons, non traduits en français[14].

Membre du comité de rédaction de la revue Politique étrangère, il y a tenu la rubrique « Passé/Présent ».

Le livre qu’il a muri puis retravaillé pendant la seconde moitié de sa vie est Histoire des futurs : les figures de l'avenir, de saint Augustin au XXIe siècle ; un musée des différentes façons dont les hommes ont imaginé le futur depuis l’Antiquité, appuyé sur plusieurs centaines d’auteurs et penseurs de tous les siècles, « l’érudition au service de l’avenir »[15].

Vie privéeModifier

Bernard Cazes s’est suicidé avec celle qui était son épouse depuis 60 ans, Georgette Béros-Cazes, le 22 novembre 2013[16], revendiquant ensemble le droit de choisir leur mort[17].

Il est le père de Vincent Cazes, élève de l'École normale supérieure (lettres), mort accidentellement à 21 ans en 1976, et de Jérôme Cazes, fonctionnaire, puis dirigeant d'entreprise[18].

PublicationsModifier

Ouvrages personnelsModifier

  • La planification en France et le IVe plan, Paris, les Editions de l'épargne,
  • La Vie économique, Paris, Armand Colin,
  • Turgot, écrits économiques, Calmann-Lévy,
  • Histoire des futurs : les figures de l'avenir, de saint Augustin au XXIe siècle, Seghers, Nouvelle édition revue et augmentée, avec une préface d'Emmanuel Le Roy Ladurie, L'Harmattan, 2008.

Ouvrages collectifsModifier

  • Alain Touraine (dir.), Histoire générale du travail, tome IV : la civilisation industrielle (de 1914 à nos jours), Paris, Nouvelle librairie de France,
  • Guy Palmade (dir.), L’Économique et les sciences humaines, Dunod,
  • Bernard Cazes (anthologie préparée avec Georgette Cazes), D’Holbach portatif, Jean-Jacques Pauvert éditeur,
  • Voies nouvelles pour la croissance, Hachette,
    Rapport collectif du Commissariat général du Plan.
  • André-Clément Decouflé (dir.), Traité élémentaire de prévision et de prospective, PUF,
  • Vittorio Mathieu (dir.), Le Public et le privé, la crise du modèle occidental de l’Etat, Roma, Istituto di Studi Filosofici,
  • Vers l'an 2000... et après ?, Paris, La Documentation française,
  • Modernisation ou décadence : études, témoignages et documents sur la planification française, Publications de l'université de Provence,
  • Maurice Levy-Leboyer et Jean-Claude Casanova (dir.), Entre l’État et le marché, l’économie française des années 1880 à nos jours, Gallimard,
  • Entrer dans le XXIe siècle. Essai sur l’avenir de l’identité française, La Découverte/La Documentation française,
    Rapport au secrétariat d’État au Plan ; introduction d'Emmanuel Le Roy Ladurie.
  • Développement, de l'aide au partenariat, La Documentation française,
    Rapport de l'atelier Développement du groupe Monde-Europe, XIe plan (1993-1997).
  • La Prospective : pratiques et méthodes, Economica,
  • (en) Jack Hayward et Michael Watson (dir.), Planning, Politics and Public Policy. The British, French and Italian Experience, Cambridge University Press,

TraductionsModifier

  • David Morris Potter (en), Les Fils de l'abondance ou le Caractère national américain, Paris, Seghers,
  • Herbert Marcuse, Le Marxisme soviétique : essai d'analyse critique, Gallimard,
  • Andrew Shonfield, Le Capitalisme aujourd'hui, Gallimard,
  • (en) David Riesman, L’Abondance à quoi bon, Robert Laffont,
  • (en) Peter F. Drucker, La Formation des dirigeants d'entreprise, Éditions d'Organisation,

PréfacesModifier

  • Jean-Marc Alby, Theodor Reik, le trajet d'un psychanalyste de Vienne "fin de siècle" aux États-Unis, Clancier-Guénaud,
  • Julien Damon, Questions sociales : analyses anglo-saxonnes : socialement incorrect ?, Presses universitaires de France,

RéférencesModifier

  1. Politique Etrangère, « Bernard Cazes (1927-2013) », (consulté le 1er janvier 2017)
  2. Voir sur lesbiographies.com.
  3. « Hommage à Bernard Cazes », sur www.strategie.gouv.fr, .
  4. « Apostrophe 1977, Ruses et pouvoirs de l’argent », sur ina.fr.
  5. Thierry Paquot, « Bernard Cazes (1927-2013). Décider de son futur », Hermès, La Revue (n° 68),‎ , p. 243-245 (lire en ligne).
  6. Michel Margairaz, François Bloch-Lainé, fonctionnaire, financier, citoyen : actes de la Journée d'études "Regards d'historien(ne)s sur la vie et la carrière de François Bloch-Lainé," tenue à Bercy le 25 février 2003, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, , 262 p..
  7. Marc HEURGON, Histoire du P.S.U., tome 1, La fondation et la guerre d'Algérie (1958-1962), La Découverte, , 444 p., note 77.
  8. « Hommage à Bernard Cazes de la revue Futuribles », sur futuribles.com (consulté le 30 décembre 2016)
  9. « Articles publiés par Bernard Cazes pour la revue Futuribles », sur futuribles.com (consulté le 31 décembre 2016).
  10. « Bernard Cazes, l’économie dans la Quinzaine », sur Vimeo.com (consulté le 30 décembre 2016).
  11. « Les Lettres Nouvelles, 1959 », sur revues-littéraires.com (consulté le 30 décembre 2016).
  12. « Quelques articles publiés par Bernard Cazes dans La Quinzaine littéraire », sur nouvelle-quinzaine-litteraire.fr, .
  13. Rémy Rieffel, La tribu des clercs : les intellectuels sous la Ve République, 1958-1990, Calman-Lévy, , 690 p..
  14. « Les principaux éditoriaux de Bernard Cazes pour la revue Sociétal », sur institut-entreprise (consulté le 30 décembre 2016).
  15. Julien Damon, 100 penseurs de la société, Presses universitaires de France, , 220 p. (lire en ligne).
  16. « Bernard et Georgette voulaient une mort douce », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  17. (en) « Suicide of elderly French couple stirs euthanasia debate », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  18. Voir sur letemps.ch.

Liens externesModifier