Ouvrir le menu principal

Marche sur Washington pour l'emploi et la liberté

marche politique le 28 août 1963 en faveur des afro-américains
Marche sur Washington pour l'emploi et la liberté
Description de cette image, également commentée ci-après
La foule rassemblée sur le mall vue depuis le Lincoln Memorial.
Informations
Date
Localisation Washington
Caractéristiques
Organisateurs
Participants
Revendications égalité des droits civiques
Nombre de participants 200 000 à 300 000
Types de manifestations non violente
Coordonnées 38° 53′ 21″ nord, 77° 03′ 00″ ouest

La Marche sur Washington pour l'emploi et la liberté (en anglais March on Washington for Jobs and Freedom) est une marche politique qui se déroula à Washington le . Martin Luther King y fit son discours historique I have a dream (« J'ai un rêve »), symboliquement devant le Lincoln Memorial.

Histoire et organisationModifier

La marche sur Washington de 1963[1],[2] fut organisée par un groupe de défenseurs des droits civiques, de syndicats et d'organisations religieuses[3]. Le nombre des participants varie de 200 000 à plus de 300 000 selon les estimations[4]. Environ 80 % des marcheurs étaient des Afro-Américains et 20 % des Blancs ou d'autres groupes ethniques. Au succès de cette marche, on doit en partie le vote du Civil Rights Act de 1964 et du Voting Rights Act de 1965[5].

 
La Marche du 28 août 1963, avec notamment Martin Luther King, Joseph L. Rauh Jr, Whitney Young, Roy Wilkins, Asa Philip Randolph, Walter Reuther et Sam Weinblatt.

La marche était organisée par Asa Philip Randolph[6], fondateur du premier syndicat noir, James L. Farmer, Jr. (président du Congress of Racial Equality), John Lewis (président du Student Nonviolent Coordinating Committee)[4], Martin Luther King (président du Southern Christian Leadership Conference)[4], Roy Wilkins (président de la NAACP)[4], Whitney Young (président de la National Urban League) et Bayard Rustin, qui avait déjà organisé la Journée de la réconciliation de 1947 (en), Anna Arnold Hedgeman[7],[8],[9].

La marche débuta au Washington Monument et se termina au Lincoln Memorial avec un programme de discours et de musique. Parmi ceux qui s'exprimèrent, les six dirigeants des droits civiques, les Big Six, des dirigeants des religions catholique, protestante et israélite, le syndicaliste Walter Reuther. La seule femme à prendre la parole fut Joséphine Baker. Le discours de James Farmer, alors emprisonné en Louisiane, fut lu par Floyd McKissick.

Plusieurs chanteurs vont animer la manifestation, comme Mahalia Jackson, Marian Anderson, le trio Peter, Paul and Mary, le groupe Odetta, le groupe vocal The Freedom Singers (en), Bob Dylan y interprète plusieurs chansons dont Only a Pawn in Their Game, sur la haine raciale dans la culture des blancs du Sud qui conduisit à l'assassinat de Medgar Evers, et When the Ship Comes In, entonnée également par Joan Baez. Joan Baez a également chanté We shall overcome[10],[11].

La marche et les discours furent largement couverts par les médias américains et internationaux.

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. (en) « March on Washington | United States history [1963] », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 18 octobre 2019)
  2. (en-US) « March on Washington (1963) | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com, (consulté le 18 octobre 2019)
  3. (en-US) « March on Washington for Jobs and Freedom August 28, 1963, MLK - Wesleyan University », sur www.wesleyan.edu (consulté le 18 novembre 2019)
  4. a b c et d (en) « Marche pour les droits civils à Washington D.C. : Dr. Martin Luther King Jr., président de la Southern Christian Leadership Conference et Mathew Ahmann, directeur exécutif national de la Conférence catholique pour la justice interraciale, au milieu d'une foule », World Digital Library (consulté le 10 février 2013).
  5. (en-US) Jessie Kindig, « The March on Washington for Jobs and Freedom », sur Black Past, (consulté le 20 novembre 2019)
  6. (en) © Stanford University et Stanford, « March on Washington for Jobs and Freedom », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, (consulté le 18 octobre 2019)
  7. (en-US) Liz Dwyer, « Of Course a Woman Planned the March on Washington », sur Shondaland, (consulté le 18 octobre 2019)
  8. (en-US) William P. Jones, « The Unknown Origins of the March on Washington: Civil Rights Politics and the Black Working Class », Labor: Studies in Working-Class History of the Americas, Volume 7, Issue 3,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « March on Washington for Jobs and Freedom (U.S. National Park Service) », sur www.nps.gov (consulté le 18 octobre 2019)
  10. (en-US) « Dream Songs: The Music of the March on Washington », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le 18 novembre 2019)
  11. https://www.dailymotion.com/video/x12kebg

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier