Belles de Bitume

Belles de Bitume
Image dans Infobox.
Déambulation Belles de Bitume

Belles de Bitume est un spectacle botanique, instructif et décalé créé en 2014 par la conteuse française Frédérique Soulard.

ConceptModifier

« Belles de Bitume » propose au public de taguer, sur les trottoirs, le nom des plantes sauvages poussant dans les rues, lors d’une déambulation contée. En invitant petits et grands à participer, Frédérique Soulard souhaite les sensibiliser à la nature qui les entoure et répond à un défi mondial : la préservation de la biodiversité[1]. Nommer les plantes les fait exister et change le regard des gens. Les mauvaises herbes deviennent à leurs yeux des Belles du bitume à admirer et à respecter.

J'ai vu une herbe folle
Quand j'ai su son nom
Je l'ai trouvée belle

— haïku japonais[n 1]

À la fois artistique, pédagogique et de sensibilisation écologique, cette performance favorise les échanges et génère du lien social et intergénérationnel. Les citadins se réapproprient leur quartier en observant, identifiant et écrivant le nom poétique des petites plantes sauvages tout en partageant avec les autres. La trace du nom écrit au sol qui demeure quelques mois enracine nos pas dans notre quotidien et nous rappelle notre lien à la terre. La rue, devenue terrain d'expérimentation, est le support d'une réflexion contemporaine. Les déambulations avec le public à la recherche des herbes folles se font autour d’un décor mobile nommé “la BELLE”, une charrette à bras remplie de tisanes, de livres et de pots de peinture...

HistoriqueModifier

GenèseModifier

« Belles de Bitume » est né des deux passions de Frédérique Soulard : les plantes et les mots. Elle découvre les plantes dans l’herboristerie de sa grand-mère où elle travaille pendant dix ans. Elle se forme à l’écriture et au théâtre. Après avoir vécu plusieurs années en Ardèche au cœur de la nature, elle revient en 2001 à Nantes, sa ville natale, et crée l'association « L’Écume des Mots »[2] pour porter ses projets et spectacles. Toujours en quête de nature et évoluant désormais dans un espace citadin et minéral, son regard se porte alors sur les adventices qui poussent sur les murs et les trottoirs de Nantes. Amoureuse des mots, des plantes et des gens, elle conçoit un projet culturel participatif, performance qui favorise les échanges et génère du lien social. Au cours de cette déambulation ludique  contée, chantée avec leçon de botanique mimée et vulgarisation scientifique, les citadins sont invités à graffer le nom des plantes sur les trottoirs. Séduite par ce concept original et universel, la mairie de Nantes le programme en mars 2014. Ainsi est né le spectacle « Belles de Bitume » avec les premières déambulations dans les quartiers nantais[3].

 
Inscriptions de graffitis botaniques lors d'une déambulation Belles de Bitume.

Le buzzModifier

En juin 2014, Luc Douillard repère les graffitis botaniques sur le sol et en partage les photos sur Facebook. L’initiative est simple et poétique et répond aux préoccupations mondiales sur l’environnement. Elle a un succès immédiat et sera partagée plus de 7 000 fois en quelques jours, relayée par les médias régionaux[4],[5], nationaux[6],[7],[8] et internationaux[9],[10],[11],[12],[13] et les réseaux scientifiques[14] et créatifs[15]. Déposé à l'INPI et à la SACD, le concept du graffiti botanique, dont Frédérique Soulard reste l’inventeur, fait des émules. En , sur sa page Facebook, la Demeure du Chaos partage le post de Luc Douillard qui sera relayé plus de 25 000 fois[16].

Plusieurs villes reprennent l'idée à leur compte : Toulouse[17], Montpellier, Grenoble, Londres, Lorient[18], Bruxelles...

ReprésentationsModifier

Depuis 2014, « Belles de Bitume » a été programmé dans de nombreuses villes (centres culturels — festivals de contes, de street art ou de théâtre —, manifestations botaniques, etc.)[n 2].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Cité par Pierre Idiart dans Herbes Folles : Beauté des graminées sauvages Flammarion, 2002, 136 (ISBN 978-2082008648)
  2. Pour les villes : Nantes, Saint-Nazaire, Achères (dans les Yvelines), île de Ré, Corbeil-Essonnes, Cabourg, Montpezat-sous-Bauzon. Pour les festivals et centres culturels : Maison des métallos (Paris), Festival street art (Carhaix), Fête villageoise (Ellezelles-Belgique), Festival de contes (Baden), Festival des plantes (Saint-Michel de Maurienne), Fête des mauvaises herbes (Lorient), Festival de rue (Aurillac), Journées du patrimoine (Aubervilliers)...

RéférencesModifier

  1. « Belles de Bitume - Les nouveaux paysages de la CSTI », sur www.amcsti.fr/fr/, (consulté le )
  2. « Les ateliers d'écriture de l'écume des mots », sur atelierdecriture-ecumedesmots.webnode.fr (consulté le )
  3. « Belles de bitume marie les plantes et les mots », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  4. « Article Presse Océan du 23-06-2014 », sur Ouest France, (consulté le )
  5. « Ses tags de plantes fleurissent », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  6. « Extrait de l'émission SILENCE ÇA POUSSE sur France 5 », sur Dailymotion, (consulté le )
  7. « Article Terraeco du 25/06/2014 », sur www.terraeco.net (consulté le )
  8. « Frédérique Soulard « Les graffitis botaniques donnent vie aux rues » », sur Plantes et Santé, (consulté le )
  9. (es) « Article El Pais du 24/06/2016 », sur El Pais, (consulté le )
  10. (es) « La obra de arte de los viernes: Les belles de bitume, de Frédérique Soulard », Galician Garden,‎ (lire en ligne)
  11. « A Nantes, les «belles de bitume» enchantent les trottoirs », sur Radio France International, (consulté en )
  12. (en) « The woman giving life to the spirit of plants », sur BBC, (consulté le )
  13. « Découverte des plantes à la foire villageoise », sur Notélé - Télévision locale de Wallonie picarde, (consulté le )
  14. « Belles de Bitume », sur AMCSTI, (consulté le )
  15. « Belles de Bitume », sur Pechakucha (consulté le )
  16. Luc Douillard, « Le buz initial », sur Facebook, (consulté le )
  17. Soon Soon Soon, « A Toulouse ... », sur Facebook, (consulté le )
  18. « Belles de Bitume débarque à Lorient », (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :