Bataille navale de l'île des Serpents (1788)

combat de navires en 1788
Bataille de l'île des Serpents
Description de cette image, également commentée ci-après
Bataille de Fidonisi, 1788, huile sur toile de Vladimir Kosov, 2021.
Informations générales
Date
Lieu Île des Serpents
Issue Victoire russe
Belligérants
Drapeau de l'Empire russe Empire russeDrapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Commandants
Marko Ivanovitch VoïnovitchCezayirli Gâzi Hasan Pacha

guerre russo-turque de 1787-1792

Batailles

Coordonnées 45° 15′ 18″ nord, 30° 12′ 15″ est
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
(Voir situation sur carte : Ukraine)
Bataille de l'île des Serpents

La bataille de l'île des Serpents ou bataille de Fidonisi est une bataille navale ayant opposé les flottes de l'Empire russe et de l'Empire ottoman le aux abords de l'île des Serpents (appelée Fidonisi en grec) dans le cadre de la septième guerre russo-turque.

DéroulementModifier

Le , la flotte ottomane commandée par le capitan pacha (grand-amiral) Hassan pacha d'Alger fut aperçue près du cordon littoral du Tender (ou Tendra, au Nord-Ouest de la Crimée) par la flotte russe venant du Sud-Est, qui avait appareillé de Sébastopol sous les ordres de l'amiral Voïnovitch le . Après trois jours de manœuvres ralenties par le temps étale (les navires étant encalminés, sauf à l'aube et au crépuscule), les deux flottes se rejoignirent en vue de l'île des Serpents, alors ottomane et connue sous son nom grec originel de Fidonisi, à 25 milles marins à l'est de Sulina et à 100 milles au sud de la flèche de Kınburun.

Le 14 au matin, sous un vent faible, Voïnovitch mit ses navires en ligne au Nord-Est de l'île, puis au Sud-Est lorsque le vent se leva un peu. À 15 h, les Turcs tentèrent une percée de la ligne russe contre les frégates Bérislav et Strela, forcées de quitter l'alignement, en danger d'être coupé jusqu'à ce que l'amiral en second Fiodor Ouchakov arrive pour combler la brèche à bord du Sveti Pavel.

Peu avant 17 h, Hassan pacha lui-même dut quitter la ligne de bataille, son navire étant endommagé, et sa flotte ayant perdu un chebec. La nuit tomba sur cette situation indécise ; le vent aussi. À la suite de cet affrontement, quelques dizaines de marins des deux camps abordèrent à la nage sur l'île, inhabitée et sans eau douce, où un certain nombre moururent de soif avant d'être secourus (et pour certains, faits prisonniers).

Entre le et le , les deux flottes manœuvrèrent, toujours très ralenties, entre l'île et la Crimée ; au , les Russes perdirent les Turcs de vue, Hassan pacha croisant à nouveau en direction d'Otchakov, mais sans attaquer.

Bâtiments impliquésModifier

Empire russe (comte Voïnovitch)Modifier

  • Preobrajénié Gospodine 66
  • Sveti Pavel (St-Paul) 66
  • Sveti Andréï 50
  • Sveti Gueorgui 50
  • Legkii 44
  • Peroun 44
  • Pobeda (Victoire) 44
  • Strela 44
  • Bérislav 40
  • Fanagoria 40
  • Kinburun 40
  • Taganrog 34
  • 24 petites embarcations (ouzies, mahonnes)

Empire ottoman (Hassan pacha d'Alger)Modifier

  • 5 vaisseaux de ligne à 80 canons
  • 12 autres vaisseaux de ligne
  • 8 frégates
  • 21 chebecs - 1 coulé
  • 3 bombardiers
  • Quelques petites embarcations (mahonnes)

SourcesModifier

  • Hugh Chisholm, ed.: Encyclopædia Britannica (11e éd., Cambridge University Press 1911)
  • (en) R. C. Anderson, Naval wars in the Levant, 1559-1853, Mansfield Centre, Conn, Martino Pub, (1re éd. 1952), 619 p. (ISBN 978-1-578-98538-8)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :