Bataille de Sterzing

Bataille de Sterzing
Description de l'image Bataille de Sterzing.jpg.
Informations générales
Date
Lieu Sterzing
Issue Victoire tyrolienne
Belligérants
Drapeau du Royaume de Bavière Royaume de Bavière Tyrol
Commandants
Andreas Hofer
Forces en présence
400 à 500 hommes[1],[2]
1 canon[1]
5 000 hommes[2]
Pertes
40 morts[1]
420 prisonniers[2]
80 morts[1]

Rébellion du Tyrol

Batailles

Coordonnées 46° 53′ 00″ nord, 11° 26′ 00″ est
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Bataille de Sterzing
Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige
(Voir situation sur carte : Trentin-Haut-Adige)
Bataille de Sterzing

La bataille de Sterzing se déroula le lors de la rébellion du Tyrol.

Bataille modifier

Au début d', des centaines de paysans tyroliens armés de fusils, de faux, de gourdins ou de fourches se rassemblent au Sandhorf, l'auberge de Andreas Hofer. Ce dernier décide d'attaquer Sterzing défendu par les troupes bavaroises du 4e bataillon d'infanterie légère. Le , à la tête de 5 000 hommes[2] de Meran et de Passeiertal, il traverse le col du Jaufen[1].

Le lendemain matin, la fusillade s'engage entre les Tyroliens et les Bavarois, aux portes de la ville. Cependant les insurgés sont tenus en respect par la pièce d'artillerie. Les Tyroliens cachent alors plusieurs de leurs meilleurs tireurs dans trois charrettes de foin, celles-ci conduites par des femmes, sont amenés près des soldats bavarois qui ne se méfient pas. Les tireurs abattent alors par surprise les servants du canon et le gros des forces insurgées lance alors une charge générale qui vient à bout de Bavarois. Leur major et plusieurs soldats se rendent et sont enfermés dans un château. Les Bavarois ont perdu 40 hommes et les Tyroliens 80[1], 420 Bavarois ont été faits prisonniers[2].

Sterzing ne reste cependant que peu de temps aux mains de Tyroliens, quelques heures plus tard ils évacuent la ville à la suite du signalement, dans la vallée de l'Eisack, d'une colonne de plusieurs milliers de soldats français et bavarois commandés par le général Bisson. Le lieutenant-colonel bavarois Wreden aurait alors voulu incendier la ville, mais en aurait été empêché par le général Bisson[1].

Dès le lendemain les franco-bavarois poursuivent leur route vers Innsbrück et les insurgés réinvestissent la ville, provoquant ainsi la victoire des Tyroliens qui produit un grand retentissement dans tout le Tyrol[1].

Bibliographie modifier

Notes et références modifier

  1. a b c d e f g et h Sévillia 1991, p. 113-114.
  2. a b c d et e Smith 1998, p. 285.