Ouvrir le menu principal
Bataille de Molins de Rey
Description de cette image, également commentée ci-après
Le général Gouvion-Saint-Cyr à la bataille de Molins de Rei, le 21 décembre 1808.
Informations générales
Date
Lieu Molins de Rei
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Commandants
Laurent de Gouvion-Saint-CyrThéodore de Reding de Biberegg
Comte de Caldagues
Forces en présence
18 000 hommes15 000 hommes
Pertes
400 tués ou blessés1 000 tués ou blessés
1 200 prisonniers
25 canons

Guerre d'indépendance espagnole

Batailles

Coordonnées 41° 24′ 52″ nord, 2° 01′ 07″ est

Géolocalisation sur la carte : Catalogne

(Voir situation sur carte : Catalogne)
Bataille de Molins de Rey

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Bataille de Molins de Rey

La bataille de Molins de Rei est un épisode de la guerre d'indépendance espagnole ayant eu lieu le à Molins de Rei, à l'ouest de Barcelone. Après sa victoire lors de la bataille de Cardedeu en Catalogne, le , une armée française menée par le général Laurent de Gouvion-Saint-Cyr attaqua une armée espagnole menée temporairement par Théodore de Reding de Biberegg et le comte de Caldagues, en l'absence du commandant en chef Juan Miguel de Vives y Feliu. L'affrontement se solda par une victoire française.

Le soulèvement du Dos de Mayo avait pris au dépourvu l'armée d'occupation française en Espagne. À la fin du mois d'août 1808, la garnison franco-italienne de Barcelone se retrouva isolée et assiégée par les troupes espagnoles. Napoléon mit rapidement sur pied une armée puissante, en confia le commandement à Gouvion-Saint-Cyr et ordonna à ce général de se porter au secours de la ville. Après une campagne difficile, Saint-Cyr battit un contingent espagnol à Cardedeu et atteignit Barcelone. Ayant appris que ses adversaires occupaient une forte position derrière le Llobregat, Saint-Cyr quitta Barcelone pour les en chasser.

Saint-Cyr tenta un coup de bluff en effectuant une manœuvre de diversion sur le front de la position espagnole tout en envoyant le gros de ses forces franchir le Llobregat pour tourner l'aile droite espagnole. Les troupes de Reding et de Caldagues furent enfoncées, abandonnant aux Français 1 200 prisonniers, toute leur artillerie et Caldagues lui-même.

ContexteModifier

Dans la deuxième semaine de décembre, le général Laurent de Gouvion-Saint-Cyr arriva devant la forteresse de Gérone avec 17 000 hommes. Son objectif était de dégager Barcelone où une force commandée par le général Guillaume Philibert Duhesme était encerclée par les 24 000 soldats de Juan Miguel de Vives y Feliu. Laissant en arrière son artillerie et son train d'approvisionnement, Saint-Cyr contourna Gérone par les montagnes, surprenant complètement Vives. Le 16 décembre, il arriva à proximité du village de Cardedeu et trouva déployés face à lui 9 100 soldats et sept canons rassemblés en hâte par Vives et le général Théodore de Reding de Biberegg. Au cours de l'affrontement qui s'ensuivit, les Français enfoncèrent les lignes espagnoles, infligeant 2 500 pertes à leurs adversaires au prix de seulement 600 tués ou blessés[1].

Déroulement de la batailleModifier

PréludeModifier

Composition des forces françaisesModifier

CombatModifier

Bilan et conséquencesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) David Gates, The Spanish Ulcer: A History of the Peninsular War, Londres, Pimlico, (ISBN 0-7126-9730-6), p. 64 et 65.

BibliographieModifier

  • (en) David Gates, The Spanish Ulcer : A History of the Peninsular War, Londres, Pimlico, (ISBN 0-7126-9730-6).
  • (en) Charles Oman, A History of the Peninsular War Volume II, Mechanicsburg, Pennsylvanie, Stackpole, (ISBN 1-85367-215-7).
  • (en) Digby Smith, The Napoleonic Wars Data Book, Londres, Greenhill, (ISBN 1-85367-276-9).

Voir aussiModifier