Bamilékés

groupe ethnique au Cameroun
(Redirigé depuis Bamiléké)

Les Bamilékés sont un peuple d’Afrique centrale, vivant dans la région de l'Ouest du Cameroun au « Pays bamiléké », une vaste région de savane des hauts plateaux volcaniques du Grassland.

Bamilékés

Populations importantes par région
Drapeau du Cameroun Cameroun 1 millions (1990)[1]
Drapeau du Canada Canada 8,315 (2021)[2]
Autres
Langues bamiléké, anglais, français

C'est un grand groupe ethnique du pays[1]. Il est proche des Bamouns, et des Tikar par leurs ancêtres communs, leurs coutumes similaires, leurs structures sociales voisines et leurs langues[2].

Histoire

modifier

La majorité des récits historiques Bamiléké détaillent une origine le long du Nil, dans ce qui est aujourd'hui le Soudan[3],[4].

Une enquête examinant les méthodes et instruments de communication parmi les Bamiléké montre une origine commune avec les populations riveraines du Nil[5]. Ces récits oraux sont corroborés par un graphique de mélange (Figure 5b) qui montre une migration de la vallée du Nil qui a atteint le Cameroun[6]. Des preuves archéologiques et linguistiques indiquent que l'arrivée des Bamiléké dans l'ouest du Cameroun s'est produite en plusieurs vagues avec deux itinéraires principaux. La première route était plus importante et partait du Nord entre la région du lac Tchad et la vallée du Nil. La deuxième route provenait du Nigeria, autour de la région de Cross River[3]. Alternativement, Diop, grâce à l'utilisation de toponymes, d'expressions vestigiales et de données sociopolitiques corroborantes, a reconstitué les schémas de migration des Bamum originaires du haut Nil, près de la région des Grands Lacs, avant d'arriver au Cameroun[7],[8],[9].

Selon les travaux de D. Toukam[10], les Bamilékés proviendraient très probablement des Baladis d'Égypte qui ont migré vers les royaumes centrafricains du Kanem et de l'Ouddaï au cours du IXe siècle de notre ère. Après quelques siècles, ces Baladis Bamilékés arrivèrent dans la région tikar au XIIe siècle. Une étude génétique récente valide ce modèle de migration en montrant une composante égyptienne au sein des populations modernes de Grassfield entrées au Cameroun pendant la période islamique[6].

Le peuple des Grassfields, unique avec une seule langue et un seul chef, se disloqua vers 1357 à la mort de leur dernier souverain unique, le roi Ndéh. Yendé, premier prince, refusa le trône et traversa le Noun pour fonder Bafoussam. Sa sœur se tourna vers la région de Banso (il existe cent-vingt-trois groupements bamilékés dans le Nord-Ouest et cinq au Sud-Ouest - Lebialem). Deux décennies plus tard, Ncharé, le cadet, descendit dans la plaine du Noun pour fonder le pays bamoun. De Bafoussam naquirent le gros des groupements bamilékés majeurs actuels, et le processus a duré du XVe au XXe siècle (ainsi, Bansoa est né en 1910 à la suite de l'exil forcé de Fo Taghe de Bafoussam)[11],[10].

In one genetic study, Bamileke-related genetic variations were found throughout Central, Southern and East Africa [6] Les chercheurs ont confirmé que les Bamiléké ne sont pas à l'origine de la migration bantoue car la variation génétique dans la région était différente il y a 4000 ans de ce qu'elle est aujourd'hui[6]. L'étude a révélé que la structure génétique des populations du Cameroun n'est pas entièrement définie par les groupes linguistiques[6]. Les Yemba, originaires des Grassfields, se sont regroupés étroitement autour des locuteurs bantoïdes du Nord. Les Mbo qui parlent une langue bantoue étroite se sont regroupés en étroite collaboration avec les locuteurs de Grassfields. Certains des Bamileke qui parlent les langues de Grassfields se sont regroupés en étroite collaboration avec les locuteurs du bantou étroit. Au sein des groupes Northern et Grassfields, une analyse finement structurée a permis de distinguer des populations vivant à moins de 20 km les unes des autres[6]. L'étude a également révélé que la population de Shum Laka se rapproche davantage des chasseurs-cueilleurs de la forêt tropicale d'Afrique centrale que des populations de Grassfields[6]. Les figures 5b et c répertorient les composants ancestraux de l'Afrique du Nord-Est, de l'Ouest et du Centre qui ont contribué au génome Bamileke[6]. Coia et al. ont découvert que les Bamileke ne peuvent pas être utilisés pour tester une hypothèse de similarité génétique dans les populations d'Afrique centrale liée au flux génétique dirigé par les hommes au cours de l'expansion bantoue, car les Bamileke sont d'origine soudanaise et ont acquis la langue bantoue bien plus tard que l'expansion bantoue[12].

Linguistique

modifier

Les Bamilékés parlaient une langue unique, le bamiléké, jusqu'à leur démembrement au milieu du XIVe siècle, à la mort de leur souverain. Du bamiléké naquirent le bamiléké-bafoussam et le bamoun. Pour sa part, le bamiléké-bafoussam continua à se ramifier pour donner naissance, au fil des siècles, à des dizaines de variantes dialectales, elles-mêmes possédant des sous-variantes plus ou moins négligeables. Le bamiléké-bafoussam est donc la langue-mère de la plupart des autres dialectes bamilékés, hormis le bamoun et le lamnso, eux aussi dérivés directement du protobamiléké unique. Mais le métissage linguistique (influences réciproques multiséculaires) est resté (et serait encore) de taille (ex. : l'influence du bamoun sur les dialectes et sous-dialectes du Ndé).

Dynamisme Bamiléké

modifier

Les Bamilékés — pris comme groupe — sont connus comme étant dynamiques sur le plan économique. Ils se sont, en près de 100 ans, transformés de paysans et commerçants sujets de royaumes autonomes confinés dans les montagnes du Pays bamiléké en allochtones bien implantés dans la plupart des localités du Cameroun.

La dynamique spatiale et l'habileté à constituer un patrimoine sur les terres d'accueil est caractéristique du Bamiléké primo arrivant. L'ascension économique à partir de débuts modestes est une étiquette forte qui construit la réputation bamiléké[13].

La région Bamiléké ne connaît pas de trouble jusqu'à 1930 et après cette année les Bamiléké émigrent dans l'ensemble du Cameroun. C'est à Douala à partir de 1954 qu'une importante diaspora Bamiléké déploie ses fortes qualités commerciales[14] et comme dans le reste du Cameroun, devient un important maillon du tissu commercial.

Spiritualité

modifier
 
Roi Bamiléké de la chefferie Bazou

Les Bamilékés sont, en matière spirituelle, d'une grande complexité. L'ensemble de leur organisation religieuse traditionnelle est composée de pratiques d'initiations, de méditations et de rituels. Les Bamilékés croient en la divinité suprême "NSI"

Topographie

modifier

Les hauts plateaux bamilékés de l’Ouest-Cameroun sont connus pour leurs paysages de bocage. Dans un contexte topographique de hauts plateaux étagés, caractérisé par une succession de collines dominées par quelques montagnes isolées pouvant atteindre ou dépasser 2 000 m d’altitude, l’exploitation du sol est fondée sur une judicieuse association de l’agriculture et de l’élevage du petit bétail. L’espace utile, support du peuplement et des activités est appréhendé au travers des distances en rapport avec les temps de déplacement entre les lieux sociaux et/ou de production : éloignement ou rapprochement à partir du lieu de résidence, du siège des institutions traditionnelles, du « point central » de la chefferie… Ces lieux sociaux à partir desquels s’organise la vie des communautés locales sont eux-mêmes différenciés par rapport à leur position topographique : soit sur le haut (toutes parties hautes qu’elles soient sur colline ou sur montagne) ou vers le bas (dépressions, vallées, parties avals des versants). Cette conception dipolaire de l’espace a prévalu lors de l’occupation de la région et au découpage de l’espace en chefferies traditionnelles (une centaine de chefferies sur environ 6 000 km2). À l’intérieur des différentes chefferies, le découpage administratif traditionnel en quartiers s’est largement appuyé sur les notions de haut et de bas. Il en a été de même pour l’implantation des unités d’habitations familiales, pour l’édification et l’extension des haies vives et pour l’aménagement paysager de l’espace.

Culture

modifier

Grâce à l'offre culturelle riche, le Pays bamiléké est devenu l'une des principales destinations du tourisme au Cameroun.

 
Hommes Bamilekés en tenue traditionnel

Sur le plan culinaire, le peuple Bamiléké a plusieurs plats emblématiques tels que le Kondrè, le Nkui ou la sauce jaune.


Religion

modifier

Les Bamilékés sont principalement chrétiens tout en gardant leurs rites traditionnels.[réf. nécessaire]

Notes et références

modifier
  1. Anne Debel (et al.), Le Cameroun aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 37 (ISBN 9782869504646)
  2. Jacques Kerchache, Jean-Louis Paudrat, Lucien Stéphan et Françoise Stoullig-Marin, « Cameroun : Bamiléké, Bamum, Tikar », L'Art africain, Citadelles & Mazenod, Paris, 2008 (édition revue et augmentée), p. 534
  3. a et b People from the land of Ka: Bamiléké History by Alexis Maxime Feyou de Happy; 5 March 2015
  4. Les Descendants des pharaons à travers l'Afrique Dika Akwa nya Bonambela, (ISBN 2866000536, lire en ligne)
  5. Ariane Foudjo Tsatsop, LES METHODES ET INSTRUMENTS DE COMMUNICATION CHEZ LE PEUPLE KEMET (ANCIEN EMPIRE ET NOUVEL EMPIRE) ET LES PEUPLES NGUEMBONG DE L’OUEST-CAMEROUN (thèse), University of Yaoundé, 2021-2022
  6. a b c d e f g et h Nancy Bird, Louise Ormond, Paschal Awah, Elizabeth F. Caldwell, Bruce Connell, Mohamed Elamin, Faisal M. Fadlelmola, Forka Leypey Matthew Fomine, Saioa López, Scott MacEachern, Yves Moñino, Sam Morris, Pieta Näsänen-Gilmore, Nana Kobina Nketsia V et Krishna Veeramah, « Dense sampling of ethnic groups within African countries reveals fine-scale genetic structure and extensive historical admixture », Science Advances, vol. 9, no 13,‎ , eabq2616 (ISSN 2375-2548, PMID 36989356, PMCID 10058250, DOI 10.1126/sciadv.abq2616)
  7. Cheikh Anta Diop, A Methodology for the Study of Migrations in African Ethnonyms and Toponyms, UNESCO, , 86–109 p. (ISBN 92-3-101944-9)
  8. Cheikh Anta Diop, For a methodology for studying migration peoples in Africa sub-Saharan (lire en ligne)
  9. Thomas Tchatchoua, Les Bangangté de l'ouest-Cameroun: Histoire et ethnologie d'un royaume africain, L'Harmattan, (ISBN 9782296081864)
  10. a et b Dieudonné Toukam, Histoire et anthropologie du peuple bamiléké, Paris, L'Harmattan, (1re éd. 2010)
  11. Dieudonné Toukam, Parlons bamiléké. Langue et culture de Bafoussam, Paris, L'Harmattan, , 255 p..
  12. Valentina Coia, Binary and Microsatellite Polymorphisms of theY-Chromosome in the Mbenzele Pygmies From the Central African Republic (lire en ligne)
  13. Pierre Gourou, Villes et campagnes du Cameroun de l'Ouest, coll. « Les Cahiers d'Outre-Mer », année 1985 (lire en ligne), pp. 201-203
  14. Jean-Paul Charnay, Terrorisme et Culture, FeniXX réédition numérique, , 213 p. (ISBN 978-2-402-03667-2, lire en ligne)

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier
  • Claude Njiké-Bergeret, Ma passion africaine, JC Lattès, 1997. Réédition "J'ai lu", no 4903, 2000. (384p.). (ISBN 2290309796)
  • Gabriel Hamani, Les notables bamiléké de l'Ouest-Cameroun : rôle et organisation dans les institutions traditionnelles, L'Harmattan, 2005, 166 p. (ISBN 9782747582919)
  • Raymond Lecoq, Les Bamiléké, une civilisation africaine, Paris, Présence africaine, (1re éd. 1953), 221 p. (ISBN 2-7087-0666-7)
  • Jean Hurault, La structure sociale des Bamiléké, Mouton, 1962, 133 p.
  • Enock Katté Kwayeb, Les institutions de droit public du pays Bamiléké, Cameroun : évolution et régime actuel, Pichon et Durand-Auzias, 1960, 199 p.
  • Bernard François Ngangoum et Pierre Augustin Tchouanga, La vérité du culte des ancêtres en Afrique chez les Bamiléké, Éditions Essor des Jeunes, Nkongsamba, 1975, 80 p.
  • Martin Nkamgang, Sop Nkamgang Martin et Patrice Kayo, Les proverbes bamiléké, Édition des auteurs, 1970, 63 p.
  • Charles-Henry Pradelles de Latour, Ethnopsychanalyse en pays Bamiléké, Epel, 1991, 259 p. (ISBN 9782908855029)
  • Sylvain Djache Nzefa, Les chefferies Bamiléké dans l'enfer du modernisme : Réflexion sur l'état actuel des chefferies Bamiléké. Une chefferie de demain. Renaissance, recherche et affirmation d'identité. Architecture, Art, Ethnologie au Cameroun, MENAIBUC-DILA, 1994, 202 p. (ISBN 9782950828309)
  • Tabapssi Famndié Timothée, Le modèle migratoire bamiléké (Cameroun) et sa crise actuelle : perspectives économique et culturelle, Research School of Asian, African and Amerindian Studies, Leiden University, 1999, 241 p. (ISBN 9789057890338)
  • Pierre Kamé Bouopda et Bouopda Pierre Kamé, De la rébellion dans le Bamiléké, L'Harmattan, 2008, 143 p. (ISBN 9782296052369)
  • Claude Tardits, Contribution à l'étude des populations Bamiléké de l'ouest Cameroun, Berger-Levrault, 1960, 135 p.
  • Dieudonné Toukam, Parlons bamiléké. Langue et culture de Bafoussam, Paris, L'Harmattan, décembre 2008, 256 p. (ISBN 9782296074415).
  • Dieudonné Toukam, Histoire et anthropologie du peuple bamiléké, Paris, L'Harmattan, 2010, 242 p. (ISBN 9782296118270)
  • Grietje Van Dievoet, "Tintin chez les Tontines" of een studie van de informele financiëre sector bij de Bamileke van West-Kameroen. - LIC : Doom : 1988-1989 (Université de Gand).
  • Dieudonné Zognong, La question Bamiléké pendant l'ouverture démocratique au Cameroun : retour d'un débat occulté, Programme MOST, UNESCO, 2002, 17 p.
  • Michel Tagne Foko, Le secret du mystique, Paris Edilivre 2013, 142 p. ( (ISBN 9782332553782)).
  • WIlly Valdès Kengne, La création inspirée de l'univers Ku'ngang de Bansoa, résultat d'une intrusion dans une société initiatique du Cameroun, Éditions universitaires européenne, 2012, (ISBN 978-3-8417-9206-8)
  • Emmanuel Yenshu Vubo, « Discours asymétrique et dissymétrie dans les relations intercommunautaires au Cameroun », dans Alpha Ousmane Barry (dir.), Discours d’Afrique : Tome 1 : Pour une réthorique des identités postcoloniales d’Afrique subsaharienne, Besançon, Presses universitaires de Besançon, (ISBN 978-2-84867-267-0, DOI 10.4000/books.pufc.25017  , lire en ligne), p. 145-165.

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier