Ouvrir le menu principal

Azaya

auteur compositeur et chanteur guinéen
Azaya
Surnom Le messi de la musique mandingue
Nom de naissance Mamady Kamissoko
Naissance Kankan, Drapeau de la Guinée Guinée
Activité principale Musicien
Instruments Voix
Années actives Depuis 2005
Labels Bénedi record, Tiguida Prod

AZAYA de son vrai nom Mamady Kamissoko, né le à Kankan, dans la savane guinéenne, est un auteur compositeur, arrangeur et chanteur[1].

BiographieModifier

EnfanceModifier

Fils de Mamadi et de Ate Kourouma , il fut élevé par ses grands-parents feu Balakala et feue Makoura. Les requins de Balakala un groupe de musique de son grand-oncle Balakala à Kankan, Azaya apprit ses premières notes de musique de 2000 à 2005 lorsqu'il accompagnait les artistes[2].

Cursus scolaireModifier

Après ses études primaire et secondaire à Kankan, il obtient son baccalauréat en 2006 et s’oriente en droit privé à l’université général Lansana Conté de Sonfonia d’où il sort diplômé en 2010[3].

Carrière musicaleModifier

Après son succès avec le groupe Les requins de Balakala, il s’installe à Conakry pour ses études universitaires de 2006 en 2009, Azaya est a la fois bassiste du groupe de Yahoumba Sékou, de Saydou Sow et de Sékouba Kandia Kouyaté.

En 2008, Azaya effectue une première tournée américaine pour accompagner Sékouba Kandia Kouyaté. Au cours de cette tournée Azaya en profite pour enregistrer à Philadelphie son tout premier single intitulé Pardonnes-moi, dont le succès l'encourage à s'intéresser encore plus au chant.

Entre 2009 et 2010 Azaya rejoint le guitariste, chanteur et arrangeur Manfila Kanté, dans le but d'améliorer ses connaissances musicales.

En 2010 après ses études, Il intègre immédiatement la musique urbaine avec le groupe de Seyland Koutchy, ce qui lui a permis de jouer derrière toutes les grandes stars de la musique urbaine en Guinée.

En 2011 par le biais de Sékouba Kandia , Azaya est sélectionné parmi tant d'autres pour aller accompagner Sékouba Kandia Kouyaté , Aicha Koné et Takana Zion au Brésil pour le festival international de la conscience nègre. La même année il intègre le groupe de l'artiste au pied magique Abraham sonty Koundouwaka comme étant à la fois bassiste, choriste et chef d'orchestre du groupe.

Le Azaya sort un maxi-single de 14 titres intitulé My love au Centre Culturel Franco guinéen pour célébrer la journée internationale de lutte contre le SIDA/IST.

Entre 2013 et 2014 il décide ainsi d’évoluer en solo, il crée à cet effet son propre groupe qu'il nomme Musique Sans Frontières dont il est le chanteur leader et enregistre son premier album intitulé Gnenessouma, qui est officiellement sorti par le label Bénedi Records en collaboration avec le label Tiguida Prod. Le succès de l’album lui vaut d'être surnommé « Le Messi de la musique guinéenne » par ses fans[4].

Tournée nationale et internationalModifier

Depuis la sortie de l'album Jsqu'ici Azaya donne des concerts à travers le monde, dont six en Europe :

AlbumModifier

featuringModifier

Azaya feat Eddy Kenzo dans le titre [5]

Prix et distinctionsModifier

Depuis 2015 il remporte des prix et trophées parmi lesquels on peut citer :

  • Nominée prix découverte RFI 2018[6];
  • Meilleur artiste de l’année lors des J Awards 2018 ;
  • Meilleur artiste et meilleur tube de l'année lors de la 5ème édition Guinée Music Awards ;
  • Le clip de Gnenessouma nominé le clip guinéen le plus vu sur YouTube en 2015;
  • Numéro 1 du classement des meilleurs hit de l'année 2015 sur la radio Espace Fm;
  • Meilleur hit de l’année sur la radio city Fm;
  • Meilleur Artiste de l'année selon le vote des auditeurs sur la radio Evasion Fm;
  • Nominé a trois reprises Numéro 1 du top 10 des meilleures chansons guinéennes par le site internet Guinéenews

Vie privéeModifier

MariageModifier

Azaya et Djélikaba Bintou ont organisé leur mariage religieux[7] à Fria pendant le mois de ramadan puis le mariage civil à Conakry le .

PolémiqueModifier

Apres leur mariage religieux pendant le mois de ramadan à Fria, il annonce que leur mariage civil serait payant, ce qui crée un vive tollé sur les réseaux sociaux jusqu’à l’administration musicale par le biais de son agence chargée des spectacles qui dit vouloir interdire le mariage[8].

Notes et référencesModifier