Ouvrir le menu principal

Avenue de Paris (Versailles)

voie de Versailles, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avenue de Paris.

Avenue de Paris
Image illustrative de l’article Avenue de Paris (Versailles)
L'avenue de Paris, prise depuis le pavillon Dufour du château de Versailles.
Situation
Coordonnées 48° 48′ 02″ nord, 2° 08′ 09″ est
Début Place d'Armes
Fin Place Louis-XIV
Morphologie
Longueur 2500 m
Largeur 90 m
Histoire
Création 1685

Géolocalisation sur la carte : Versailles

(Voir situation sur carte : Versailles)
Avenue de Paris

L'avenue de Paris est une voie de circulation de Versailles, en France.

Situation et accèsModifier

L'avenue de Paris est l'une des trois voies qui rayonnent en éventail à partir de la place d'Armes, devant le château de Versailles, avec l'avenue de Saint-Cloud au nord et l'avenue de Sceaux au sud. L'avenue de Paris, au centre, est située dans l'axe du château. Elle se dirige vers le sud-est pendant environ 1 500 m, avant d'obliquer vers l'est pendant 1 km jusqu'à la place Louis-XIV où elle se termine. Elle est prolongée, de l'autre côté de la place, par l'avenue du Général-Leclerc.

Avec 90 m de large, l'avenue est l'une des plus larges de France. Elle est constituée d'une artère centrale dédiée à la circulation automobile, et de deux contre-allées. Des terre-pleins plantés de deux rangées de platanes séparent la voie centrale des contre-allées. Du fait de sa largeur, elle constitue une véritable frontière physique à l'intérieur de la ville, coupant celle-ci en deux parties. Ainsi elle sépare les quartiers Notre-Dame et Montreuil, situés au nord de l'avenue, des quartiers Saint-Louis, Chantiers et Porchefontaine, situés au sud. Elle tire son nom du fait qu'elle conduit en direction de Paris, en passant par Sèvres. Elle est aussi la liaison entre le centre de Versailles et Porchefontaine.

L'avenue de Paris coïncide avec la route départementale 10 pendant la majeure partie de son parcours.

De nombreuses places de stationnement sont disposées le long de cette voie, en créneau ou en épi. La majorité de ces emplacements sont payants et gérés par horodateurs[1].

Depuis quelques années, la ville déploie des pistes cyclables sur les terre-pleins de l'avenue de Paris, ainsi que des arceaux de stationnements de vélos[2].

Origine du nomModifier

Elle porte ce nom car elle se dirige vers Paris.

HistoriqueModifier

 
Plan de Versailles de 1756, on aperçoit l'avenue de Paris à droite de l'axe central et de la place d'Armes.

L'avenue de Paris est né de la volonté du Roi Soleil de construire une large voie rectiligne bordée d'arbres partant de la place d'Armes permettant de mettre en valeur le château en créant une vue en perspective. Avant la construction de l'avenue, il n'existait que deux chemins pour se rendre du village de Versailles à Paris, dont le tracé sinueux contournait pour l'un par le nord et pour l'autre par le sud l'obstacle que constituait alors la butte Montbauron. Pour construire l'avenue de Paris quatre années de travaux de terrassement avec les moyens de l'époque, c'est-à-dire à la pelle et à la pioche et avec des paniers en osier et des tombereaux, vont être nécessaire. En effet il va falloir ouvrir une tranchée sur le flanc sud de la butte Montbauron dont le relief bouchait la vue sur le château. Pour avoir une idée de l'importance du travail que cela à représenter, il suffit de se rendre compte combien la rue de Montbauron est en pente raide au départ de l'avenue. Par ailleurs il va falloir surélever l'avenue au-dessus des étangs de Porchefontaine. L'avenue sera terminée en 1685 et prendra alors son nom actuel.

En 1824, la ville fait construire, sur ordre du marquis de la Londe, maire du IIIe arrondissement de Seine et Oise, des pavillons pour prélever l'octroi. Ainsi l'avenue de Paris se voit doter à l'entrée de Versailles de part et d'autres de l'artère centrale de deux pavillons. Des grilles en fer s'étendant sur toute la largeur de l'avenue de Paris sont également installées. Ces pavillons et ces grilles permettaient de contrôler le passage des marchandises et de les taxer. Le bâtiment de gauche en venant de Paris contenait le bureau de perception tandis que le bâtiment de droite servait à loger les préposés. L'octroi étant devenu un impôt qui freinait le développement de l'activité économique, la municipalité décide de l'abolir en février 1943 et de le remplacer par le prélèvement de taxes locales. Les bâtiments sont donc désaffectés et les grilles supprimées. La municipalité envisage un temps de détruire les pavillons car ils contribuent à la dangerosité du carrefour de l'avenue de Paris avec l'avenue de Porchefontaine et la rue Vauban. En effet ils constituent un obstacle visuel. Mais les Monuments Historiques qui les ont classés à l'inventaire en juin 1959 s'y opposent. Finalement le carrefour est réaménagé en 1993 de façon à le rendre plus sûr tandis que les pavillons sont sauvegardés et forment aujourd'hui une entrée symbolique dans la ville[3].

L'avenue de Paris sera desservie par la ligne de tramway de Sèvres à Versailles de 1857 à 1934, date de son remplacement par la ligne de bus RATP 171. A sa création le tramway était constitué d'une voiture tractée par un cheval. La ligne de tramway sera mécanisée en 1894 puis entièrement électrifiée en 1913.


ÉvénementsModifier

L'avenue de Paris sert tous les ans depuis 1976 de ligne d'arrivée de la Course Paris-Versailles. Les deux kilomètres de faux plat de l'avenue constituent la dernière difficulté de la course.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

L'avenue de Paris borde les édifices suivants :

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Notes, sources et référencesModifier

  1. http://www.versailles.fr/vivre-ma-ville/circuler/stationner/
  2. http://fr.calameo.com/read/0012965779a88ca2977d2
  3. octris de Versailles
  4. « Domaine national : Grandes Ecuries », notice no PA00087674, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « Domaine national : Petites Ecuries », notice no PA00087675, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Porte des Gendarmes ou Pavillon des Gendarmes ou ancien hôtel des Gendarmes de la Garde », notice no PA00087769, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Claude-Nicolas Ledoux sur le site officiel de la ville de Louveciennes mairie-louveciennes.fr
  8. Cf. Hôtel de Madame du Barry dans le guide touristique Découvrir/Discover publié par l’Office de Tourisme de Versailles , p. 31.
  9. Geneviève Levallet-Haug: Les écuries de madame du Barry, Revue de l'histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, 1933.
  10. « Hôtel ou Quartier de Noailles (ancien), ou ancienne Caserne de Monsieur ou anciennes écuries de la Du Barry », notice no PA00087699, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Pavillon du Barry (ancien) », notice no PA00087764, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Domaine national : Hôtel des Menus-Plaisirs », notice no PA00087677, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Laiterie de Madame (ancienne) », notice no PA00087755, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Guide des rues de Versailles » (consulté le 26 avril 2019)
  15. « Pavillon de musique de Madame », notice no PA00087765, base Mérimée, ministère français de la Culture