Augustin Hanicotte

peintre français

Augustin Hanicotte, né le à Béthune (Pas-de-Calais), mort le à Narbonne (Aude), est un peintre français.

Augustin Hanicotte
Image dans Infobox.
Naissance
Décès
Nationalité
Français Drapeau de la France
Activité
Maître
Influencé par
Distinctions
Mention honorable au Salon des artistes français de 1901, médaille de 3e classe en 1904

BiographieModifier

Orphelin de père, sa mère se remarie avec Pierre Rinquin. Sa mère meurt en 1883. On le retrouve à Montmartre en 1890 et il devient l'élève de Fernand Cormon (1845-1924). Il fréquente les peintres Jules Adler (1865-1952), Émile Wéry (1868-1935) et Henri Matisse (1869-1954). Hanicotte et Matisse voyagent en Bretagne en 1895 et 1896[1].

Il part pour la Hollande et se fixe à Volendam, sur les bords du Zuiderzee, et loue un atelier auprès de l'aubergiste de l'hôtel Spaander, riche en toiles laissés par ses hôtes en paiement de leurs factures. Il y fait la connaissance de Wilm Wouters (1887-1957) et de Georges Herin (1884-1936), qui épouseront ses deux sœurs. Hanicotte s'éprend d'une des filles de Leendert Spaander et l'épousera à Paris avant la déclaration de la Première Guerre mondiale.

Ses œuvres circulent alors en Amérique du Nord, après avoir été présenté à l'Exposition universelle pour l'inauguration du canal de Panama en 1914. À cette époque, il souffre de polyarthrite articulaire. En 1917, une inondation des polders détruit une grande partie de son fonds d'atelier.

Il part pour Perros-Guirec en compagnie de son épouse. Ils y retrouvent l'architecte et aquarelliste Adolphe Delvaux et sa compagne. Le couple se rend ensuite à Lourdes, puis s'installe à Banyuls-sur-Mer où ils rencontreront Aristide Maillol. Puis ils se rendent à Collioure où Augustin reprend l'atelier d'Henri Matisse et loue une petite maison rue Mailly face à la mer. Il participe activement à la vie de la petite cité, enseignant le dessin aux enfants de Collioure.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fréquente Walter Denys, le commandant allemand chargé de la défense de Port Vendres, ce qui lui vaut une incarcération à la citadelle de Perpignan à la Libération. Il quitte Collioure et s'installe à Narbonne où il meurt en 1957.

Collections publiquesModifier

SalonsModifier

  • Salon des artistes français de 1901 : il devient sociétaire et obtient une mention honorable
  • Salon des artistes français de 1904 : La Mer (médaille de 3e classe)
  • Salon des artistes français de 1911 : La Kermesse

ExpositionsModifier

  • Galerie Danielle Bourdette à Honfleur, jusqu'au

HommagesModifier

  • La ville de Collioure a donné son nom à une avenue de la commune.
  • La SCV le Cellier des Dominicains a donné son nom à une cuvée hors d'âge des crus de Collioure en 2010.

BibliographieModifier

  • Dictionnaire Bénézit
  • Collectif, Catalogue de l'exposition d'Augustin Hanicotte de 1915 à 1945, au musée d'art moderne et du château royal de Collioure, Paris, Adagp, 2004, 323 p.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Hilary Spurling, The Unknown Matisse, A Life of Henri Matisse : The early years 1869-1908, New York, Alfred A. Knopf, (lire en ligne).
  2. Notice sur le site du musée