Auguste II de Brunswick-Wolfenbüttel

prince allemand
Auguste II de Brunswick-Wolfenbüttel
Illustration.
Portrait d'Auguste II de Brunswick-Wolfenbüttel (vers 1666).
Titre
21e duc de Brunswick-Lunebourg
Prince de Brunswick-Wolfenbüttel

(32 ans, 1 mois et 6 jours)
Prédécesseur Frédéric-Ulrich de Brunswick-Wolfenbüttel
Jules-Ernest de Brunswick-Dannenberg (Prince de Dannenberg)
Guillaume-Auguste de Brunswick-Harbourg (Lord de Harbourg)
Successeur Rodolphe-Auguste de Brunswick-Wolfenbüttel
Biographie
Dynastie Seconde maison Welf
Surnom Der Befreiende
Date de naissance
Lieu de naissance Dannenberg
Date de décès (à 87 ans)
Lieu de décès Wolfenbüttel
Sépulture Église Sainte-Marie de Wolfenbüttel (de)
Père Henri de Brunswick-Dannenberg
Mère Ursule de Saxe-Lauenbourg
Conjoints Claire de Poméranie (1)
Dorothée d'Anhalt-Zerbst (2)
Élisabeth-Sophie de Mecklembourg-Güstrow (3)
Enfants voir section
Diplômé de Université de Rostock
Université Eberhard Karl de Tübingen
Profession cryptographe, bibliothécaire, joueur d'échecs, auteur de non-fiction

Auguste II, dit « le Jeune » (en allemand : der Jüngere), né le à Dannenberg et mort le à Wolfenbüttel, est un prince de la dynastie des Welf, fils du duc Henri de Brunswick-Dannenberg. Il fut duc de Brunswick-Lunebourg régnant sur la principauté de Brunswick-Wolfenbüttel de 1635 à sa mort.

Il passe pour l'un des souverains les plus instruits de son époque et est surtout connu pour sa riche collection de livres et de manuscrits formant la base de la Bibliotheca Augusta à Wolfenbüttel.

BiographieModifier

 
Monument conçu en 1904 à Wolfenbüttel en hommage au duc Auguste.

Auguste est le fils cadet du duc Henri de Brunswick-Lunebourg (1533-1598), autrefois co-régent de Lunebourg, et de son épouse Ursule (1553-1620), fille du duc François Ier de Saxe-Lauenbourg. En tant que tel, il ne pouvait pas s'attendre à bénéficier d'une régence sur l'un des territoires des Welf ; à la place, il s'intéressait en plus de bonne heure aux sciences et à la culture. Dès l'an 1594, il a fait ses études à l'université de Rostock et à celles de Tübingen et de Strasbourg. Ensuite, il fait le Grand Tour de l'Italie, de la France, des Pays-Bas et de l'Angleterre.

Pas vraiment tenté par une carrière militaire ou ecclésiastique, il s'installe à l'âge de 25 ans dans la ville distante d'Hitzacker sur l'Elbe. C'est là que sa collection augmente systématiquement depuis quelques dizaines d'années, alors que la guerre de Trente Ans faisait ravage tout autour.

Toutefois, la situation a évolué lorsque, en 1634, la lignée moyenne des princes de Brunswick-Wolfenbüttel s'éteignit à la mort du duc Frédéric-Ulrich sans héritier. Auguste II affiche ses ambitions pour la succession ; néanmoins, l'héritage est disputé au sein de la famille. D'âpres discussions et l'intervention de l'empereur Ferdinand II aboutissent à la reconnaissance d'Auguste comme prince de Wolfenbüttel. En raison de la guerre de Trente Ans, il a donc dû rester dans la ville de Brunswick et ne prend possession de ses terres qu'en 1644. Il fonde la même année la Bibliotheca Augusta à sa nouvelle résidence de Wolfenbüttel.

Quatre ans plus tard, en , la paix de Westphalie est instaurée. Durant son règne, Auguste a pu éviter tout autre conflit militaire. En instaurant des réformes majeures, il a conduit la reconstruction du pays ravagé par la guerre.

Le bibliophileModifier

 
Gravure sur cuivre représentant Auguste de Brunswick-Lunebourg dans sa bibliothèque.

Le duc Auguste a favorisé le développement de l'allemand au statut de langue littéraire et il rédige la plupart de ses ouvrages dans sa langue maternelle. Il s'intéresse également à la doctrine secrète et l'alchimie ; pendant plusieurs années, il correspondait fréquemment avec Johann Valentin Andreae, fondateur présumé de la fraternité des Rose-Croix. Après une rencontre avec le prince Louis d'Anhalt-Köthen à la diéte d'Halberstadt, en , il a rejoint la Société des fructifiants qui s’occupa de langue et de grammaire allemande. La cour de Wolfenbüttel et notamment la Bibliotheca Augusta devint l'un des centres de la linguistique et un lieu de rencontre entre les écrivains et les scientifiques.

Sous le pseudonyme de Gustavus Selenus (ou Gustavi Seleni), il écrit un livre sur les échecs (1616) et un autre sur la cryptographie (Cryptomenytices et Cryptographiae libri IX, 1624), qui s'inspire largement des premiers travaux de Trithème. Son pseudonyme est une anagramme de son prénom (AVGVSTVS = GVSTAVVS) à laquelle s'ajoute une référence à la déesse grecque de la lune Séléné.

DescendanceModifier

Auguste épouse en 1607 Claire de Poméranie (1574-1623), fille du duc Bogusław XIII de Poméranie. Ils ont une fille (1609) et un fils (1610) mort-nés.

 
Dorothée d'Anhalt-Zerbst (vers 1625).

Auguste se remarie en 1623 avec Dorothée d'Anhalt-Zerbst (1607-1634), fille du prince Rodolphe d'Anhalt-Zerbst. Sept enfants sont nés de cette union :

Auguste se remarie en 1635 avec Élisabeth-Sophie de Mecklembourg-Güstrow (1613-1676), fille du duc Jean-Albert II de Mecklembourg-Güstrow. Trois enfants sont nés de cette union :

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (de) Paul Raabe (éd.), Herzog August - Sammler, Fürst, Gelehrter, Herzog August Bibliothek, Wolfenbüttel Ausstellungskatalog, 1979 (ISBN 3-88373-007-6)
  • (de) Maria von Katte, Enge Grenzen - weiter Horizont, Die Bildungsreisen Augusts des Jüngeren zu Braunschweig und Lüneburg von 1598 bis 1603, herausgegeben im Auftrag des Museumsvereins Hitzacker (Elbe) und Umgebung e.V., Wolfenbüttel, 2004

Liens externesModifier