Jean-Albert II de Mecklembourg-Güstrow

prince de Mecklembourg-Güstrow

Jean-Albert II de Mecklembourg-Güstrow, (en allemand Johann-Albercht II von Mecklenburg-Güstrow), né le à Waren, décédé le à Güstrow.

Jean-Albert II
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 45 ans)
GüstrowVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cathédrale de Güstrow (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Johann Albrecht II. zu MecklenburgVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Der VollkommeneVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
FeudataireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoints
Enfants
Élisabeth-Sophie de Mecklembourg-Güstrow
Karl Heinrich von Mecklenburg-Güstrow (d)
Anne Sophie von Mecklenburg-Güstrow (d)
Johann Christian von Mecklenburg-Güstrow (d)
Johann Christopher von Mecklenburg-Güstrow (d)
Gustave-Adolphe
Christine de Mecklembourg-Güstrow (d)
Luise von Mecklenburg-Güstrow (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Wappen Mecklenburg-Güstrow.svg
blason

Il est duc de Mecklembourg-Güstrow de 1610 à 1636.

RègneModifier

Jean-Albert est le fils du duc Jean VII et de Sophie de Schleswig-Holstein-Gottorp. Il est reçu dans la Société des fructifiants avec le surnom Le Bienvenu.

Avec son frère Adolphe-Frédéric Ier, il règne à partir du , sous la régence du duc Charles Ier, sur la province de Schwerin, et succède à son tuteur le [1] sur la province de Güstrow. Le second partage du Mecklembourg lui accorde la régence personnelle sur le Mecklembourg-Güstrow. En 1617, il embrasse la confession protestante.

Les deux frères décident de rejoindre en 1623 la ligue défensive du Cercle électoral de Basse-Saxe. Ils tentent d'observer une attitude neutre au cours du conflit, tout en soutenant en secret l'armée du roi Christian IV de Danemark, mais sont définitivement considérés comme ennemis du Saint-Empire par Tilly à l'issue du siège de Lutter.

Le , l'empereur Ferdinand II décrète depuis son château de Brandis en Bohême, la confiscation des terres des ducs et leur mise en gage, puis, le , leur octroi pur et simple, à Wallenstein. Au mois de , ils sont contraints de quitter leurpays, qu'ils ne retrouvent qu'en avec l'invasion suédoise. Jean-Albert meurt peu avant son 46e anniversaire et est inhumé dans la cathédrale de Güstrow.

FamilleModifier

Fils de Jean VII de Mecklembourg-Schwerin et de Sophie de Schleswig-Holstein-Gottorp.

En 1608, Jean-Albert II de Mecklembourg-Güstrow épouse Élisabeth de Mecklembourg-Gadebusch (décédée en 1616). Quatre enfants sont nés de cette union :

Veuf, Jean-Albert II de Mecklembourg-Güstrow épouse Élisabeth de Hesse-Cassel (1596-1625), (fille du landgrave Maurice de Hesse-Cassel).

Un enfant est né de cette union :

  • Georges de Mecklembourg-Güstrow (1620-1675), en 1654 il épouse Catherine von Halberstadt (décédée en 1661), veuf, il épouse Marguerite von Lowtzow (décédée en 1738).

De nouveau veuf, Jean-Albert II de Mecklembourg-Güstrow épouse en 1626, Éléonore d'Anhalt-Bernbourg (décédée en 1657), (fille du prince Christian Ier d'Anhalt-Bernbourg)

Cinq enfants sont nés de cette union :

GénéalogieModifier

Jean-Albert II de Mecklembourg-Güstrow appartient à la première branche (lignée de Mecklembourg-Güstrow). Cette lignée s'éteignit en 1695 avec le duc Gustave-Adolphe de Mecklembourg-Güstrow.

RéférencesModifier

  1. WIGGER, Stammtafeln (1885), p. 312. - mais selon d'autres sources dès 1610, soit à la mort de Charles Ier (22 juillet 1610)

Liens internesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :