Ouvrir le menu principal

Auguste Hilarion de Kératry

homme politique et écrivain français
Auguste Hilarion de Kératry
Kératry, député.jpg
Fonctions
Député du Finistère
-
Pair de France
-
Député du Finistère
-
Député de la Vendée
-
Député du Finistère
-
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Enfant
Caricature par Honoré Daumier (1833)
Signature Keratry

Auguste Hilarion, comte de Kératry est un homme politique et écrivain français, né le à Rennes (Ille-et-Vilaine) et décédé le à Port-Marly (Yvelines).

Sommaire

BiographieModifier

Il est le fils d'un gentilhomme breton, Julien de Keratry, dont le manoir se trouvait à Ploaré. Lors des événements révolutionnaires, il adopta les idées de réforme, mais n'en fut pas moins emprisonné à Nantes par Carrier : il ne dut la vie qu'aux instantes réclamations de ses compatriotes. En 1818, il fut élu député du Finistère et prit rang parmi les défenseurs des idées libérales. Il combattit le ministère dans le Courrier français, dont il était l'un des fondateurs, et fut poursuivi, mais acquitté.

Il prit part aux actes d'opposition qui amenèrent la Révolution de Juillet en 1830 et fut, après cette révolution, appelé au Conseil d'État. Il est député de la Vendée de 1827 à 1831 et député du Finistère de 1831 à 1837, puis élevé à la pairie en 1837. Il se démit en 1848 de ses fonctions de conseiller d'État, et fut élu en 1849 membre de l'Assemblée législative qu'il présida comme doyen d'âge.

Daumier a modelé son buste caricatural dans sa série consacrée aux parlementaires en 1833.

Marié à Ernestine de Bruc de Livernière, il est le père d'Émile de Kératry (1832-1904).

PublicationsModifier

Il a publié :

  • Contes et Idylles (1791)
  • Lysus et Cydippe (poème de 1801)
  • Ruth et Noémie ou Les Deux veuves (Saintain. 1811)
  • De l'existence de Dieu et de l'immortalité de l'âme (Maradan. 1815)
  • Inductions morales et physiologiques (1817)
  • Documents pour servir a l'histoire de France (1820)
  • Du Beau dans les arts d'imitation (1822)
  • Les derniers des Beaumanoir ou La Tour d'Helvin (roman de 1824)[1].
  • Frédéric Styndall ou La Fatale année (Delaunay. 1827)
  • Saphira ou Paris et Rome sous l'Empire (Ladvocat. 1835)
  • Clarisse (roman de 1854)

SourceModifier

RéférencesModifier