Attaques au couteau de 2022 en Saskatchewan

Attaques au couteau de 2022 en Saskatchewan
Localisation Nation crie de James Smith et Weldon (en), Saskatchewan (Drapeau du Canada Canada)
Date
h 40 (UTC−06:00)
Type Attaque au couteau, tuerie de masse
Morts 12 (dont les 2 suspects)
Blessés 18
Auteurs Damien Sanderson et Myles-Brandon Sanderson

Les attaques au couteau de 2022 en Saskatchewan sont survenues le lorsqu'une série d'attaques au couteau s'est produite dans treize endroits de la Nation crie de James Smith et à Weldon (en), en Saskatchewan, au Canada, tuant 11 personnes et blessant 18 autres[1],[2]. C'est l'un des massacres les plus meurtriers de l'histoire du Canada[3]. Les alertes relatives aux incidents sont d'abord émises en Saskatchewan, puis étendues au Manitoba et à l'Alberta. Certaines des victimes auraient été ciblées, tandis que d'autres auraient été attaquées au hasard[4].

La police recherchait à l'origine deux fugitifs : Damien Sanderson, 31 ans, et Myles Sanderson, 30 ans[5]. Le , Damien est retrouvé mort avec de multiples blessures, tandis que Myles était toujours en liberté. Il est finalement retrouvé trois jours après les événements, le , après qu'un signalement permette de le retracer au volant d'un véhicule sur une route près de Rosthern (en), à une soixantaine de kilomètres au nord de Saskatoon. Dès son arrestation, il est trouvé blessé et son décès est finalement constaté lorsque emmené à l'hôpital[6].

AttaquesModifier

Selon le commandant de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de la Saskatchewan, Rhonda Blackmore, le motif des attaques au couteau n'est pas clair. Les deux suspects ont peut-être ciblé certaines victimes, tandis que d'autres semblent avoir été attaquées au hasard[7]. Blackmore déclare que la première attaque s'est produite à h 40 CST, avec des appels d'urgence ultérieurs signalant plus d'attaques au couteau[8].

Des victimes mortes et blessées sont retrouvées à 13 endroits sur le territoire de la Nation crie de James Smith, une réserve d'environ 3 400 habitants, et à Weldon (en), un village de 200 habitants[9].

SuspectsModifier

Les deux suspects recherchés en lien avec les attaques au couteau sont rapidement identifiés comme étant Damien Sanderson, 31 ans, et Myles-Brandon Sanderson, 30 ans[10]. On pense qu'ils conduisaient un Nissan Rogue noir avec le numéro d'immatriculation de la Saskatchewan 119 MPI[11], et auraient été vus à Melfort et dans le quartier de l'avenue Arcola (en) à Regina[12],[13]. Ils sont armés et dangereux selon la GRC. On ne sait pas où les suspects peuvent aller, ou s'ils ont changé de véhicule depuis la dernière observation connue d'eux.

InterventionsModifier

Des hélicoptères médicaux et des ambulances STARS (en) ont été envoyés pour trier et transporter les blessés vers les hôpitaux. Quinze blessés ont été signalés, mais il pourrait y en avoir d'autres qui se sont rendus à l'hôpital[14].

À h 12 HNC[15], la GRC a émis une alerte d'urgence dans la région, conseillant aux résidents de rester dans des endroits sûrs et de faire preuve de prudence lorsqu'ils permettent à d'autres personnes d'entrer chez eux. Il a également averti les citoyens de ne pas approcher les suspects et de les signaler plutôt au 9-1-1. À h 20 HNC, l'alerte a été rediffusée dans toute la province avec des informations sur le véhicule des suspects. À la demande de la GRC de la Saskatchewan, l'alerte a ensuite été élargie pour inclure tout l'Alberta et le Manitoba[16]. Des points de contrôle de la police ont été établis entre Regina et Prince Albert. Le véhicule suspect a ensuite été repéré à Regina.

La Saskatchewan Health Authority (en) a lancé un code orange, délivrant du personnel supplémentaire dans les hôpitaux locaux pour les coups de couteau pour aider à l'afflux de patients. Cela a été déclaré plus tard, car l'afflux de nouveaux patients s'était calmé.

À 12 h 0 HNC, les chefs et conseils conjoints de la Nation crie de James Smith ont déclaré l'état d'urgence local, en vigueur jusqu'à 17 h 0 HNC le 30 septembre. De plus, la communauté a mis en place deux centres d'opérations d'urgence.

Les attaques ont lieu le même jour que le match de rivalité annuel (en) des Roughriders de la Saskatchewan contre les Blue Bombers de Winnipeg. Des policiers supplémentaires sont en conséquence déployés au Stade Mosaic.

DénouementModifier

Le vers 15 h 30 HNC, soit trois jours après les attaques, les policiers de la province reçoivent un signalement permettant de retracer un véhicule déclaré comme volé par une résidente des environs de Wakaw (en), chez qui Myles Sanderson serait entré par effraction et se serait emparé des clés du véhicule environ une heure plus tôt. Le suspect est localisé au volant d'une camionnette roulant à vive allure sur la route 11 près de Rosthern (en), à une soixantaine de kilomètres au nord de Saskatoon, la ville la plus peuplée de la province[6], et à environ 100 kilomètres au sud-ouest du lieu des attaques. Presque instantanément après son arrestation, Myles Sanderson tombe en « détresse médicale », selon la GRC et son décès est officiellement confirmé après avoir été transporté dans un hôpital de Saskatoon. La confirmation de sa mort permet donc de mettre fin aux appréhensions qui secouaient toujours les membres de la Nation crie de James Smith durant sa cavale[17].

RéactionsModifier

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a déclaré qu'« il n'y a pas de mots pour décrire adéquatement la douleur et la perte causées par cette violence insensée ». Le premier ministre Justin Trudeau a qualifié les attaques au couteau d'« horribles et déchirants » et a déclaré : « Je pense à ceux qui ont perdu un être cher et à ceux qui ont été blessés ».

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Stabbings in Canada kill 10, wound 15; suspects at large », sur Associated Press,
  2. « Au Canada, des attaques au couteau dans des communautés indigènes font dix morts, deux suspects en fuite », Le Monde, 5 septembre 2022.
  3. (en) « Canadian police search province for deadly stabbing suspects », sur Associated Press,
  4. (en) « Sask RCMP say 10 dead, 15 injured in Saskatchewan stabbings as suspects remain at large », sur Global News,
  5. (en) « Canada stabbings: Police hunt suspects after killing spree in Saskatchewan », sur BBC News,
  6. a et b Vincent H. Turgeon, Radio-Canada, « Attaques en Saskatchewan : le fugitif Myles Sanderson est mort », sur radio-canada.ca, (consulté le )
  7. (en) « 10 dead in stabbing attacks, some apparently random, in Saskatchewan », sur CNBC,
  8. (en) « Manhunt underway for 2 suspects in connection with a mass stabbing that left at least 10 dead in Saskatchewan, Canada », sur CNN,
  9. (en) « Canada hunts suspects in stabbing spree that killed 10, wounded 15 », sur Reuters,
  10. (en) « At least 10 dead and 15 injured in stabbings, Saskatchewan police say », sur The Washington Post,
  11. (en) « RCMP issue dangerous person alert after stabbings around First Nation », sur 980 CJME,
  12. (en) « Canada manhunt as 10 killed and 15 injured in Saskatchewan stabbing spree », sur The Independent,
  13. (en) « Sask. RCMP say suspects still at large after 10 killed, 15 injured in stabbings », sur CTV News Saskatoon,
  14. (en) « The police are hunting for two suspects in a stabbing spree in Saskatchewan », sur The New York Times,
  15. (en) « Manhunt continues for 2 suspects after Sask. stabbings leave 10 dead, 15 hospitalized », sur CBS News,
  16. (en) « RCMP searching for suspects after 10 dead, 15 injured in Saskatchewan stabbings », sur Toronto.citynews.ca,
  17. Le Devoir, « Le deuxième suspect de la tuerie en Saskatchewan meurt après son arrestation », sur Le Devoir, (consulté le )