Artus Brécart

Artus Brécart ou Artur Brécart, écrit parfois Brécard, mort en 1480, est un militaire breton, écuyer, puis gendre du connétable de France Arthur de Richemont et du duc de Bretagne Arthur III de Bretagne.

Artus Brécart ou Brécard
Fonctions
Connétable de Rennes
Prédécesseur Jehan de Plœuc
Successeur Jehan de Guëhenneuc
Biographie
Nom de naissance Artus ou Artur Brécard ou Brécart
Date de naissance après 1415
Lieu de naissance Duché de Bretagne
Date de décès
Lieu de décès Duché de Bretagne
Conjoints Olive de Kermabon, Olive de Rosmahou
Entourage Arthur III de Bretagne
Profession militaire
Religion catholique
Ducs de Bretagne

BiographieModifier

Né après 1415, Artus Brécart fut écuyer d'Arthur de Richemont (1393-1458), connétable de France de 1425 à 1458, et duc de Bretagne de 1457 à sa mort, sous le nom d'Arthur III de Bretagne.

Arthur de Bretagne lui donne Jacquette de Bretagne, alias Jacqueline, sa fille illégitime en mariage qui a lieu le . Elle fut légitimée sans finance par le roi de France Charles VII en septembre 1443 à Saumur. De leur union naquirent trois enfants :

  • François Brécart (1440-1491) marié avec Olive de Kermabon puis à Olive de Rosmahou. Envoyé par la duchesse Anne de Bretagne en pour presser le roi de lui envoyer du secours[1] ;
  • Françoise Brécart, mariée en 1513 avec Michel Godart ;
  • Georgette Brécart, mariée avec Guillaume de Neufville[2].

En cadeau de mariage, Arthur de Bretagne lui avait donné en la mariant cent livres de rente qu'il racheta par le don de la seigneurie de Bréhat le , qu'il tenait de son père qui l'avait confisqué en 1437 au comte de Penthièvre. Artus Brécart, fut nommé capitaine de Mervent, qui comprenait les seigneuries de Vouvant et de Mervent avec le Vieux Château de Mervent, et celui de Vouvant, puis de Saint-Aubin-du-Cormier et du Coudray-Salbart, par lettres du , à quoi le duc Arthur III son beau-père ajouta une pension annuelle de six-vingt[Quoi ?] écus le , et par autres lettres , il le confirma dans la possession et propriété de la terre de Bréhat. Le duc François Ier de Bretagne confirma ce don, avec la faculté de rachat pour 3 000 réaux[3]. Ce que fit le vicomte de Martigues, comte de Penthièvre, qui la recouvra en 1471.

En 1455, Artus Brécart possédait à Rennes un immeubles rue Saint-Yves qui lui fut racheté par le trésorier de Bretagne Pierre Landais, qui le réaménagea somptueusement pour en faire la garde-robe du duc de Bretagne, endroit où l'on conservait les titres, trésors et les chartes des ducs[4]

ArmoiriesModifier

« D'Hermines au bâton de gueules »

Notes et référencesModifier

  1. P. Anselme, t.I, p. 461.
  2. Généalogie de Philippe Caron sur Geneanet.
  3. Archives départementale des Côtes-d'Armor, E. 1309.
  4. J. Kerhervé, L'État breton aux XIVe et XVe siècles, p. 874.

BibliographieModifier