Armand Massard

escrimeur français
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Massard.

Armand Massard
Champion olympique d'escrime et président du Comité olympique français(ici en 1911).
Champion olympique d'escrime et

président du Comité olympique français
(ici en 1911).

Carrière sportive
Sport pratiqué Escrime
Période d'activité escrimeur : 1914-1928
COF : 1933-1967
Arme épée et sabre
Biographie
Nationalité Drapeau de France Français
Naissance
Lieu de naissance Paris 14e
Décès (à 86 ans)
Lieu de décès Paris 16e
Palmarès
Jeux olympiques 1 2 1
Armand Massard, "Champion des champions" en juin 1914.
Les Français (G. à D. Lippmann, Buchard et Massard) médaillés de bronze à l'épée en 1920.
Armand Massard en 1920.

Armand Massard, né le à Paris 14e et mort le à Paris 16e, est un champion olympique d'escrime multi-médaillé puis dirigeant sportif français qui consacre 34 ans à la présidence du Comité olympique français.

BiographieModifier

Armand, Émile, Nicolas Massard, né le à Paris[1], est le fils d'Émile Massard, journaliste et élu parisien guesdiste puis nationaliste et d'Antoinette Watrinelle, fille du sculpteur Antoine Watrinelle.

En , il est champion du tournoi individuel d'épée de "La Grande semaine des armes" (devant Lippmann)[2].

Champion international 1910, il remporte la même année avec l'équipe de France le tournoi par équipes de "La Grande semaine des armes" (victoire sur l'équipe de Belgique en finale, associé à Lucien Gaudin, Lippmann, Gravier, Alibert et Poupar)[3].

Alors qu'il est journaliste, notamment à "La Presse", il remporte encore par deux fois la "Grande semaine des armes", organisée par la Fédération Parisienne d'Épée, en 1911 (désigné le "meilleur par équipe", au sein de la sélection parisienne)[4], et en 1914 (avec le titre de "Champion des Champions" cette fois)[5]. Toujours en 1914, il sort vainqueur du Championnat International amateurs et professionnels de Nice. Et toujours avant-guerre, il s'impose au tounois de Villers-sur-Mer[6].

Sportif très polyvalent et de surcroit champion de France à l'épée en 1914, il est gravement blessé lors de la Première Guerre mondiale, à l'issue de laquelle il est décoré de la Croix de guerre et de la Légion d'honneur, ordre dans lequel il est ensuite promu officier en 1932[7].

L'escrimeModifier

Remis de ses blessures il revient à la compétition après la guerre et est sacré   champion olympique à l'épée en 1920 aux Jeux d'Anvers, gagnant également par équipe le bronze à l'épée et l'argent au sabre la même année. Il contribue encore à l'argent par équipe en 1928 aux Jeux d'Amsterdam.

Il fonde dès 1911 la Fédération parisienne d'escrime (devenue ligue de l'Île-de-France) qu’il préside de 1921 à 1940. Pendant la Seconde Guerre mondiale il préside également la Fédération française d'escrime (FFE) de 1943 à 1945.

La politiqueModifier

Armand Massard succède à son père Émile en tant que conseiller municipal « républicain national » de la Plaine-Monceau en 1932[8]. Lors du scrutin de 1935, il est réélu au premier tour sous l'étiquette URD[9] et occupe la vice-présidence du conseil municipal de Paris.

Journaliste au Figaro et collaborateur du journal de droite L'Ami du peuple de François Coty dont il dirige les services sportifs[7], membre des Croix-de-feu[10], Armand Massard manifeste aux côtés des anciens combattants et des ligueurs lors des événements du 6 février 1934[11].

L’olympismeModifier

À la même époque, il est élu président du Comité olympique français (COF), fonction qu'il occupe de 1933 à 1967 connaissant ainsi 6 olympiades à ce poste qui lui vaut d'entrer au Comité international olympique (CIO) en 1946 et d'en être élu vice-président 6 ans plus tard.

Lors de son dernier mandat à la tête du COF il présente avec succès en 1964 la candidature et suit la préparation des Jeux olympiques d'hiver qui ont lieu à Grenoble (Isère) du 6 au .

Distinctions et NotoriétéModifier

Armand Massard est :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Un complexe sportif (piscines et salle d'armes) situé sous le centre commercial Maine-Montparnasse dans le 15e arrondissement de Paris porte son nom.

L'avenue Émile-et-Armand-Massard dans le 17e arrondissement de Paris porte le nom de son père depuis 1933 auquel lui est adjoint le sien en 1977.

Il est le premier escrimeur nommé Gloire du sport français en 1992.

RéférencesModifier

  1. État civil de Paris en ligne, registre des naissances du 14e arrondissement, acte de naissance no 5426 du 2 décembre 1884. Les témoins sont Jules Guesde et Antoine Duc-Quercy.
  2. La Vie au grand air, 19 juin 1909, p.395.
  3. La Vie au grand air, 18 juin 1910, p.425.
  4. La Presse, 24 juin 1911, p.3.
  5. La Presse, 1er juin 1914, p.3.
  6. Le Miroir des sports, 23 décembre 1920, p.390.
  7. a et b Le Figaro, 5 juin 1932, p. 2.
  8. Le Figaro, 6 juin 1932, p. 1.
  9. Le Figaro, 6 mai 1935, p. 4.
  10. L'Humanité, 10 janvier 1935, p. 1-2.
  11. Paul Perrin et Jean de Tinguy du Pouët, Rapport fait au nom de la commission d'enquête chargée de rechercher les causes et les origines des événements du 6 février 1934, Paris, Chambre des députés, 1934, p. 31.
  12. Henry Coston, L'Ordre de la Francisque et la révolution nationale, Paris, Déterna, coll. « Documents pour l'histoire », , 172 p. (ISBN 978-2-913044-47-0, notice BnF no FRBNF38994682), p. 130.

Liens externesModifier