Ardabil

commune iranienne

Ardabil
اردبیل, Ərdəbil, اردبیل
Ardabil
Mausolée du cheikh Safi ad-Dîn
Administration
Pays Drapeau de l'Iran Iran
Province Ardabil
Indicatif téléphonique international +(98)
Démographie
Population 485 153 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 38° 15′ nord, 48° 18′ est
Altitude 1 351 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Iran
Voir sur la carte administrative d'Iran
City locator 13.svg
Ardabil
Géolocalisation sur la carte : Iran
Voir sur la carte topographique d'Iran
City locator 13.svg
Ardabil

Ardabil (en persan : اردبیل), également Ardebil, anciennement Artavil, est une ville historique de nord-ouest de l'Iran et la capitale de la province d'Ardabil. Sa population est estimée à 650 000 habitants, en majorité azéris. La ville est réputée pour sa tradition de fabrication de soie et de tapis. C'est ici que se trouve la tombe de Cheikh Safî ad-Dîn, qui donna son nom à la dynastie safavide.

GéographieModifier

La ville d'Ardabil se trouve à 400 km au nord-ouest de Téhéran et à 50 km à l'ouest de la mer Caspienne. À proximité de cette mer et de la république d'Azerbaïdjan, la ville a une grande importance politique et économique.

Ardabil est sise dans une plaine ouverte, à 1 500 m d'altitude, juste à l'est du mont Savalan (4 811 m), où souffle un vent froid jusqu'à la fin du printemps. Les hivers sont très froids, avec des températures tombant à −25 °C, et les étés sont tempérés, avec des températures qui ne dépassent guère 35 °C. Le lac Neor se situe au sud-est de la ville.

HistoireModifier

L'histoire de la province a des liens étroits avec celles de l'Azerbaïdjan voisin. La province est supposée dater de l'époque achéménide. Elle est mentionnée dans l'Avesta, où il est dit que Zoroastre est né au bord de la rivière Araxe et a écrit son livre dans les monts Savalan.

Vers l'an 900, la cité est la cible d'une expédition varègue et pillée. Durant la conquête de l'Iran par l'Islam, Ardabil est la plus grande ville d'Azerbaïdjan. Le contrôle arabe dure peu longtemps dans la région qui est soumise aux luttes de pouvoir des notables locaux. Ardabil demeure prospère jusqu'à l'invasion mongole en 1220, ceux-ci dévastant et détruisant la ville d'Ardabil[1]. Tabriz la remplace comme capitale régionale.

Le chah Ismail Ier commence sa campagne pour nationaliser le gouvernement de l'Iran et son territoire depuis cette province, mais a ensuite fait de Tabriz sa capitale en 1500. Ardabil demeure un centre politique et économique d'importance jusqu'aux temps modernes.

Le marchand Fédot Afanassiévitch Kotov décrit en 1624, la ville d'Ardabil et ses monument dans son Itinéraire de Moscou au royaume de Perse[2].

Dans les années 1800, les Russes arrivent : Guerre russo-persane de 1804-1813, Traité de Golestan (1813), Guerre russo-persane de 1826-1828 , Traité de Turkmantchaï, Guerre russo-turque de 1828-1829. La ville est brièvement occupée et durablement pillée de ses richesses culturelles, dont la bibliothèque de Safi al-Din Ardabili par le général russe Ivan Paskevitch.

DémographieModifier

Au recensement de l'Iran de 2011, Ardabil compte 564 365 habitants vivant dans 156 324 familles[3]. La majorité de la population est d'origine azérie d'Iran et la langue majoritairement parlée est l'azéri[4].

TransportsModifier

La ville est desservie par l'aéroport d'Ardabil (en).

CultureModifier

Safi-ad-Din-e-Ardabili est un monument impressionnant, composé de plusieurs bâtiments: les mausolées de Cheikh Safi et du chah Ismail Ier, une mosquée, Chini khaneh (signifiant la maison de la porcelaine), Jannat Sara (la maison du paradis), Khanaqah (la maison des derviches), Cheragh Khaneh (la maison des lampes), Shahid khaneh (la maison des martyrs) et Chelleh Khaneh. Le chambre sous dôme du mausolée de cheikh Safi, appelée "Allah-Allah", a un plan octogonal. L'ensemble est inscrit sur la liste du patrimoine mondial depuis 2010.

UniversitésModifier

  1. Université des sciences médicales d'Ardebil
  2. Université Mohaghghegh Ardabili
  3. Université Islamique libre d'Ardabil

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Ardabil », Britannica,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Jacques La Besse Kotoff, Itinéraire de Moscou à Ispahan par Fédot Afanassiévitch Kotov, Paris, L'Harmattan, , illustration, 122 p. (ISBN 978-2-343-22189-2, lire en ligne)
  3. République islamique d' Iran, Recensement de la République islamique d'Iran, 1391 (2011), vol. 24, Téhéran, .
  4. (en) « Ardabil », Looklex Encyclopaedia,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier