Architecture d'intérieur

art décoratif

L’architecture d'intérieur est la conception et l'aménagement d'espaces habités intérieurs fonctionnels, esthétiques et confortables et des objets liés à ces espaces.

Architecture d'intérieur
Présentation
Type
Économie créative, spécialité (d), forme d'art (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Localisation
Architecture d'intérieur (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Description du métier

modifier
 
Plan d’un hôtel particulier (1827).

L’architecture d’intérieur procède des arts décoratifs. Celui-ci conçoit l'architecture à l'échelle intime de la vie quotidienne et l’inscrit dans les comportements domestiques, professionnels, culturels des Hommes.

Elle mène l’architecture à son terme, dans le détail rationnel et poétique, en jouant avec les espaces, la lumière, la couleur, le mobilier, les équipements, les objets et l’individualité de l’occupant, afin de créer des lieux non seulement opérationnels et confortables, mais qui reflètent aussi la personnalité du commanditaire.

Située dans cette perspective très spécifique, la pratique professionnelle est néanmoins structurée comme celle de l’architecture[1] : le processus de conception et de réalisation des projets suit le même trajet.

Le public et le privé

modifier

Dans l’architecture palatine, le concept du passage de la sphère publique à la sphère privée se dessine peu à peu. Des salons de réception — publics — ont pour objet de montrer aux visiteurs la richesse et la puissance du propriétaire. Une ou plusieurs antichambres ont pour objet de filtrer les « clients » et autres quémandeurs.

Sur le plan de l’hôtel d’Espinchal par Claude-Nicolas Ledoux, on remarque sur la gauche l'enfilade salon (publique), seconde antichambre (semi-publique) et antichambre (plus privée). Les appartements privés déroulent l'enfilade classique : chambre à coucher (où l’on peut recevoir ses intimes) avec la garde-robe adjacente, le cabinet (réservé au calme et au travail) et le boudoir (totalement privé ; notons la proximité avec les lieux « à l'anglaise »). L’escalier, souvent morceau de bravoure architectural et pièce centrale sinon principale des palais, est ici relégué au rôle utilitaire de jonction avec l'étage supérieur privé et n'est accessible depuis les pièces de réception que par un passage discret presque dérobé.

 
Plan de l'hôtel d'Espinchal par Claude Nicolas Ledoux.

Avec l’élévation du niveau de vie consécutif à la révolution industrielle, ce modèle nobiliaire séparant vie publique (réception) et privée (habitation) va être copié par la bourgeoisie puis la petite bourgeoisie pour devenir un standard.

La chambre, du public au privé

modifier

La chambre contient le lit qui, à une époque où le mobilier est rare et consiste en quelques tabourets, quelques coffres, est le meuble le plus riche et le plus orné. C'est là qu'on reçoit ses hôtes. « Chambre » ne deviendra le synonyme de « chambre à coucher » que plus tard, vers la fin du XVIIIe siècle, à cause, précisément, de la présence de ce lit d'apparat alors qu'elle n'est qu'un dérivé du latin camera qui signifie « chambre ».

Lorsque le rang le permet, elle est précédée d'une salle d'audience pour recevoir les personnes de rang moindre. La « chambre » étant réservée alors aux personnes que l'on veut honorer, aux pairs, aux intimes. Symbole de ce changement de statut, le XVIIIe siècle crée l'alcôve (et ne cesse d'en parler dans la littérature libertine du temps). Le lit doit désormais se cacher et la chambre est un endroit où règne l'intimité.

L'enfilade antichambres/chambre peut être prolongée par les appartements (ce lieu où l'on se tient « à part »), ces pièces où se forme le sentiment de l'intimité et du privé. Ceux-ci, typiquement, sont constitués d'un boudoir (si ce sont les appartements de madame) ou d'une étude, d'une garde-robe où l'on s'habille, de lieux d'aisance où l'on se soulage et se lave. La salle de bains n'apparaît que plus tard, au XIXe siècle, avec le progrès industriel qui permet de produire canalisations et chauffe-eau.

La cuisine, du domestique au public

modifier
 
Cuisine au temps de la Renaissance en Allemagne.

L'évolution de la place de la cuisine dans l'architecture intérieure aide à comprendre les enjeux auxquels celle-ci doit faire face : reflet sociologique des usages du temps, soumis aux contraintes techniques.

Les exemples qui nous restent de cuisine, au Moyen Âge, témoignent de la peur des incendies : ce foyer qui chauffe et nourrit est aussi source d'un feu destructeur ; aussi les cuisines sont-elles séparées du corps de bâtiment principal et, comme le donjon défensif, sont en dur quand la plupart des maisons, hangars et autres bâtiments utilitaires sont en bois.

Si elles intègrent l'architecture intérieure des palais et châteaux, elles sont rarement mentionnées et décrites en tant que telles sur les plans par les architectes : elles sont de l'ordre du « commun » et ne valent pas la peine d'être mentionnées.

Sur le plan de l'hôtel d'Espinchal illustré ci-dessus, les cuisines sont sans doute situées en sous-sol et les domestiques montent les plats aux maîtres de maison qui déjeunent selon toute probabilité dans l'antichambre (lorsqu'il s'agit de repas privés) ou dans le salon (pour des réceptions plus publiques). La salle à manger est encore « flottante » et les repas souvent servis sur des tables à tréteaux facilement démontables. En tous les cas de figure, elle n'est pas indiquée sur le plan de cet hôtel particulier.

 
Maison ouvrière, 1951. La cuisine est adjacente à l'entrée.

Avec l'émergence de la bourgeoisie, au XIXe siècle, la cuisine apparaît sur les plans des maisons d'habitation. Mais dans l'articulation public/privé évoquée ci-dessus, elle fait partie de la sphère privée (on ne la montre pas) et quand le niveau de vie des propriétaires le permet, elle fait encore partie de la zone de la maison ou de l'appartement réservée aux domestiques.

 
Cuisine américaine intégrée au salon.

C'est à partir de 1945, sous l'influence de l'American way of life, avec l'émergence de la femme active (la « bourgeoise » cesse d'être une femme dite au foyer), que la cuisine change. Les appareils électroménagers facilitent la vie de la ménagère. L'homme participe de plus en plus aux tâches de la vie de famille.

La cuisine qui était jusqu'alors rejetée dans un no man's land a droit de cité et entre dans la sphère du public et du montrable. Elle s'intègre dans l'espace public « par excellence » que sont le salon et la salle à manger, désormais scindés en un tout avec les cuisines dites à l'américaine qui donnent sur la salle de séjour.

Professions

modifier

L'architecte d'intérieur se charge de la volumétrie, la réinterprétation, la réhabilitation, la colorimétrie, le mobilier intégré, le travail de la lumière, etc.[2]

Pour concevoir le gros œuvre et second œuvre , l’architecte d'intérieur peut s'occuper de tous les sujets ou faire intervenir d'autres professionnels suivant la taille du projet et le degré d'expertise :

  • l'ingénieur, dans le bureau d'études techniques, réalise les études structures, thermiques et/ou phoniques ou celles des lots techniques ;
  • le designer conçoit les objets décoratifs, le mobilier : de la reformulation de fonction au travers de technique ;
  • le décorateur compose avec le mobilier, les textiles, la mise en couleur provenant de l'éditeur de produits, ceci sans travaux sur l'existant ;
  • l'agenceur s'occupe de l'agencement de l'espace et la conception de mobilier sur mesure. Il a un rôle de conseil et de coordinateur ;
  • le coloriste, élabore une cohérence entre l'environnement du bâtiment et son intérieur, les usages et les usagers. Il réalise des concepts de coloration issus d'études chromatiques du lieu d'implantation. Il travaille en étroite collaboration avec l'architecte afin d'être en accord avec son écriture architecturale. Le designer coloriste utilise la couleur comme un matériau de construction de l'espace. Il se distingue du décorateur par son travail presque archéologique du site et sa composition conceptuelle de la couleur.

Souvent des glissements s'opèrent entre ces différents métiers. Cela dépend des savoir-faire et compétences des acteurs. Tous ces métiers peuvent cohabiter dans une même agence, sans qu'il y ait de conflit.

Formation

modifier

En France

modifier

La formation d'architecte d'intérieur est certifiée par l'État (niveau I, arrêté du , publié au JO du ). Le titre 7 du RNCP est à ce jour l'élément de référence en France fixé par l'organisme France Compétence. Au niveau Européen, European Council of Interior Architects, ECIA regroupant dix huit pays pour environ 18.500 membres, indique dans sa charte sur l'enseignement de l'architecture intérieure qu'une formation de cinq années minimum à temps plein est nécessaire pour exercer correctement la profession.

Le titre d'architecte DE/DPLG ne peut être porté que pour les personnes titulaires d'un diplôme de troisième cycle d'architecture et inscrits à l'ordre des architectes.

L'UNAID est un syndicat professionnel patronal déclaré comme tel, regroupe des architectes d'intérieur, qui dispose de ce statut. Plusieurs écoles de formation professionnelle, comme l'ESAI/Cours Bessil à Montpellier, et CREAD Institut sont conventionnées de l'UNAID, alors que d'autres sont en attente de reconnaissance.

Les PÔLE ACTION regroupe dans chaque région de France des architectes d'intérieur et propose chaque mois des ateliers et rencontres en lien avec l'exercice du métier. Les membres des PÔLE ACTION[3] sont membres du CFAI[4] , capacitaires ou candidats.

La formation d'architecte d'intérieur regroupe des matières techniques, artistiques, philosophiques et sociologiques.

Écoles d'enseignement supérieur public reconnues par le conseil français des architectes d'intérieur :

Écoles d'enseignement supérieur privé reconnues par le CFAI :


En Belgique

modifier

En Suisse

modifier

École publique :

Écoles privées :

  • École idées HOUSE, école d’architecture d’intérieur et d’architecture et design, Lausanne ;
  • Swiss Design Center, école d'architecture d'intérieur et de design (Lausanne). Reconnu par l'organisme mondial ICSID Conseil international des sociétés de design industriel et la SDA Swiss design association, plus grande association de designers en Suisse ;
  • Athénaeum (Lausanne) avec reconnaissance auprès de l'organisme EDUCA[5] ;
  • Design Formations (Nyon) formation à distance sans reconnaissance fédérale.

Réglementation en France

modifier

Malgré des diplômes de l'éducation nationale et des titres du RNCP, aucun diplôme en France n'est obligatoire pour exercer cette profession à ce jour. Aucun texte de loi ne règlemente et ceux généralement mis en avant, concernent souvent la profession d'architecte DE/DPLG. Toutefois l'exercice du métier nécessite des compétences techniques importantes, une assurance décennale obligatoire, une maitrise de toutes les phases du projet, une expérience de la maitrise d'oeuvre dont la responsabilité est forte et un savoir faire complexe qu'il est important de maitriser avant de débuter un projet ou encore des travaux.

Pour avoir un titre d’architecte d’intérieur reconnu par le CFAI, le professionnel est sélectionné selon les critères suivants : trois ans d’exercice en tant que capacitaire pour les professionnels diplômés d’une formation reconnue par le CFAI ou sur dossier d'ouvres et après cinq ans d’exercice minimum pour les professionnels non issus des 17 écoles reconnues.

Pour avoir un titre d’architecte d’intérieur délivré par l'UNAID, le professionnel est sélectionné selon les critères suivants : deux ans d’exercice pour les professionnels diplômés d’une formation professionnelle reconnue, sur dossier et après cinq ans d’exercice pour les professionnels non issus des écoles agréées.

La loi no 77-2 du interdit le port du titre d'Architecte si la réglementation encadrée par cette loi n'est pas respectée. Aussi, malgré la création du CFAI qui aide à une meilleure reconnaissance de la profession, les peines encourues commencent à l'usurpation du titre (amende et mise en conformité) et peuvent relever du droit pénal en cas de faute grave. Le décret no 2012-677 du relatif à une des dispenses de recours à un architecte[1] s'applique en complément.

Rémunération

modifier

Le mode de rémunération des architectes d’intérieurs est semblable à celui des architectes DPLG. Traditionnellement, les missions d’expertise et de conseil sont facturées à l’heure ou sur une base forfaitaire variable. Les missions complètes comprenant conception et suivi de chantier sont facturées en pourcentage du montant total des travaux, celui-ci étant variable selon la taille du chantier et la renommée de l’architecte.


Choisir un architecte d'intérieur

modifier

Tout d'abord, il est impératif que le type de votre projet corresponde aux compétences de l'architecte d'intérieur. Il est donc conseillé d'évaluer ses projets précédents pour déterminer s'il peut répondre à vos besoins. Prenez aussi en compte la proximité géographique et l'accompagnement offert par l'architecte.

Ensuite, vérifiez la légitimité de l'architecte d'intérieur, son niveau d'étude et sa reconnaissance par un organisme professionnel comme le CFAI. Cela peut être réalisé en confirmant son existence légale, son statut juridique et sa stabilité financière. De plus, assurez-vous que l'architecte dispose d'une assurance garantie décennale et d'une assurance de responsabilité civile professionnelle, qui vous protègent en cas de problèmes pendant ou après la réalisation de votre projet. Un professionnel sérieux vous présentera ses références à son initiative.

L'expérience et l'expertise de l'architecte sont également cruciales. Vérifiez sa formation, ses diplômes et ses références. Consultez ses réalisations et projets antérieurs pour évaluer son expérience et son style.

De plus, tenez compte des avis des clients, une source précieuse d'information sur la qualité du travail de l'architecte.

Enfin, évaluez la rémunération de l'architecte en fonction de vos préférences et de votre budget. Les tarifs varient en fonction des services, de l'expérience de l'architecte, et des spécificités du projet

.

Notes et références

modifier
  1. a et b Loi no 77-2 du sur Légifrance à lire en Liens externes.
  2. « Architecte d'intérieur », sur ONISEP (consulté le )
  3. « Pôle action, Association architectes d'intérieur », sur Pole action (consulté le )
  4. « Bienvenue sur CFAI | CFAI », sur www.cfai.fr (consulté le )
  5. « Information », www.educa.ch/de (consulté le 2 mai 2019).

Annexes

modifier

Bibliographie

modifier
  • Maxime Denis et Bertrand Dumas-de Mascarel, Montre-moi ton intérieur, 2000 (ISBN 2-912640-20-2).
  • Monique Eleb-Vital et Anne Debarre-Blanchard, Architectures de la vie privée, Bruxelles, Éditions Archives d'architecture moderne, 1989 (ISBN 2-87143-064-0).
  • Jean Feray, Dominique Paul-Boncour, Architecture intérieure et décoration en France des origines à 1875, Berger-Levrault, (ISBN 2-701312-04-3)
  • Maurice Pons, Stéphane Rondeau et Gérard Rondeau, Techniques et pratique du staff, Eyrolles 2000/2004 (lire en ligne).

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier