Archange Louis Rioult-Davenay

Archange Louis Rioult-Davenay
Naissance
Caen, Calvados
Décès (à 40 ans)
Bataille de la Piave, Italie
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de brigade
Années de service 17851809
Commandement 6e régiment de cuirassiers
Distinctions Baron de l'Empire
Officier de la Légion d'honneur

Archange Louis Rioult-Davenay, né le à Caen et mort le à la bataille de la Piave, en Italie, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

ParcoursModifier

En 1785, il est sous-lieutenant au régiment Royal-Normandie. Lieutenant en 1791 et capitaine au 19e régiment de cavalerie en 1792, il passe chef d'escadron en 1793 puis chef de brigade la même année, au 18e régiment de cavalerie. En 1795, il est suspendu, puis réintégré comme chef de brigade au 16e régiment de cavalerie le .

Il est promu colonel du 6e régiment de cuirassiers le . Affecté à la Grande Armée, Rioult-Davenay combat à Heilsberg le . Il est nommé général de brigade le . En 1808, il passe en Espagne où il est présent à la bataille de Somosierra et à la prise de Madrid. Il est fait officier de la Légion d'honneur le . En 1809, il passe en Allemagne et il est créé baron de l'Empire le . Affecté à l'armée d'Italie, il a la cuisse emportée par un boulet lors de la bataille de la Piave le de la même année et succombe à ses blessures le 1er juin suivant[1],[2].

DotationModifier

  • Le , donataire de 4 000 francs sur le domaine de Westphalie.

ArmoiriesModifier

Figure Nom du baron et blasonnement


Armes du baron Archange Louis Rioult-Davenay et de l'Empire, décret du , lettres patentes du , officier de la Légion d'honneur

Coupé ; le premier parti d'or et de gueules ; le deuxième d'argent ; l'or à la bande d'azur chargée de trois étoiles d'argent, le gueules au signe des barons militaires, l'argent au vol de sable et à la bordure engrelée de même - Livrées : les couleurs de l'écu.

Notes et référencesModifier

  1. A. Piegeard, Dictionnaire des Batailles
  2. Souvenirs militaires du Colonel de Gonneville, Editions du Grenadier

SourcesModifier