Aposématisme

stratégie adaptative
(Redirigé depuis Aposématique)

L'aposématisme est la stratégie adaptative qui permet à certains organismes (généralement des animaux, parfois des plantes) d'émettre un signal d'avertissement (sématique) clairement perceptible pouvant être visuel (le plus souvent il s'agit d'une coloration d'avertissement), sonore ou olfactif[1].

Dendrobates tinctorius, vue dorsale. Forêt primaire, montagnes de Kaw, Guyane française. Les couleurs vives avertissent les prédateurs de sa possible toxicité.

ÉtymologieModifier

Le terme aposématisme vient du grec ancien : ἀπό / apó, « repousser », et σῆμα / sêma, « signal ».

Histoire de la théorieModifier

     
Les glochides jaunes d'Opuntia howeyi (de), les zébrures sur les feuilles de l'Aloès maculé et les côtes grisâtres sillonnant la tige de l'Euphorbe vireuse, présentent des couleurs aposématiques avertissant les prédateurs de la spinescence propre à protéger ces plantes contre les mammifères herbivores[2].

Alfred Russel Wallace, en réponse à un courrier de Charles Darwin en 1866, est le premier à avoir suggéré que l'aposématisme pouvait être un mécanisme évolutif. Darwin pensait que les couleurs voyantes pouvaient s'expliquer dans le cadre de la sélection sexuelle, mais que cela ne pouvait pas expliquer les couleurs voyantes de quelques espèces de chenilles, non sexuellement actives.

Wallace lui fit remarquer que les rayures jaunes d'un frelon avertissaient du danger de la piqûre et qu'il pouvait en être de même pour les chenilles. Il relata aussi l'observation de John Jenner Weir : les oiseaux de sa volière ne consommaient pas certains papillons blancs alors que ceux-ci leur étaient bien visibles. Après avoir convaincu Darwin, Wallace exposa sa théorie à la Société entomologique de Londres. La première preuve expérimentale fut fournie par Weir en 1869 après deux ans d'observation.

Mécanisme de défenseModifier

 
Frelons (Vespa simillima xanthoptera). Le motif rayé jaune/noir est un signal aposématique classique retrouvé chez plusieurs insectes.

On suppose que le signal aposématique constitue un moyen de défense et qu'il avertit les prédateurs éventuels que ces animaux ostensibles représentent pour eux un danger et qu'ils doivent les éviter (émission de sémiochimiques répulsifs, de substances toxiques, férocité). Cette stratégie est ainsi à l'avantage à la fois du prédateur et de la proie.

Un certain nombre d'espèces inoffensives ont profité de ce moyen de défense pour imiter les signaux d'espèces aposématiques.

Si son efficacité est établie, l'aposématisme n'évite pas systématiquement la prédation. Ainsi, des oiseaux comme des merles peuvent contourner cette défense chimique en avalant très rapidement les punaises avant qu’elle n’aient eu le temps de projeter leur jet âcre et toxique. Certaines espèces d'oiseaux très proches comme les mésanges n'y touchent pas du tout tandis que d'autres en consomment un peu[3].

MimétismeModifier

 
Comportement de défense d'une coccinelle à sept points exsudant via ses articulations de l'hémolymphe chargée d'alcaloïdes toxiques. Elle pratique cette autohémorrhée (saignée réflexe) lorsqu'elle est menacée par un prédateur qui n'a pas associé sa couleur rouge aposématique pourtant bien visible à ce danger d'intoxication, ou qui peut neutraliser ces alcaloïdes par détoxication.

Les biologistes de l'évolution distinguent deux cas dans le cadre du mimétisme : le mimétisme batésien et le mimétisme mullérien.

Dans le premier, l'imitateur est comestible ou non protégé mais copie un animal aposémate et se trouve ainsi protégé. Ce mimétisme batésien revient à l'acquisition d'un signal pseudaposématique.

Dans le second cas, l'imitateur est non comestible ou protégé et copie un animal aposémate grâce à un signal lui-même aposématique. Ce mimétisme mullérien est dit alors synaposématique. Le synaposématisme renforcerait sa protection[4].

Le signal épisématique (du préfixe grec epí qui a une valeur augmentative) entraîne au contraire un rôle attractif, « soit pour favoriser le rapprochement des sexes par exemple chez les oiseaux et les poissons, dont les mâles ont des livrées aux couleurs vives en période de reproduction (coloration 'épigamique'), soit chez des prédateurs ou des parasites, qui simulent ainsi un partenaire sexuel ou une proie (coloration épisomatique)[5] ».

Exemple d'espèce utilisant le mimétisme, chez les papillons : le Vice-roi mime le Monarque.

Exemples d'organismes aposématiquesModifier

Voici quelques exemples d'animaux possiblement aposématiques.

Notes et référencesModifier

  1. Eisner, T. (1981). Toxicity, Odor Aversion, and "Olfactory Aposematism". Science, vol. 213, p. 476.
  2. (en) Simcha Lev-Yadun, « Aposematic (warning) Coloration Associated with Thorns in Higher Plants », Journal of Theoretical Biology, vol. 210, no 3,‎ , p. 385-388 (DOI 10.1006/jtbi.2001.2315, lire en ligne)
  3. (en) Alice Exnerová, Pavel Štys, Anton Krištín, Ondřej Volf & Martin Pudil, « Birds as predators of true bugs (Heteroptera) in different habitats », Biologia, vol. 58, no 2,‎ , p. 253—264.
  4. Roger Caillois, Le mimétisme animal, Hachette, , p. 17.
  5. Encyclopædia Universalis, vol. 18, Encyclopædia Universalis éditeur, , p. 347.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier