Ouvrir le menu principal

Anzoumane Sissoko

militant politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sissoko.
Anzoumane Sissoko
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
Monéa (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Français (depuis ), Malien (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Militant politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata

Anzoumane Sissoko (né en 1964) est un militant politique français.

BiographieModifier

Né le à Monéa, près de Kayes, au Mali, il est le fils du chef du village, Mamadou Sissoko, et a huit frères et sœurs[1]. Ayant passé son baccalauréat, il se rend clandestinement en France par la Guinée[1] en [1], pour y travailler[2].

Il travaille dans un « supermarché asiatique »[3], un magasin d’alimentation à Saint-Denis, puis devient technicien au marché des Enfants-Rouges[1]. Il se marie en 2000 puis, après avoir échappé deux fois à l'expulsion (en 1997 et 2001), acquiert la nationalité française en [1] par naturalisation[4], après « une action conduite avec le parti communiste »[1].

En 1996, il participe à l'occupation de l'église Saint-Bernard de la Chapelle[3]. Il devient par la suite porte-parole de la Coordination parisienne des sans-papiers (CSP 75)[4]. Il organise l'occupation de plusieurs bâtiments par des immigrés clandestins, parmi lesquels la bourse du travail de Paris, l'hôtel de ville de Neuilly-sur-Seine, les sièges du cabinet Claude et Sarkozy, de la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA) et du Mouvement des entreprises de France (MEDEF)[1].

Tenu pour le « maire officieux » des résidents non-français du 18e arrondissement de Paris, il présente lors des élections municipales de 2014 une « Liste des sans-voix », soutenue par le Nouveau parti anticapitaliste mais invalidée par la préfecture[4].

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g Karl Laske, « Le régularisateur », sur liberation.fr, .
  2. Zoé Varier, « Anzoumane Sissoko, porte-voix des sans-papiers », sur franceinter.fr, .
  3. a et b Ismaël Halissat, « Anzoumane Sissoko, combattant des régularisations », sur liberation.fr, .
  4. a b et c Maxime Vatteblé, « A Paris, les « sans-voix » revendiquent le droit de vote des étrangers aux municipales », sur lemonde.fr, .

Liens externesModifier

  • Site de la Coordination parisienne des sans-papiers.