Ouvrir le menu principal
Antonio Francesco Grazzini
Anton Francesco Grazzini.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Pseudonyme
LascaVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
La pelle de Anton Francesco Grazzini (il Lasca) à l'Accademia della Crusca.

Anton Francesco Grazzini dit Lasca (né le à Staggia Senese, frazione de Poggibonsi[1] et mort le (à 79 ans) à Florence) est un écrivain, poète et auteur dramatique italien de la Renaissance.

Sommaire

BiographieModifier

Anton Francesco Grazzini est issu d'une famille de notaires florentins. On connait peu de chose de sa formation. En 1537, Cosme Ier prend le pouvoir à Florence en novembre 15470 Anton Francesco Grazzini fonde l'Accademia degli Umidi et de l' « Accademia della Crusca » et écrit de nombreuses œuvres, des poésies, des poésies burlesques, des chants de carnaval et des comédies. En 1541, Cosme Ier transforme l'académie des Umidi en Académie florentine des arts. À partir de 1542, il a publié ses œuvres sous le pseudonyme « Il Lasca » (le gardon) ou encore « Leuciscus  ». Anton Francesco est exclu de l'Acadé7mie en 1547. En 1548, il édite entre autres les œuvres de Francesco Bernie (v. 1498-v. 1535), en 1552 les sonnets de Burchiello (mort en 14478) et en 15549, les chants de carnaval florentins. Dans le même temps il reprend et étoffe son recueil de nouvelles.[2]

En 1566, Anton Francesco Grazzini a été réadmis à l'Accademia.

ŒuvresModifier

  • Le Religieux (Il Frate) , farce (jouée en 1541),
  • La Jalousie (La Gelosia) comédie, (1551)
  • La Possédée (La Spiritata) comédie ( 1560)
Publication en 1582 à Venise (comédies) 
  • Les Mariages (I Parentadi),
  • La Bigote (La Pinzochera),
  • La Sorcière (La Strega),
  • La Sibylle (La Sibilla),
  • Le Stratagème (L'Arzigogolo),
Recueil de nouvelles
  • les Cènes (v. 1540),
Autres 
  • La Nanea (1566) Florence
  • La guerra dei mostri (1584)
  • Commedie sel in prosa
  • L'arzigogolo (1750)

Notes et référencesModifier

  1. D'autres le disent né à Florence (Voir Treccani.it)
  2. Treccani.

Liens externesModifier