Antoine Gimenez

militant anarchiste italien
Ne doit pas être confondu avec le sportif Antoine Jimenez
Antoine Gimenez
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Bruno Salvadori, connu sous le pseudonyme Antoine Gimenez (né le à Chianni, dans la province de Pise, en Italie et mort le (à 72 ans) à Marseille) est un militant anarchiste italien qui a combattu dans la Colonne Durruti lors de la Guerre civile espagnole[1]. Ses souvenirs de la guerre ont été publiés de façon posthume en 2006.

BiographieModifier

 
Le Groupe International de la Colonne Durruti à l’enterrement de Buenaventura Durruti (Barcelone, le 23 novembre 1936).

Fils de Giuseppe Salvadori, ouvrier des travaux publics, et d'Anna Montagnani, institutrice, Bruno Salvadori avait deux sœurs. En 1919, ils partent vivre à Livourne. En 1922, année de l'arrivée du fascisme au pouvoir, a lieu un événement qui marque la vie de Salvadori : il aperçoit la fille d'un militant socialiste en train d'être molestée par quatre jeunes fascistes. Bruno Salvadori intervient en prenant la défense de la jeune fille. Les fascistes le poursuivent mais Bruno Salvadori bien que blessé parvient à s'échapper. Il est soigné dans une maison d'anarchistes et à son réveil il reçoit la visite d'une figure historique de l'anarchisme italien : Errico Malatesta. Dans son livre de souvenirs, Bruno Salvadori écrit : Depuis ce jour-là, ma vie changea.

En effet, à partir de cette époque, Bruno Salvadori va fréquenter les milieux anarchistes. Il lit les œuvres de Bakounine, d'Élisée Reclus, de Malatesta, de Pietro Gori et de Kropotkine.

En 1928, sa mère décède. En 1929, il part vivre à Marseille d'où il est expulsé en 1930 pour « activités subversives ». Il effectue son service militaire à Mantoue (Italie). En , il obtient un nouveau visa pour la France. Il est probable qu'il soit devenu contrebandier à la frontière avec l'Espagne.

En , il est arrêté à Perpignan pour rixe. Il est condamné à quatre mois de prison. En , il est de nouveau arrêté au Boulou pour violation du décret d'expulsion et condamné à six mois de prison. La police italienne le surveille et Bruno Salvadori se déclare déserteur et antifasciste aux autorités françaises. Il vit ensuite à Barcelone où il fréquente les milieux anarchistes peu de temps avant le début de la Guerre civile espagnole. C'est à cette époque qu'il adopte le pseudonyme d'Antonio Giménez afin de brouiller les pistes de la police. Il adhère au syndicat anarchiste Confederación Nacional del Trabajo (CNT).

Lorsque commence la guerre le , Antoine Gimenez se trouve à Lérida. Josep Llados, qui l'a connu dans cette province à l'âge de 17 ans, se souvient de lui 70 ans après : « Il n’était pas du village. Je ne savais pas d’où il venait. Il avait des amis de son âge dont je ne faisais pas partie. Il était petit, pas très costaud et parlait plus ou moins catalan. Il faisait figure d’intellectuel par rapport aux autres et parlait peu. C’était ce qu’on appellerait aujourd’hui un marginal. Un jour, il a disparu, certainement lors des événements de juillet 36. » Antoine rejoint la Colonne Durruti.

Dans ses souvenirs, publiés sous le titre Les Fils de la nuit par le collectif des Giménologues, Antoine Gimenez raconte d'une façon vivante les péripéties et les actions du groupe international de la Colonne Durruti.

BibliographieModifier

  • Antoine Gimenez, Les Fils de la nuit : souvenirs de la Guerre d'Espagne, L'Insomniaque, 2006. Rééd. augmentée chez Libertalia, 2016.
    • Édition italienne partielle : Amori e Rivoluzione. Ricordi di un miliziano in Spagna (1936-1939), Baronata de Lugano, 2007.
    • Édition intégrale, corrigée, augmentée en castillan : Antoine Gimenez, Del amor, la guerra, y la revolución Recuerdos de la guerra de España : del 19 de julio de 1936 al 9 de febrero de 1939 (vol. 1) et Los Gimenólogos, En busca de los Hijos de la Noche. Notas sobre los Recuerdos de la guerra de España de Antoine Gimenez (vol. 2), Pepitas de Calabaza de Logroño, 2009.
  • « GIMENEZ Antoine [Bruno SALVADORI dit] », Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron ».

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier